Dans le neurone de Black Cat

Modérateur : ketzol

Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

En direct dans ton cul (01/07/2020)

J’ai rendez-vous au TKBF. Ted m’a demandée d’y être vers 18h. Il n’a pas précisé pourquoi, mais si c’est pour du boulot, j’ai intérêt d’être à l’heure. J’ai un peu peur de ce qu’il va me demander. D’un autre côté, ça tombe bien : j’ai vraiment besoin d’argent.
J’arrive en avance, comme d’habitude. Ted est là et m’indique une grande table. J’ai un mauvais pressentiment : qui dit grande table dit beaucoup de gens…
Je ne me suis pas trompée. Ted veut me présenter à son groupe de Runners. Si j’ai bien compris, ils sont 5 en plus de Ted à venir ce soir. Si j’avais su, j’aurais sans doute refusé cette rencontre. Mais je n’ai plus le choix maintenant. Plus moyen de faire marche arrière. Et de toute façon, ça devait bien arriver un jour. Je ne pouvais pas continuer à travailler seule, tranquille, dans mon coin.
Les Runners arrivent successivement et le groupe finit par être complet. J’ai juste cru comprendre qu’il en manque un, certainement occupé ailleurs. Ils rigolent, parlent fort et ont l’air assez dissipés… En tout cas pas très disciplinés. Il y en a juste un qui a l’air d’observer plus que de parler. Il me met carrément mal à l’aise. Enfin, je veux dire, encore plus mal à l’aise. Déjà les autres, c’est beaucoup, mais lui… Il s’appelle « Le Caméléon », rapport au fait qu’il se fonde dans la masse pour passer inaperçu. Il ne passe pas du tout inaperçu pour moi en tout cas. Les autres ont l’air de Runners ordinaires. Il y en a qui doit être plus machine qu’humain : Max. Grande gueule et m’as-tu-vu. Il y a aussi Ash, un ork costaud. MistMind : genre Johnson mystérieux qui se la joue beau gosse. Crow, une elfe. Et Ted, évidemment.

Ted qui me lâche un : « bon ben je te laisse te présenter ! » … « Mais, euh… » Ils me regardent tous. Et moi je ne peux pas dire un seul mot intelligible. Je vais vraiment passer pour une débile mentale. « Je m’appelle Black Cat et je suis Decker ». Voilà tout ce que j’arrive à bafouiller. Et ils insistent : « et qu’est-ce que t’as fait avant ? Et quelles sont tes compétences ? ». Comme si j’allais vous dire tout ça… Vous voulez pas non plus savoir où j’habite et mon vrai nom des fois ? « Je programme et je peux récupérer des infos dans la Matrice pour vous ». Encore une phrase creuse… Heureusement que Ted me recommande, parce que c’est pas avec cette prestation que je vais me trouver du boulot.

Le Caméléon s’éclipse un instant pour répondre à un appel… Même si ce type me fiche la trouille, il me sauve de ma situation gênante en revenant annoncer qu’il a un Run. Aussitôt les autres me délaissent pour échanger sur la mission et les conditions. Le Caméléon a soit un humour très spécial, soit pas d’humour du tout. Mais il se comporte en leader et dirige la discussion.

En tout cas il a été contacté par un ami appelé Fat Cat qui lui propose un job d’escorte pour la Rock Star Maria Mercurial… Elle-même ! Un truc de dingues. Le commanditaire est son impresario : Max Foley. Je récupère sans effort une transcription d’une interview qu’elle a donnée.

Pendant que les autres parlent, je contacte Wendy pour avoir des infos sur Maria Mercurial. J’apprends juste qu’elle vient de changer d’impresario. À part ça, rien de passionnant. Je fouille aussi le site officiel de Maria : là non plus, rien d’intéressant. Et si je récupérais la vidéo ? Pas envie de payer ; une seule solution, pirater le système… Et voilà Une vidéo gratuite. Voyons voir : blablabla, oui c’est pareil que la transcription, mais on voit bien qu’elle change d’attitude en cours d’interview. Elle était calme et la voilà bien plus directe. Vraiment bizarre, mais ça rejoint l’idée de l’abus de BTL mentionnée dans les documents que j’ai trouvés.
Il est temps de surmonter ta frayeur ma vieille et de demander au Caméléon ce qu’il en pense, car je suis persuadée qu’il doit s’y connaître en comportemental. Mais non ! Mauvaise pioche, c’était à MistMind que j’aurais dû m’adresser. Encore une occasion ratée de te taire.
Tiens, les autres discutent des membres cybernétiques de la star. A priori, un Cyberware de cette qualité ne peut qu’être unique, voire signé par l’artiste. Voyons voir cette vidéo encore. Et zoomons sur le Cyberware… Là ! Une inscription : 84 Sorayama.

Le Caméléon repart téléphoner. Ça doit être pour confirmer le Run. C’est ça. Plus qu’à récupérer les billets d’entrée pour l’Underworld 93 – Le Caméléon me donne l’adresse de leur boîte sécurisée TKBF. On a rendez-vous à 2 heures du mat avec Foley dans les coulisses de la salle de concert. Le temps d’imprimer les billets et nous voilà prêts à partir.
Sauf qu’on a encore largement le temps. Certains s’en vont. Moi je reste. Je vais continuer mes recherches.
Ancien impresario : Armando Hernandez.
Premier concert en 2047 à l’Underworld 93. Tiens donc. Coïncidence ?
Rien d’autre pour l’instant. On en saura plus sur place, je suppose.

Les autres reviennent, on va pouvoir y aller. Hmmm, un van : pratique. C’est confiné, mais au moins les autres parlent pas trop. Pas à moi en tout cas. Ça me va bien.

Et nous voilà à destination. L’Underworld 93. J’ai toujours voulu venir ici, mais je n’ai pas les moyens pour ça. Ce boulot c’est une vraie aubaine. Par contre, on s’est fait avoir. Le concert ne commencera qu’à 2 heures du mat… pile à l’heure du rendez-vous avec Foley. Les armes : au vestiaire ! Je me sens un peu démunie mais que peut-il nous arriver ici ?
Pas grave, je vais juste laisser les bourrins au bar et profiter de la musique. Après tout, on a le droit d’en profiter un peu, non ?

C’est presque l’heure, je dois rejoindre les autres. Il faut que nous allions à la loge n°1, à gauche au fond du couloir. C’est Foley qui nous reçoit. Il est très démonstratif, mais aussi très généreux : alcool et drogues variées à disposition… Non merci ! Je vais d’ailleurs rester derrière, là, dans ce coin, c’est bien.

Foley se décide quand même à nous parler de Maria. Il a l’air de vouloir la protéger, comme une espèce de grand frère. Maria a l’air solide mais est en fait vulnérable. Hernandez vient d’Aztlan et en bon latino, c’est un gros macho. Maria en a eu marre d’Hernandez, surtout qu’il faisait affaire avec les Yakuza. En plus ils utilisent les BTL. Maria savait que Foley était le seul à pouvoir la gérer. Ok, un peu la grosse tête quand même on dirait.
Hernandez en a fait une affaire perso : il a carrément posé un ultimatum : soit elle restait avec lui, soit elle ne se produisait plus du tout. Il va nous falloir tenir Hernandez à distance, au moins pendant les 5 jours à venir. Dans 5 jours, le contrat avec Hernandez se terminer et Foley aura les syndicats avec lui et Maria n’aura plus rien à craindre. L’emploi du temps de Maria pour les 5 jours qui viennent est complètement libre.
Foley propose 5000Y par personne pour les 5 jours. Tope-là mec. Enfin je me tais parce que les autres n’ont pas du tout l’air d’accord. Ils tentent de négocier. On a le droit de faire ça ? On dirait bien que oui.
Et ça aurait été dommage d’accepter parce que Foley – qui a vu que je suis Decker – avoue qu’Hernandez a gardé 180000Y et refuse de les donner à Maria. Hernandez les garde sur un compte chez Federated Funds Net. Foley connaît l’adresse et le numéro de code… Ça, c’est louche. Encore plus louche que le reste.
Foley propose 10% de l’argent pour nous si on redirige la somme sur son compte. Et les négociations continuent. On passe à 20% maintenant. Le Caméléon relance. Il veut 10000 par tête et les 10% des 180000Y. Foley n’a pas l’air d’apprécier et grimace. Oh ! Je crois que c’est le jackpot : on en est à 6000Y par tête et 50% des 180000Y. Wouhou ! Enfin, faut encore que j’aille les récupérer… Et je sais pas pourquoi, mais je sens que ça va pas être simple.

Gros silence… La musique s’arrête et j’entends les applaudissements. Maria entre. Elle est encore plus impressionnante en vraie : on dirait une panthère d’argent, menaçante et dangereuse, vivante et rayonnante. Salut Maria ! Je crois qu’elle ne m’a pas du tout captée. Elle va direct à la salle de bain.
C’est le moment de récupérer les données pour la FFN. Et hop ! Y a plus qu’à aller pirater tout ça.
Revoilà Maria. Elle a l’air bien plus calme qu’en entrant. Comme sur la vidéo de l’interview : son comportement est radicalement différent et…
Oh non ! C’est qui ces types ? Et c’est quoi ces yeux rouges cybernétiques ? Non, même pas. Ils ont l’air « naturels », mais rougeoyants… C’est pas le moment de poser des questions : planque-toi !
J’ai bien fait : le temps de lâcher (en espagnol) « t’étais avertie Chica ; déconne pas avec Hernandez » et les balles pleuvent.
Le Caméléon se casse dans la salle de bain. Il emmène Maria. Et Max qui le suit… Et moi je suis au milieu du merdier : magie, tirs… Aïe aïe aïe, qu’est-ce que je fous là ? À la première occasion, je me casse par les toilettes aussi. C’est le moment !
Oh punaise, Max a carrément défoncé le mur du fond. Le Caméléon, Maria et Max sont déjà dans l’autre pièce ; j’y vais aussi. Et au fond : la porte est ouverte. C’est quoi ça ? D’autres ennemis ? Ah non, c’est le barman et le type du vestiaires qui sont venus nous apporter nos armes et qui se sont fait assommer par Max à coups de portes.
Maria continue d’être calme. Très calme. Trop calme. Elle se pose en experte en tactique… C’est qui cette nana ?
Pas le temps d’en apprendre plus. La Lonestar arrive. Il faut qu’on se casse très vite avec le van. Et les autres vont récupérer Ted qui a morflé apparemment. En fait il a l’air carrément mort, et en même temps en bonne santé… Je suis pas médecin, mais c’est quand même hyper bizarre… non ?
Modifié en dernier par Telenn le 07/07/2020 à 13:06, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

En direct dans ton cul - 2 (03/07/2020)

Certains ont carrément attaché l’agresseur capturé à un transpalette avec des chaines. Les autres s’occupent de Ted. Maria et Foley se sont accaparés une pièce au fond. C’est le moment idéal pour m’éclipser. Faut que je trouve de quoi me connecter. Hé ben là : un genre de bureau, à l’écart, et avec une issue au cas où. Le fauteuil est pas terrible, mais j’ai pas mieux. Le temps de me brancher, et c’est parti pour la programmation de mon virus spécial Foley. Ça devrait pas prendre longtemps un truc comme ça : j’ai juste besoin de faire un transfert à retardement.
Voilà. Ça, c’est fait. Plus qu’à aller l’implanter. En attendant, voyons voir si je peux récupérer quelques infos sur les autres. Ok… Ouais… Hé ben… Si je résume : fiables mais une forte tendance à la violence. J’ai vu. Je crois que si je ne veux pas me faire buter malencontreusement, j’ai intérêt à faire gaffe. Dans ce bureau, je devrais être relativement tranquille. Je vais voir si je peux récupérer l’argent du compte d’Hernandez.
Entrer dans le système de la banque : facile. Une petite analyse : ah oui quand même. Une IC blanche pour commencer, et 2 grises pour la suite. Chaque chose en son temps. Je vais te corrompre la blanche. Hmmm, plus compliqué que prévu mais au moins c’est fait, et sans alarme. La suite est plus simple. J’en profite pour vous laisser un petit cadeau : avec ça, vous allez vous paumer si vous me traquez. Maintenant j’ai le choix : le fichier des comptes ou l’UC ? L’UC est plus faible et je dois pouvoir faire mon transfert de là. Et voilà, ça devait arriver : j’ai activé l’IC.
Je m’en tire bien, une égratignure sur ma Persona et me voilà aux commandes. Le numéro de compte d’Hernandez : ok. Mon compte secret : ok. Transfert… fait ! Wouhou ! Allez, j’efface les traces de l’opération et je ressors.

Comme d’habitude, j’ai dû gigoter un peu, on dirait que je suis plus loin du bureau que tout à l’heure. En attendant, c’est bon. Ça fait quand même bizarre de savoir que j’ai 180000Y. C’est pas vraiment à moi en même temps. Par contre, ils vont rester là jusqu’à ce que je sache quoi en faire. Je pourrais transférer 50% à Foley comme prévu, mais il est vraiment trop bizarre. Et c’est l’argent de Maria après tout. Mais même Maria est trop bizarre. Et si c’était pas à elle au final ? Rhaaaa ! Bon, l’argent est au frais ; personne ne le sait ; je dis rien et j’attends de voir.

C’était quoi ça ? Un cri dans l’entrepôt ? Maria et Foley sont toujours dans la pièce d’à côté. Et Ash est assis dans le canapé avec MistMind qui a l’air de l’examiner. Max, Meryna et Crow sont disposés comme pour faire une barrière devant l’otage qui est toujours attaché. Mais qu’est-ce qui s’est passé ici ? Ils sont tous bien occupés, mais pas de Ted : il doit être toujours sur le lit.

Sauf que non. Et c’est quoi cette poussière sur les draps ? C’est Ted ça ? Comment ça, juste les restes ? La plus grosse partie est dans une boîte de burger ? Sans déconner, c’est quoi ce cirque ? Les autres ont l’air aussi, euh, dubitatifs que moi. Ash qui raconte que le Ted que j’ai connu n’a jamais été le vrai Ted tout en l’étant partiellement. Et l’otage qui contiendrait une huile noire qui s’est transférée du corps de Ted… Entre Ash et MistMind, je suis complètement perdue dans les « explications » purement et simplement fantaisistes. D’autant qu’Ash a essayé de suivre par magie des traces de… je sais pas quoi d’ailleurs, mais en tout cas c’était apparemment trop horrible à décrire.

Je vais devoir me faire ma propre opinion. Quand je l’interroge, « Ted » - enfin, Faran Tahir – se souvient de ce qu’on a connu ensemble. Ça me paraît suffisant pour le détacher, mais les autres sont carrément pas d’accord et très soupçonneux. Ce qui est encore plus bizarre, si c’est possible, c’est que l’entité elle-même ne sait pas ce qu’elle est ni pourquoi elle fait ça. Elle a juste un but hyper vague : détruire l’Ennemi et combattre les horreurs pour protéger le monde…

Allons-bon, Foley qui sort furax. Il veut qu’on bute Hernandez… Max l’envoie chier. Il a pas l’air content du tout l’impresario. Et maintenant, Max veut que j’enquête sur Hernandez. Ok, j’y vais. Juste le temps de m’excuser de ne pouvoir libérer Faran et je retourne dans le bureau.
Bon alors Hernandez : j’ai son numéro : 555-98-45. Il a reçu des appels de démarchage et n’a passé aucun appel ni envoyé aucun message depuis 15 jours. Max va devoir se débrouiller avec ça.

L’elfe aux cheveux bleus, Meryna, vient de balancer qu’on va se faire attaquer par un groupe de Runners. Il est temps de se casser. Sauf que Faran est toujours attaché. Et comme tout le monde s’en fout, ben je vais le libérer. Un coupe-boulons et le tour est joué. Faran est dans les vapes. Je ne peux pas le transporter : il est bien trop lourd.

Ash se pointe vers moi, furax. Qu’est-ce que je fais ? Je vais me prendre une balle dans le genou et une autre dans la tête… Il s’avance vers moi : je vais crever. Il me soulève et… Ah la vache, c’est dur un mur… J’ai l’impression d’être dans un brouillard et je crois que Crow tente de calmer la brute.

Les yakuzas attaquent ! Super timing ! Vite au bureau. Maria me suit. Au final, c’est la merde mais au moins l’ork m’a lâchée, pour l’instant. Ça bastonne sévère dans l’entrepôt : explosions, tirs et cris. Mais ? C’est Foley… Ma parole, il se casse à l’extérieur ! Toi mon vieux, t’es vraiment pas net. Mais tu cours trop vite pour moi. Tant pis, retour au bureau. Maria est toujours là.
Aaaaah ! C’est quoi ce gros machin tout moche qui rapporte Foley comme si c’était un sac poubelle ? On dirait que le combat est terminé. Je vais jeter un œil dans l’entrepôt. On dirait que Faran est enfin accepté par le groupe, malgré leurs soupçons. Et Max enchaine Foley à sa place, sur le transpalette.

Selon Crow, c’est un contact qui a balancé la planque. Malgré son apparence mystique, elle est sympa en fait. Elle m’a même rendue invisible pendant le combat parce qu’elle trouve que je n’ai pas assez de protection. Il faut que je m’achète un manteau renforcé ou un truc dans le genre. Je lui redemanderai conseil quand on sera un peu plus au calme.

En attendant, j’ai de quoi m’occuper. Je suis sûre que le téléphone de Foley peut nous révéler des infos. Il est ligoté, je ne risque rien. Ok, je prends aussi le téléphone que me tend l’ork. Je vais les laisser interroger Foley, moi j’ai du boulot.

Qu’y a-t-il dans le téléphone (555-32-18) de l’impresario ? Des messages de Sumiko, l’asiatique qui nous a attaqués avec ses yakuzas. Il subissait leur chantage. Effectivement, Foley confirme entre deux sanglots.
Le téléphone de Sumiko maintenant : un seul message vraiment intéressant « Nettoyez-moi tout ce bazar ». Encore plus intéressant : le numéro est intraçable et pas moyen de répondre pour tendre un piège.

Quoi l’argent ? Les 180000Y ? Ben oui, je les ai récupérés. Mais non, je les distribue pas pour le moment. Ça attendra que la situation soit éclaircie. Oh ben je pensais que ça allait les perturber plus que ça. Je m’attendais presque à me faire éclater par l’ork. Mais non. Tant mieux hein !

Et allez, une nouvelle merde… Maria s’est fait un shoot de BTL. Elle bave. La puce est déjà désintégrée. J’ai un peu peur de ce qui peut m’arriver si je me connecte à elle en direct. Tant pis, j’essaie. J’aurais eu tort de pas le faire. Les programmes qui agissent dans son système sont vraiment spécifiques. Allez hop, je télécharge : programmes Plaisir/Douleur. Par contre, rien à faire pour la remettre en état d’ici. Je me déconnecte.

Décidément, j’ai mérité ma part de la prime du Run. Max veut que je recherche des infos sur Sumiko, 84 Sorayama, Maria et Hernandez. Ok ! Ok !
Alors déjà, Rod et M. Johnson : « que savez-vous de Sumiko et de 84 Sorayama ? ». Wendy : « as-tu des infos sur Maria Mercurial et Armando Hernandez ? ». Quant à moi, je vais naviguer un peu dans la Matrice.

Alors, alors… selon mon Johnson : Sorayama c’est un docteur indépendant de Chiba, au Japon. C’est un des centres mondiaux pour la cyberware. Sorayama c’est un artiste qui ne fait pas plus de 50 modifications par an, au tarif 3 à 5 fois plus élevés que le prix normal. Il travaille à la limite de la moralité : il transforme certaines personnes en « bonsaïs » humains pour des corpos. Il a créé une ligne « ultra » : c’est une gamme unique. Notamment, la gamme 84 créée en 2044. Et j’ai une possibilité d’accéder au réseau de Sorayama.

Sinon, Sumiko appartient au gang Shigeda Gumi, un gros gang de yakuza. Elle a bossé dur. Ensuite elle a migré à Seattle où elle a des contacts avec la pègre. Au passage, on s’est fait un bel ennemi en la butant…

Enfin : Hernandez est chez lui. Il déprime.

Bon ben il me reste plus qu’à aller me promener à Chiba.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

En direct dans ton cul - 3 (19/08/2020)

C’est bon, me voilà dans le système de Sorayama. C’est juste magnifique ! Tout est programmé dans le plus pur style japonais médiéval. On voit bien qu’ils ont des thunes ici. Et qui dit thunes, dit sécurité maximale, donc ? Prudence !
Je dois d’abord entrer dans un château. Pour ça je dois franchir une pagode dont la porte est une IC que je désactive. L’enceinte du château : un samurai armé d’un katana et portant un grand cor en forme de coquillage bloque le passage. Mon programme de ralenti le désactive dans le furtif.
Me voilà dans un jardin zen avec des bonsaïs et des pierres. Au milieu un bassin. Excellent ! Les données sont représentées par des poissons rouges. Je dois dégommer un mur pour accéder aux Nodes suivantes. Boum ! Pas résistante cette barrière.
J’accède à une cour remplie de paysans japonais qui utilisent des outils high-tech et travaillent sur des pièces de cyberware. Ça contrôle les instruments chirurgicaux de Sorayama. Je n’y touche pas.
Je retourne en arrière et entre dans une armurerie pleine d’armures, de katanas et autres armes. Le genre de trucs qui plairaient certainement à l’orc. Évidemment, un autre samurai attend sagement que je déclenche l’alarme. Mais non ! Ce ne sera pas pour cette fois. Allez hop ! Désactivé le grand machin.
Je pénètre dans un genre de bureau. Heureusement que j’avais scanné la zone, ça me permet de désamorcer le plancher piégé à l’entrée. Les murs sont couverts d’étagères contenant des parchemins… Bon, je dois programmer un petit explorateur. J’ai pas de temps à perdre à lire chaque document.
Hmmm. Ok. Lancer la recherche : 84 Sorayama… tadaaa ! Ultra 84 Copier fichier. 20 Mp, ça tient large.
Lecture rapide : Maria Mercurial = Maria Aguilar. Elle bossait pour Aztechnology. C’est eux qui l’ont forcée à se faire améliorer. Ils l’ont équipée d’une cyber mémoire scellée indétectable. Ils en ont profité pour la rendre accro et ça a tourné bizarrement avec la musique. Y a aussi une adresse à Seattle : RTL 6206. Faudra que j’aille y faire un tour à l’occasion.
Il est temps de bouger. Prochaine étape : un temple bouddhiste avec un jardin zen et 8 rochers qui dépassent avec des symboles dessus. Oh my ! Une IC noire… Oh punaise… Ouais, en fait, c’est bon. Suffisait de la corrompre. Et me voilà l’heureuse détentrice de 8 fichiers décrivant des implants high-tech.
Le temps de télécharger chaque fichier, de le mettre sur mon cyberdeck, de le transférer sur un autre serveur et de crypter le tout, et je repars.

J’approche de l’UC1. Pas envie. Le décor est sympa, c’est sûr. Mais flippant aussi. Le salon d’un Daimyo avec un coffre rempli d’or, un Oni archer pour le garder et deux chiens Fu pour faire office de traque et grille. Le but du jeu : ne pas se faire identifier comme menace. Mais comme j’ai pas confiance, je vais commencer par lâcher un petit programme de délocalisation. Le pisteur devrait tourner en rond. Ensuite, tenter de bypasser l’Oni. Et si ça marche pas… ben on verra…
Ouf ! L’Oni n’a rien vu. Et hop, je pique la thune. 500.000Y, ça ne se refuse pas. Un petit transfert et je planque tout ça sur un compte tout beau tout neuf.

Il me reste une partie du système à visiter. J’y vais. Une galerie qui fait tout le tour du château et qui montre différentes vues. Ok ; c’est des ordis qui contrôlent les instruments chirurgicaux.
Je me casse.

Et faut que je raconte mes exploits aux autres. Je vais oublier de leur parler de la valeur des fichiers et des thunes récupérées par contre. Juste je leur explique l’intérêt des plans du cyberware.

Je peux appeler Wheeler et Johnson pour faire de la pub pour mes petits fichiers… Et s’ils peuvent les vendre à plusieurs acheteurs… hé ben tant mieux ! Plus qu’à attendre leurs retours.

L’orc me rappelle que potentiellement je peux faire des modifications aussi sur moi. Pas con. Mais on verra plus tard. Par contre, c’est risqué à cause de la « signature ».

Et c’est reparti, forcément ça discute fric. L’orc et Crow pleurent parce que j’ai mis les 180.000Y de côté en attendant qu’on décide quoi faire. Moi je veux bien. Mais quand je demande ce qu’on fait, on me dit de le laisser de côté… Ils m’énervent !
Je vais visiter RTL6206. C’est rapide. À part récupérer l’adresse physique, je suis coincée. Faudra que je finisse localement au Taetzel Building dans les Barrens.

Ah ! des infos sur Maria Aguilar. Ancienne garde du corps d’Aztechnology qui aurait disparu du jour au lendemain. Elle travaillait pour un certain Texamachach qui a disparu aussi (déclaré comme mort). Texamachach était un cadre corpo.

What ? L’esprit de Crow dit qu’un dragon approche… C’est une blague ? Ah ben non en plus… Bougez-vous ! Laissez-moi passer !

Foley hurle « Pas moi, j’ai rien fait ! » Et il crame en hurlant rapidement. Le dragon me regarde… Et merde et merde et merde. Le Caméléon vient à mon aide. On va super vite vers une bouche d’égout ouverte par magie. Le souffle du dragon pénètre les égouts et les flammes viennent nous lécher. Ouf.

C’est pas fini, le merdier ! Cinq gardes de sécurité déboulent, nous repèrent et courent à nos trousses. On a réussi à les semer… Mais faut trouver une nouvelle planque. Je me laisse trainer au Turbo King Burger Flash, le temps de me remettre de toutes ces émotions.

Je sens que je vais me faire défoncer, mais tant pis. Je répète d’abord dans ma tête : les gars, je crois que j’ai été repérée en infiltrant RTL 6206… Ah ben finalement non, personne ne veut me tuer… Pour l’instant en tout cas.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

En direct dans ton cul - 4 (16/09/2020)

Ça fait plusieurs jours qu’on doit changer de planque. À chaque fois on se fait attaquer. Décidément les types qu’ont mis nos têtes à prix sont tenaces. Et ils ont les moyens. À chaque fois les groupes se sont faits défoncer. Mais bonjour les conditions de travail pour moi.

Heureusement que la dernière fois, les bourrins ont enfin réussi à en capturer un vivant. Enfin, vivant… Suffisamment pour qu’il balance une info : c’est un indien qui les envoie à nos trousses. Et pis nos contacts doivent aussi nous balancer parce qu’ils nous trouvent vite et sans chercher.

Enfin bref. Les contacts qui restent ont tout de même livré des informations.
Le Taetzel building dans les Barrens : c’est un bâtiment de bureaux qui est abandonné depuis 30 ans. On a obtenu les plans de l’extérieur. Rien que ça, ça refroidit : 27 étages de béton renforcé et plus haut, des baies vitrées blindées. Le terrain est encerclé par une clôture grillagée de 3m de haut. Et il y a des senseurs de sécurité multiples. Sur le toit, il y a un héliport (1).

Sinon : New Horizon, c’est une société écran qui sert de façade aux yakuzas dans les Barrens. Ils ont commencé à racheter tous les terrains et entamé des travaux rapides. C’était l’année dernière. Mais tout ça est resté inachevé et abandonné. Pour être plus précise, ils ont tout racheté sauf 1 fabrique de plastique et le Taetzel Building. Les 2 appartiennent à Perfecto Polymer, une division d’Aztechnology.
Au début, y avait des ouvriers. Ensuite ça a été des escouades de gros bras qui évacuaient toute personne rencontrée. Pour faire simple : le Taetzel Building n’aime pas les visiteurs ni les curieux.

En attendant, si on ne va pas dans le Taetzel Building pour tout défoncer, on finira par crever. Donc le choix est réduit : il faut y aller. Enfin je dis on on on. Mais je vais surtout laisser les autres tout défoncer et je resterai prudemment à l’abri derrière eux.

Maintenant on sait ce qu’on doit faire. Mais comment ?
Si on se réfère au plan : (1) C’est l’héliport qui est surélevé ; (2) clim (3) antenne (4) machinerie (ascenseur).

Faut bien avouer qu’au fur et à mesure des discussions, le plan original a bien bien évolué. Mais ça donne à peu près ça :
• Neutraliser l’antenne via le drone (oui, parce qu’on a un contact qui a des drones)
• Atterrir sur le toit via le drone
• Accéder au système et trifouiller
• Miner le système de clim : plan B = gazer le bâtiment si on est dans la merde dans les étages
• Descendre en ninja dans les étages (voir plan B)

En rediscutant avec le rigger, il accepte de retourner faire des reconnaissances.
Au moins maintenant on sait que l’antenne relais a un nœud d’accès au système : Yeah !
On sait aussi que sous l’héliport il y a des os de bœuf rongés, une cuve de 1000L qui contient… ben on sait pas, une unité de trividéo avec une console vocale et une déco rock’n’roll faite à partir de vinyles et d’affiches de Maria Mercurial.
Et pour la clim, c’est une vieille mécanique de base.

Bon ben c’est à partir de là que j’ai commencé à flipper encore plus qu’avant. Sérieux ? On va aller sur le toit ? Là où y a le nid du Dragon ? Non, j’crois pas, non ! Ce qui me rassure sur la santé mentale des autres, c’est que je ne suis pas seule à trouver ce plan parfaitement inadapté finalement.

Du coup on relance les discussions. On a quoi comme autre piste ? La Magie, ok. Crow propose de nous faire léviter… Non mais c’est pour aller sur le toit… On a dit non pour le toit. Max s’intéresse aux autres bâtiments alentours pour atterrir en deltaplane… sur le toit… Mais ! Non ! Pas le toit ! En plus je sais pas faire de deltaplane.

Crow invoque un esprit qui va inspecter le lieu pour tester les protections magiques : rien sur le toit. Mais alors grosse aura magique au niveau de l’héliport… Oh ben, c’est juste un dragon quoi. Et comme ça suffit pas, y a aussi des éveillés dans les étages.

Et c’est reparti pour la foire des idées à la con. Alors ça pour le coup, ça manque pas. Et elles viennent pas que de moi…
J’avoue, les plus cons viennent de moi, mais quand même… Et pis faut dire aussi que je panique un peu.
N’empêche, mon idée d’équipe de dératisation qui vient vérifier les radiateurs et qui installe des charges sur les piliers pour tout faire péter, ça fonctionne dans les films. Ok, ok. J’ai rien dit !

Le rigger renvoie son drone régulièrement. Le drone voit le dragon plusieurs fois en tant que gros lézard à ailes mais aussi sous forme humaine. Il y a aussi un autre homme avec lui. Ils ont l’air très proches. Et l’indien a l’air d’être le chef des gardes.

Hé ! J’ai une autre idée ! Et si, on interceptait une livraison de quartiers de bœuf et qu’on s’infiltrait comme ça dans le bâtiment ? Personne n’a l’air de valider.

Et Maria est toujours amorphe. Elle ne réagit pas à la musique en générale ni à SA musique alors qu’elle semblait bien accroc.

Un nouveau plan : faire pression sur le dragon (c’te blague). Mais par quel moyen ? Il faudrait récupérer les infos de la mémoire cachée de Maria. Pour ça on a besoin de matos. Et on n’en a pas. Max propose de faire entrer Maria dans une clinique que le noyau du groupe a déjà visité dans un précédent run. Personne ne semble le suivre.
Moi je trouve que c’est pas con. Pas discret par contre. Je contacte mon Johnson pour trouver quelqu’un qui pourrait scanner des implants cyber bien cachés. Il me renvoie vers le Général Custer. Un doc des rues. Il me laisse négocier directement avec Custer pour l’opération. Par contre ça va nous coûter un bras… Trop tôt pour les blagues sur les membres cyber. Pardon.

Le rigger envoie maintenant un drone miniature : le but c’est de voir ce qu’il y a à l’intérieur. On voudrait tenter l’entrée par en bas. Voilà ce qu’il trouve.
Rez-de-chaussée : (2) loge des gardes avec accès au système ; (5) dans l’entrepôt : un gros oiseau rouge orange avec une crête, des pattes bleues faisant 2m d’envergure et 4m de long : c’est une cocatrix. Elle peut paralyser avec sa queue… Et un basilic (qui pétrifie), des servo-fusils…
1er au 26 : étages complètement vides.
27ème : les appartements du copain du dragon : posters avec des gonzesses et une photo du type (jeune) adossé à un dragon. (3) Chambre de l’indien ; (4) une salle avec un decker qui surveille le système ; (5) salle de conférence ; (9) un gymnase/dojo ; (10) une armurerie ; (11) Terminal de sécurité ; (12) un appart typique de technicien geek (avec une grosse photo d’un nain, d’une naine et d’un mini-nain)

Sur le toit, le drone se fait défoncer par le dragon qui le repère. Quand je disais que c’était pas une bonne idée, le toit…

Sur une suggestion de Max, le rigger collecte les vidéos du drone. Je fais des captures des photos du pote du dragon avec ses conquêtes et je les envoie à ma bloggeuse préférée. Elle répond hyper vite qu’il n’y aucune trace du type. Soit il n’est pas connu, soit on efface ses traces. Dans les deux cas il doit avoir des thunes.

Et c’est reparti pour des heures de palabres. Et si on faisait ça ? Et si on se cassait ? Zzzzz (ça c’est le Caméléon qui participe activement) Et si on allait sur le toit ? Mais non !

Bref. On opte pour le Général Custer. On y va directement, c’est la seule chose à faire. L’adresse, c’est un pub pourri dans les Barrens. On commande des bières qui sentent la pisse, du vin rouge genre qui tache, et de l’eau gazeuse normale.

Le Caméléon est désigné volontaire pour aller parler au barman. Il y va au culot pour pas donner le sujet de la discussion qu’il veut avoir avec le Général Custer. Le barman le conduit derrière. Crow suit le Caméléon en astral.

Custer finit d’opérer un client et s’occupe du Caméléon qui négocie avec.
Comme le type et le Caméléon ne s’entendent pas et se méfient, ils entament les négociations. Au final, Le Caméléon accepte que Custer examine Maria sur place. Ça tombe bien, ça m’aurait un peu soulée d’être venue dans ce bouge pour rien. Du coup on va tous voir le doc avec Maria. Custer bidouille derrière un drap et revient. C’est grave docteur ? Oui. Maria n’est pas récupérable à l’heure actuelle avec les techniques actuelles. Ok. C’est la merde. Enfin, je veux dire c’était déjà la merde avant hein. Mais là c’est pas mieux quoi.

Nos options :
1 Récupérer les infos de la mémoire cyber et buter Maria dans l'opération (Général Custer)
2 Négocier avec le dragon pour lui rendre Maria en assurant que les infos de la carte mémoire n’ont pas été lues et en disant que Maria est dans un sale état (seul un dragon tout puissant pourrait la sauver ?)
3 Défoncer le dragon et ses potes dans le bâtiment
4 Changer d’identité et faire profil bas
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

En direct dans ton cul - 5 (19/09/2020)

De nouvelles infos viennent de tomber. Texamachach se prénomme Reynaldo. Ok. On s’en fout. C’était un cadre supérieur d’Aztechnology ayant pour garde du corps une nana ressemblant à Maria. Ça, on savait. Il s’occupait d’opérations de nettoyage pour Aztechnology. Pas nécessairement nettoyage physique, mais aussi d’affaires dans le genre qui puent.
Texamachach serait déjà intervenu dans le quartier des Barrens en 2045, à la même période que sa disparition. Voilà qui est plus intéressant.
Les yakuzas maintenant. Perfecto Polymer les a contactés pour stopper les travaux qu’ils avaient commencés dans le quartier. Perfecto a menacé de révéler un dossier concernant une cuve de matière polluante sous terre. La pollution étant pire que le meurtre dans notre merveilleux pays. New Horizon, les yakusas donc, a décidé de contre attaquer mais au final chaque partie a décidé de ne plus bouger.

Sur notre bas monde matériel, Custer veut commencer l’opération mais veut savoir s’il prend le risque de buter Maria… Au final non. Surtout qu’il voudrait récupérer des bouts de Maria.
Le Caméléon achève la négociation en refusant de mettre la fille en danger. Ben du coup, on se casse.
Je somnole pendant que les autres palabrent. Blablabla à force ça soule. Et pis ça dure des plombes. Je croyais qu’on avait décidé de ce qu’on faisait, mais pas du tout !
Je me réveille juste pour envoyer un message au Taetzel Building, sur ordre des autres : "RdV au bar Gracie's for Ribs (49 Downtown) à 18h17, demain soir pour négocier la restitution de Maria". Le message, je le laisse dans la case 1A du système du Taetzel Building avec un truc qui va déclencher une alarme 30 minutes après ma sortie de la matrice pour que les gens voient le message et qu’on ait le temps de décamper d’ici. Je donne une apparence de pigeon au message parce que ça m’amuse. Quoi ? J’ai bien le droit de m’amuser un peu non ?
On se casse aussitôt ma sortie de la matrice. Les autres vont faire des courses pour partir en guerre. J’hésite énormément entre me casser loin et rester avec eux. Si je me casse j’ai une chance de survivre à l’affrontement qui arrive mais si je me casse, toujours, je risque de me faire traquer et je serai sans défense. Je vais choisir l’option A Jean-Pierre : je reste avec les autres.

Mouhaaaaaaaaa. Enfin un peu de repos. Ça fait du bien. Mais c’est bientôt l’heure. On va au rendez-vous. Je reste dans le van avec Crow, Meryna et Maria-le-légume. Elle est d’ailleurs complètement flippante à rester là en bavant, le regard vide. Comme j’ai rien d’autre à f… faire, j’en profite pour hacker le système de surveillance du quartier. Crow envoie un esprit. Max reste en couverture sur un toit avec un lance-roquette. Finesse, finesse !
Au rendez-vous dans le bar : le Caméléon, Faran, Ash et MistMind. L’équipe de négociateurs. Mais non, j’ai pas fait de sous-entendu… Si ? Je l’ai pas dit fort alors.
Arrive une grosse Mercedes. En descend le type au couteau : le copain du dragon. Il est tout seul.
Via les caméras je repère un van qui s’installe à 2 rues plus loin. L’indien est dedans avec plusieurs gros bras qui ont l’air bien entrainés. Genre Lonestar privée, ‘voyez ? J’avertis les autres.
Crow décide d’aller scotcher des grenades sous leur véhicule avec la ferme intention de les faire sauter si besoin.

Je suis tranquille, je suis peinarde, assise dans mon char (fallait que ça rime avec bar), le type entre dans le bar et rejoint les c… Bref. Il arrive à la table des collègues et commande du vin rouge et une côte de porc grillée. Ça tombe bien, c’est la spécialité de l’établissement.

Tout se passe bien pour le moment, l’indien et les Musclés attendent sagement dans leur véhicule. C’est à ce moment-là que Max m’envoie une vidéo. De son œil cybernétique, il affirme que le dragon aurait atterri de l’autre côté du van de l’indien par rapport au point central qu’est le bar. Vous suivez ? Non ? Tant pis. En tout cas, je vérifie sur « mes » caméras et malheureusement je confirme. Un dragon d’un fort beau gabarit : 20m de long dont 17m de queue. Ça laisse rêveuse. Il semble qu’il disparaisse en atterrissant sur l’immeuble : aurait-il pris forme humaine ?

Dans le bar, ça discute mollement. J’aurais bien dit sec, mais ça aurait été une grosse déformation de la triste réalité. Bref. Les collègues proposent de restituer Maria. Mais le type veut aussi qu’aucune info ne filtre sur les plans etc. Oups. Trop tard pour moi. Je vais bien fermer ma mouille par contre.
Après d’interminables palabres, le type sort son téléphone et fait bouger le van de l’indien jusqu’à l’arrière du resto. Je le vois se déplacer sur les caméras et j’alerte les autres. Ensuite le type sort son Ares Predator et le pose sur la table « en guise de sécurité ». En bons mecs de base, Le Caméléon et MistMind font de même avec leurs petits flingues. Visiblement, le type a la plus grosse. Et il a un dragon aussi… On va pas se mentir (pas cette fois), ça joue.

Le van s’installe et l’indien sort. Il voit Max et lui fait un clin d’œil. Max répond en faisant coucou et en montrant son lance-roquettes… Ah les mecs !

Le dragon décolle et se pose sur un immeuble plus près et regarde Max. Max prévient les autres et je m’occupe de pirater des écrans de pub, prête à diffuser le stream du dragon aux passants s’il y a du grabuge. On mourra, certes, mais en faisant chier le dragon. Ou pas…

Les collègues réagissent en s’indignant. Mais le type au couteau se justifie en disant qu’il prend ses précautions… Vu ce qu’on a prévu de notre côté, on serait assez gonflés de se plaindre de leurs méthodes.
Meryna sort du van et livre Maria. Les hommes embarquent la fille dans leur van. Le van s’éloigne. Le dragon décolle et s’en va. Le type du resto prend un café et en offre un aux autres. Ok. Donc là c’est bon ? Ils nous foutent la paix maintenant ? Il semblerait… Jusqu’à la prochaine attaque quoi.

Alors par contre, j’ai cru comprendre que Meryna a collé un traceur dans Maria. Je dis bien « dans » parce que cette tordue l’a insérée dans son… euh, sa… enfin vous voyez, quoi ? Par conséquent, je vous garantis que plus jamais je ne veux rester seule avec cette nana quand je suis dans la Matrice. D’ailleurs, Crow a dit la même chose pour quand elle se baladera en astral.
Le traceur permet à Meryna de suivre le trajet de Maria. En l’occurrence, le van s’arrête avant le Taetzel Building. Crow envoie un truc pour épier la zone.

Retour au bar : avant de partir, le type au couteau conseille au groupe de quitter Seattle… Ash n’apprécie pas la menace.

Et retour à Crow : le watcher de Crow constate que le van est ouvert sur le côté, un charcudoc opère Maria. Il le fait très rapidement et récupère un truc. Ils jettent le corps dans la rue et s’en vont. Crow avertit les autres et s’en va en astral sur place. Mais quand elle arrive, Maria est déjà morte.

J’incite les autres à récupérer le corps pour pas laisser trainer le cyber. Max propose de vendre le corps à Custer pour brouiller les pistes. Il y a eu des manipulations sur les membres cyber qui tendent à effacer les traces : plus de marquage Sorayama 84, plus de trucs trop spécifiques à Sorayama etc.
Crow s’énerve et ne veut pas vendre Maria en pièces détachées. Elle se barre furieuse. Au final on vend le tout pour 125725 Nuyens qu’on se partage en 7. Faudra que je demande à Crow pourquoi elle n’a pas voulu une part. Un problème éthique ?

Ash insiste pour que je vire les 180000 Nuyens à partager entre tous. Il vérifie même que les 22500 Nuyens est la bonne somme l’enfoiré. Top la confiance ! Mais bon, je transfère tout.

Les jours qui suivent la rencontre, Faran a l’air un peu perdu. Sinon, un article annonce la mort de Maria, assassinée par Hernandez qui s’est suicidé ensuite. Ah bon ? Bizarre, je ne me rappelle pas de ça…

Il est temps maintenant pour tous de changer d’identité et de faire quelques emplettes. Ash propose de se cotiser pour se trouver une nouvelle planque avec un peu de sécurité et du matériel. Je vais me lancer dans les recherches d’annonces immobilières en parallèle de mes petits achats.

Alors… Des drones, du matériel de rigging, et le reste de mon argent sale, je vais l’investir.

Me voilà proprio de trois nouvelles identités, dont une qui me permet de payer un loyer pendant 6 mois.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le jus de Schtroumpfs 1 (21/11/2020)
Ça fait 15 jours. 15 jours que je vis, sans savoir vraiment si le dragon et ses potes m’en veulent à ce point. 15 jours qu’on bosse pas non plus. Et donc 15 jours que j’ai du temps à consacrer à investir. Mais il m’en faudra plus pour trouver tout ce que je veux. Le bon matos, ça se trouve pas dans les poches d’un orc.
Ah ! J’ai oublié : on a une nouvelle planque. Va falloir aussi que je m’occupe de sécuriser le serveur et de voir comment intégrer la surveillance et relier ça à des alarmes. Sauf que là j’ai plus le temps. Moi qui pleurais parce qu’on avait pas de travail… MistMind veut nous voir. Il a été contacté pour un contrat avec une corpo. On a rendez-vous avec un Johnson à l’embarcadère 36 des docks de Tacoma, à 23h. Le contact a parlé de la prise en charge d’une personne… Et ça veut dire quoi ? Buter ? Protéger ? On sait pas. Et ben on verra sur place.
MistMind propose de faire du repérage avant et si c’est bon on pourra y aller. C’est le principe du repérage… Le Johnson a insisté sur la ponctualité et sur le fait que tout le groupe doit être là.

Pendant le repérage, les fouineurs entrent en contact avec des types qui font la même chose pour le Johnson.

23h moins quelques minutes : on poireaute. 23h pile : un motard arrive, type latin, en cuir noir sur une Harley Scorpion qui tourne au ralenti. La moto est équipée d’une mitrailleuse : ça refroidit. Le type enlève ses lunettes qui laissent voir des yeux cybernétiques rouges. Ou alors c’est une myxomatose carabinée. Il passe un appel avant de se coucher sur son siège. Quelques secondes plus tard, une Toyota Elite arrive et s’arrête au niveau de la Harley. Un type sévère en costume descend quand son chauffeur lui ouvre la porte.
Il s’avance enfin et dit « bonjour messieurs ». Ça commence bien… Macho ! Je le dédaigne joyeusement en jouant avec mon pad. Crow le gratifie d’un « bonjour madame ». Je le savais qu’elle était fun ! Le Johnson s’adresse particulièrement au Caméléon et à MistMind. Apparemment les gueux, il supporte pas.

Johnson : « Vous connaissez la Gelée d’Ambre n’est-ce pas ?». La quoi ? Bon, ça va, je me sens moins seule : les autres non plus n’ont pas l’air de savoir ce que c’est à part le Caméléon. Alors, a priori c’est un produit de Strice Foods (une corpo) qui fait un carton. Strice Foods a embauché une star du simsens pour faire la promo du produit. La star c’est Euphoria. Elle fait des vidéos mais en dehors de ça elle fait très peu d’apparitions. Du coup quand elle en fait, ça crée le buzz. Les employeurs du Johnson ne veulent pas qu’Euphoria fasse ses apparitions. Le but est donc de l’éloigner sans qu’il lui arrive rien. Il propose une somme « conséquente » : 20000 Nuyens chacun. La moitié quand on l’aura enlevée et le reste quand elle aura raté la dernière apparition. Il y a 3 apparitions prévues. Il faut la récupérer avant vendredi. Il faudra la relâcher le lundi matin. Hé mais… C’est demain vendredi ! On va bien avoir le temps de préparer un truc tiens. Ce run pue déjà alors qu’on a pas encore commencé.
Et pis du baby-sitting, quoi ! C’est vrai que la dernière fois ça s’est super bien passé. D’ailleurs le Johnson a mentionné cette histoire, l’air de rien. On a déjà une bonne réputation on dirait.
Pour commencer, on doit aller enlever la star à son appartement, un penthouse de la Pacific Tower sur Wardview.
Le Caméléon veut savoir pour quelle corpo le Johnson bosse mais évidemment il ne répond pas. Par contre, il nous a loué une suite dans Redmond Barrens pour planquer Euphoria dedans et nous donne le passe avant de se casser dans sa voiture.

Quand il est parti, le latino se rapproche et nous dit que si on doit le contacter, il faut faire 55Chrome. Puis il se casse aussi. Je suppose que ça veut dire qu’on est embauchés. Donc pas de temps à perdre. Le Caméléon, MistMind et Crow vont à Bellevue faire du repérage chez Euphoria. Faran, Ash, Max et moi devons aller inspecter la planque.

Elle se situe au Royal Meadows : aucune sécurité magique ni électronique. C’est un appartement basique mais les placards et le frigo ont été remplis pour 3 jours. Le quartier autour, c’est du salarié et du corporatiste très train-train. Heures de pointes et heures creuses. Au niveau insécurité, c’est très minime. Je repère les caméras dans la rue pour prévoir une surveillance du quartier depuis l’appartement, situé au 4ème étage. Un escalier incendie donnant sur l’arrière de l’immeuble.

Je résume : cible facile, planque facile, quartier tranquille : ce run pue du cul sévère.

C’est qui cette Euphoria ? J’appelle Wendy. Selon elle, Euphoria c’est une grosse salope qui traite ses fans comme de la merde. C’est con, c’est ce qui la fait vivre. Elle tourne des tridéos et des simsens. Elle est censée faire ses apparitions à l’Arcology Renraku vendredi, dans un stade au sud de Seattle samedi et dans un parc à proximité de la pyramide d’Aztechnology dimanche. Il paraît qu’elle va sortir sa prochaine simsens à cette occasion. Ce sera une vidéo limitée dans l’usage et dans la quantité. Elle travaille pour un certain Robert Carrone. Elle est sous surveillance rapprochée : un ou deux gardes. Notamment du gros singe mais aussi potentiellement un mage.

Les autres tiennent absolument à farfouiller autour de la Gelée d’Ambre et de Strice Foods. Mon avis c’est que moins en sait sur eux, moins on risque d’emmerdes. Mais faut reconnaître que s’il le plan foire, ou plutôt quand le plan foirera, on aura peut-être besoin de ces infos pour s’en tirer. Il faudrait donc savoir qui est le concurrent de Strice Foods qui est si intéressé pour empêcher la société de faire son business. Là a priori on a la réponse : en faisant la visite de la « suite », un studio tout pourri en fait, Max a trouvé de la bouffe dans les placards. Toute la bouffe venant de chez Ludivenko, la corpo concurrente n’est pas difficile à deviner… Ou alors c’est pour brouiller les pistes. Ludivenko : c’est pas un peu russe comme nom ça ? Y aurait un lien avec les « triades » Vori de Tacoma ?

L’espace étant limité, Max décide d’annexer l’appart d’en face aussi. C’est toujours aussi pourri mais ça fait deux fois plus d’espace. En même temps, je suis pas sûre de l’intérêt vu qu’on a plus ou moins déjà décidé de pas rester là pour se planquer.

Max est parti acheter de la Gelée d’Ambre : c’est un genre de miel ou de pâte à tartiner de couleur bleue… C’est quoi le rapport avec l’ambre ? Le marketing a complètement craqué sur ce coup-là.

Ça y est ! On est vendredi. Tout le monde est de retour dans notre planque. Les autres nous racontent que l’appartement de la pouf est surveillé par des esprits. On raconte nos infos. Crow propose de régler le problème de la pétasse en la gardant endormie ou un truc dans le genre. C’est clair que ça solutionne beaucoup de problèmes.

Maintenant faut savoir comment on s’y prend. Réussir à choper Euphoria dans son penthouse : c’est compliqué. Mais c’est encore plus compliqué à l’Arcology Renraku. Il y a aussi la possibilité de l’intercepter sur le trajet. À creuser.

Quelques infos supplémentaires et nécessaires au plan. Robert Carrone : c’est un agent calme et réservé qui travaille pour Megamedia. Le siège est à Seattle. Son président est William Welsh. Les branches principales sont Megamedia Productions et Megamedia International. Megamedia Productions : production tridéo et simsens. Megamedia international : distribution de puces et programmes tridéo et simsens. C’est une des 6 corpos géantes de la tridéo. Elle doit une grande partie de son succès au fait de dénicher de jeunes talents... Tous deviennent des vedettes : Cincy Cyclone, Ted Morgan, David et Helen Variable, Honey Brighton, Euphoria. Honey Brighton et son célèbre producteur Witt Lipton sont partis récemment. Un autre départ de Megamedia pourrait leur être fatal. Megamedia vient de résilier son contrat avec la Lone Star pour Knight Errant.

Les protocoles de sécurité de la Knight Errant : en général pour les trajets il y a 2 véhicules : Nightsky et Americar avec 3 agents de la Knight Errant. Avec renforts possibles en moins de 5 minutes. Sans compter les 2 gardes du corps de base d'Euphoria.

55Chrome : un dénommé Juan Diablo, ancien ganger devenu samurai des rues pour Ludivenko.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le jus de Schtroumpfs 2 (25/11/2020)
Le super plan.
Équipe du haut : Crow et Faran : passage par le balcon sous invisibilité et en lévitation.
Équipe du bas : j’attends dans la voiture, prête à démarrer en cas de fuite précipitée. MistMind déguisé en Carrone et ses sbires : Ash et Max. Le Caméléon glandouille au rez-de-chaussée de l’immeuble. Pour être un peu crédible, MistMind a visionné quelques apparitions de Carrone pour copier sa voix et son attitude.

Et c’est parti… À peine entré, Max commence à jouer le garde du corps stagiaire. Le vigile est surpris de l’arrivée de Carrone et remarque qu’il n’est pas dans la liste. MistMind altère sa mémoire pour lui faire croire qu’il a bien appelé le secrétariat. Ça marche ! Les 3 imposteurs passent les vigiles. Entre temps, un deuxième vigile s’est pointé. Mais l’équipe du bas atteint l’ascenseur et monte.
Une fois au 20ème étage (sur 24), les 3 se retrouvent devant 4 gardes de Knight Errant. Crow est prévenu et lance des sorts. Elle et Faran arrivent à la hauteur de la terrasse qui n’en est pas une : c’est une véranda (5). Dedans : des hauts parleurs et des projections holographiques. L’intérieur a été transformé en serre tropicale. Les vitres sont en matériau pare-balles. Les kamikazes volants ont le temps de faire un tour partiel du propriétaire : une salle de gymnastique (6). Une salle de bain (14). Une petite fenêtre (8). Une pièce meublée style English, tapisseries, tableaux, sabre de cavalerie (11) avec une fenêtre à barreaux. Une salle à manger (10). Une cuisine (9) avec une fenêtre à barreaux. Un grand séjour avec baies vitrées en matériau pare-balles (3) avec 3 autres Knight Errant dedans et un autre gugusse un peu mystique.

Pendant ce temps, devant l’ascenseur, les gardes de l’ascenseur restent impassibles. MistMind leur tend son ID… Les gardes le laissent passer après lui avoir rendu sa carte puis suivent les infiltrés dans le salon. Le gugusse mystique gueule : « ce n’est pas lui ! Attaquez ! » Et voilà… Ça n’aura pas duré longtemps. N’empêche, c’est déjà bien que ça n’ait pas dérapé avant.

Alerté, le Caméléon sort du bar où il « récoltait des informations » … on y croit… et tente de créer un court-circuit sur la console en y versant son verre de vin. Comme ça ne marche pas, curieusement, il se dirige vers les ascenseurs mais les vigiles s’interposent. Le Caméléon sort son flingue. Je me précipite pour le rejoindre.
En haut ça continue de se taper dessus à coups de boules de mana et de balles de gros calibre. Faran croise Euphoria dans sa chambre de princesse (13) : elle crie et se prend 2 balles assommantes. Crow et Faran se barrent avec la pouf par l’extérieur.

Le Caméléon se débarrasse des deux vigiles avant que j’aie eu le temps d’arriver. Du coup, j’ai plus qu’à me connecter à la console. Je prends le contrôle des ascenseurs et je verrouille toutes les portes pour éviter que les gens se barrent en hurlant. Ils hurlent en courant dans tous les sens dans le hall. Je sais pas si c’est mieux… Je désactive les alarmes et je supprime les enregistrements vidéo depuis le moment où le groupe est entré. Pendant ce temps le Caméléon rejoint les autres sur le palier du 20ème étage.

Ils redescendent. En sortant de l’ascenseur, Max gère un civil qui sort un flingue. Je me débrouille pour accéder au garage et on fuit en gardant les civils enfermés dans le hall. Au final, on monte dans un van et on se rend au point d’échange de véhicule avant d’aller à l’appartement.

À proximité de l’appartement, je reste embusquée en prenant le contrôle des caméras de vidéosurveillance du quartier. Max se positionne sur un toit voisin. Crow surveille magiquement. Le Caméléon fait le trottoir. Les autres se rendent à l’appartement avec Euphoria.

C’est le milieu d’après-midi. MistMind fait croire magiquement à la pouf qu’elle a déjà fait sa tournée de promo et que suite à une tentative d’agression par un fan déséquilibré, elle a choisi de se retirer quelques jours. Ça marche aussi ! Sauf que la pétasse veut manger et réclame de la Gelée d’Ambre… C’est parti pour les caprices de princesse. MistMind récupère la Gelée d’Ambre achetée par Max. Elle s’excite dès qu’elle voit le pot et saute dessus. Mais MistMind chope la main d’Euphoria dès qu’elle ouvre le pot et se répand de la gelée sur la main. Euphoria repousse MistMind qui jette le pot à terre. Euphoria est complètement énervée.

MistMind demande au Caméléon d’appeler 55Chrome pour lui signifier que la première partie de la mission est accomplie. Faran est chargé de nettoyer la Gelée d’Ambre tombée par terre. La pouf se saisit du pot et mange ce qui reste dedans.

Du nouveau : un type stressé entre dans l’immeuble. Un jeune avec un grand sac à dos, habillé grunge. Il se pointe à la porte de l’appart, frappe et dit : « Ainsi font font font les petites marionnettes, ainsi font font font 3 p’tits tours et puis s’en vont. » Quelqu’un lui ouvre quand même, flingue prêt. « Je viens vérifier la plomberie. » Hein ? C’est qui ce guignol ? Un certain Vernon Gruder. Il est chargé de remettre les créditubes. Gruder devient complètement débile quand il voit Euphoria. MistMind se charge d’effacer la mémoire de Gruder pendant que Faran ramène la pouf dans la chambre avant de vérifier le sac et confirme que la somme est bien là. Puis Faran nous rappelle pour savoir ce qu’on fait.

L’idée c’est de trouver une planque pour les 3 jours. En attendant, je laisse mon mini drone espion positionné dans le coin de l’appartement pour surveiller les entrées d’intrus. Je laisse aussi un boîtier d’enregistrement connecté sur le réseau de caméras du quartier avec envoi d’emails réguliers.

Dans notre planque temporaire, Faran remarque que la main de MistMind est rouge ; ça lui fait mal. MistMind avoue avoir cru voir des insectes surgir du pot de Gelée d’Ambre. Après analyse, le produit est lié à la magie. Ce qui est curieux c’est que Faran a touché la gelée pour nettoyer mais n’a eu aucune réaction contrairement à MistMind. Et les autres magiciens ? Ils sont pas chauds pour tester en direct. Les chochottes !

Je vais aller me connecter à la Matrice histoire de voir si je peux trouver quelque chose chez Strice Foods.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le jus de Schtroumpfs 2.5 (27/11/2020)
Le temps de me poser dans un coin à l’écart de nos planques, je me connecte à l’adresse de Strice Foods. Délocalisation : check. Y a plus qu’à entrer. Un mur de cristal gigantesque avec une porte surmontée du logo de Strice Foods. Je dois passer un peu de temps dessus mais j’arrive à passer la barrière sans déclencher d’alarme. J’ai le schéma du système. Je vais aller visiter. D’abord me débarrasser des IC. Sauf que celle-là pique. Tiens ! Dégage ! Non mais… Bon, je peux me balader tranquille ? C’est quoi ici ? Une banque de données en forme de labyrinthe de couloirs tortueux dont les murs s’illuminent de données emmagasinées. Je mets la main sur les commandes. Focus sur la Gelée d’Ambre. Les clients sont des magasins divers. Bon, ça on s’en fout. Par contre, ça c’est mieux : Strice Foods achète des flacons vides, un agent colorant bleu, du nutrisoja bas de gamme prétraité et… ben c’est tout. Ok, je suppose que je vais trouver d’autres infos plus loin. J’espère. Hop hop hop ! C’est quoi ça ? Des factures de Megamedia. Strice Foods les paient 1280000 Nuyens pour les trois apparitions d’Euphoria. Une facture pour Knight Errant et une autre de Megamedia pour un film promotionnel de 5 minutes.
Bon c’est pas tout ça, j’ai d’autres nodes à fouiller. USD2 : encore une bibliothèque mais rien d’utile pour l’enquête. Plus loin, c’est des accès aux terminaux des employés. Celui du chef en EPS/1 (blanc) et les employés en EPS/2 (orange). Je continue jusqu’à l’UC1 : une fois débarrassée des IC (une barrière d’énergie bleue et une petite boule noire hérissée de lames bleutées), je ne trouve rien de passionnant dans cette salle octogonale orange aux murs scintillants. Faut que je continue. En USD3, c’est pas tellement plus passionnant : les listes des détaillants et distributeurs de Strice Foods. Hé ben dernière ligne droite la NE1. Dedans ça ressemble à un camion de livraison de Strice Foods. D’ici on peut surveiller les camions auto-pilotés de la société et repérer ceux qui buggent pour les réparer. La Gelée d’Ambre aussi est acheminée par ces camions, ça me permet de dénicher l’adresse de l’usine dans les Puyallup Barrens.

Je vais y laisser un petit cadeau : un petit programme d’accès au cas où on devrait détourner un camion ou supprimer des alarmes si on essaie de l’ouvrir. Et un autre programme pour pénétrer dans les ordinateurs des employés et du patron et pour scanner le disque dur.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le jus de Schtroumpfs 3 (02/12/2020)

Quand je reviens à la nouvelle planque, MistMind et Faran sont partis et reviennent à la planque avec des tomates bleu fluo pour le repas du soir. Ash et Euphoria en mangent. Mais MistMind et Faran ne veulent pas dire d’où elles viennent. Moi, j’y touche pas.

En plus, depuis qu’ils sont revenus, MistMind et Faran ont l’air plus complices… Qu’est-ce qu’ils ont trafiqué ? D’habitude ils sont déjà bizarres, mais là ils sont carrément flippants. Il faut que j’insiste lourdement pour qu’ils acceptent de répondre. Apparemment ils connaissent un savant fou qui fait des expériences, et c’est ce savant qui leur a filé les tomates bleues.
C’est à mon tour de faire mon rapport. Quand je finis, MistMind est tout mielleux. Trop, mais alors trop creepy. Mais bon, maintenant que je suis tranquille, je vais m’occuper de surveiller les caméras du quartier des Barrens.

Samedi matin. La matinée commence tranquillement. Le Caméléon s’occupe de récupérer des infos sur l’usine via un de ses contacts. C’est un bâtiment en forme de L un peu à l’écart de la zone industrielle. 2 gardes à l’entrée. Les camions vont et viennent, tôt le matin. Hormis les 2 gardes, il n’y a pas d’allées et venues en dehors des camions. Le bâtiment fait assez vieillot.

Et merde, c’est quoi ce truc ? Un Worm ? Sérieux ? D’où il vient ce truc ? Un autre continent a priori… Il faut absolument que je m’en débarrasse. Juste le temps d’avertir les autres qu’il faut qu’on déménage parce que cette saleté a filé ma localisation !

Et forcément c’est le moment que choisissent 7 gus pour envahir l’appartement officiel de planque. Et on dirait un mago avec eux. Un grand noir de 2 mètres tout en muscles, avec des yeux de chat et des vêtements en cuir de style africain.

On évacue après avoir posé des caméras. MistMind estime que c’est le bon moment pour aller faire examiner sa blessure à la main : éparpiller le groupe pour limiter la localisation par les ennemis. Max reste sur place pour surveiller. Je quitte aussi le groupe pour purger le système de ce Worm.
Le temps de me trouver un petit système simple et je largue le Worm dedans. Cette saloperie a été implantée vers 10h ce matin. Et elle a émis 2 minutes plus tard. Voilà ! Tout propre. Je peux bouger.

Examinons mes captures vidéo. Les types qui ont débarqué au Royal Meadows ont un van. Le mago se conduit en chef. Les autres ont l’air d’être d’avoir une formation militaire. Vu qu’ils ont quitté l’appart, je vais pouvoir récupérer mon drone et les caméras. J’y vais.

Vers 21h30, Max nous annonce qu’il voit arriver le groupe d’assaut à la deuxième planque. Les types fouillent pendant que le noir examine la tomate bleue : il la prend et la lâche quasiment aussitôt. Max enregistre tout. C’est pratique ça. Puis il prend le van en filature. Il remarque que le mago a un objet genre une mèche de cheveux. Il doit traquer Euphoria grâce à ça. En tout cas, c’est ce que Crow explique.

Et les emmerdes continuent : mon Cyberdeck vient de rendre l’âme… L’avatar de samurai qui est apparu juste avant ne me laisse aucun doute : Sorayama m’a retrouvée. Mais punaise ! Ils ont fait comment ces enfoirés ? J’étais même pas connectée. Ni quand le Worm a été installé, ni quand il a émis, ni quand le samurai m’a flingué mon Cyberdeck… Et évidemment, pas moyen de trouver du matos de qualité rapidement. Ben tant pis, je vais me débrouiller sans. Faudra que je sois hyper prudente…

J’ai cru comprendre que les autres ont décidé de prendre le groupe de poursuivants en embuscade dans une station-service. Après quelques boules de feu et de grenades, les poursuivants ne sont plus. Les autres ont récupéré le téléphone du mago pour que je puisse l’examiner. Ils ont aussi emmené Pride (le fameux mago) et ses affaires après l’avoir isolé magiquement et ligoté et bâillonné.

1h du mat, dimanche matin. Je vais rejoindre les autres qui ont commencé à interroger Pride. Il a été engagé par Burroughs pour retrouver Euphoria. Il essaie de jouer sa vie en jouant sur la fibre « Runner ». Il va rester en vie mais prisonnier jusqu’à ce qu’on termine la mission. Il avoue qu’il traquait Euphoria grâce à une mèche de cheveux. Il devait la ramener avant dimanche pour pouvoir faire au moins une prestation. Par contre il ne savait pas qui il pistait. Et la tomate bleue ? Il a ressenti un vide, une vision du néant.

Maintenant on va attendre la fin du contrat et on s’attaquera à Strice Foods juste après. Même si je pense que ça n’a pas trop d’intérêt, surtout en mettant ça en face des emmerdes qu’on va s’attirer. Mais MistMind souhaite enquêter sur le Gelée d’Ambre, surtout pour comprendre ce qui lui est arrivé quand il en a touché.
Il m’a proposé de m’aider à enquêter sur l’affaire du samurai. C’est plutôt sympa. Même si je me demande quand même si ça cache pas un truc cette gentillesse.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le jus de Schtroumpfs 4 (16/12/2020)

MistMind veut me parler seul à seule… Ah ! Il a des infos sur l’histoire du hacking sans connexion. Alors, y a une légende urbaine sur des gens appelés Otakus qui seraient capables de se connecter à la matrice sans fil. C’est surréaliste. Mais l’autre possibilité aurait été que le Worm aurait été implanté sans que je m’en aperçoive. Sauf que ça ne peut pas expliquer le fait qu’il ait envoyé ma localisation hors connexion aussi. Aussi bizarre que ça paraisse, je trouve la légende urbaine sur les Otakus bien plus crédible.

On est dimanche et il ne se passe rien. Du tout.
Lundi matin : on libère la pouf. On se fait payer en créditubes. Tout va bien. Tout va bien ? Euh. Ah ben oui. Bizarre, bizarre.

Bon ben finalement on va peut-être aller visiter l’usine secrète de Strice Foods. Ash et Max vont aller faire une reconnaissance. Je vais aller avec eux. Le Caméléon et Crow aussi. Par ennui, comme moi.

Nous voilà à Puyallup. Le site de Strice Foods semble abandonné de l’extérieur : aucune activité visible à part 2 gardes qui font des mini-rondes. Les camions ne font des allers-retours qu’en matinée. Ash fait un tour en astral. Il détecte des signatures inconnues et étranges. Les auras des opérateurs sont très étranges. Selon Ash ils sont « dual ». C’est-à-dire qu’ils vivent à la fois dans le monde physique et dans le monde astral. Les gardes aussi d’ailleurs. Et ils se déplacent d’une manière saccadée. À mi-chemin du robot et de l’humain… J’ai de moins en moins envie d’y aller. Et c’est pas peu dire.

L’assaut est prévu de nuit. Sauf qu’en milieu d’aprem, un van débarque au niveau du bâtiment. Max filme. Le van entre dans le bâtiment par la porte sud. Il en ressort 10 minutes plus tard. Crow fait suivre le van par un Watcher. Le van se gare quelques mètres plus loin dans une ruelle désertée. 3 types costauds en sortent (des dual aussi) et rejoignent l’usine. Max veut placer un traceur et installer un dispositif de destruction à distance sur le van. Mais il n’en a pas le temps parce que MistMind revient nous informer que Megamedia nous a identifiés comme les kidnappeurs d’Euphoria. Ils proposent une rencontre dans le bar de la Pacific Tower (là où se trouve l’appartement d’Euphoria). Grosse discussion pour savoir si oui ou non on y va. Même si je suis pas chaude pour y aller, MistMind insiste. Ok, je viens.

Avant de quitter l’usine de Puyallup, je laisse mon mini drone en surveillance. Au bar, Robert Carrone attend sagement. Le vrai Carrone. Apparemment, on va avoir besoin d’un remontant. Carrone est vice-président de Megamedia qui a perdu pas mal d’argent à cause de la disparition de la star ces derniers jours. Et là ça recommence car elle a signé un nouveau contrat juteux et elle a encore disparu. Carrone mentionne Elliot Whitecastle : c’est qui ? Un mort apparemment. Et MistMind devait le connaître. Bref, sur cette menace complètement pas dissimulée, il nous faut retrouver Euphoria avant samedi. Si on réussit : 20000 Nuyens et Megamedia efface l’ardoise. Si on refuse, ils nous font la peau. Bon… Ben on accepte, hein.

Carrone veut nous montrer l’appartement d’Euphoria. Il y a des éléments de l’enlèvement qui peuvent nous intéresser. C’est dans le salon que s’est passée la plus grande partie de la baston. Les gardes de la Knight Errant ont été démembrés, déchiquetés, éparpillés façon puzz… purée à la cantine. Tout s’est passé très rapidement parce que les chargeurs des armes tenues par des bouts de mains de Knight Errant sont remplis. Les autres ont remarqué une trainée brune sur la moquette. Je ne veux même pas savoir ce que c’est. MistMind associe l’odeur à la Gelée d’Ambre.

Carrone nous conduit jusqu’à la salle où Euphoria enregistre ses prestations. Je sais pertinemment que l’andouille qui se connectera va morfler puisque la pouf a vécu l’assaut en étant branché à l’enregistreur. Du coup, j’ai pas envie. Je me connecte donc à la console d’enregistrement Simsens. Je deviens progressivement un genre de Chasseresse de la Jungle… S’ensuit une scène dure. Énormément de violence puis de l’ennui. Vient ensuite une scène de guerre, la famine, la pauvreté extrême, du chagrin intense. Que des horreurs très vivaces. Tristesse, colère, sang. Et tout à coup je subis un changement dans le chaos : des bruits horribles, une lumière trop vive. À nouveau du sang, une puanteur, des hurlements. Une forme se dresse devant moi. Au lieu de mains, des espèces de membres faits de liquide qui s’écoule. Arrivent d’autres créatures : une avec des cheveux blonds filasses mais crades. Une autre silhouette aux cheveux courts noirs avec un t-shirt portant l’inscription « Garrety’s Bar & Grill ». La créature dit un truc du genre « Ah ! Euphoria, plus belle que jamais ». Ils sont venus pour moi. Enfin pour elle. « N’aie pas peur, tout va bien. Ou plutôt : aie peur car tout va mal. Burroughs m’a demandé de m’occuper de toi, je vais faire de toi une reine. » Lumière rouge : une forme sombre qui bouge et des bras qui s’agitent. Du sang gicle sur moi et… le noir complet.

Beeeeeeeeuuuuuuurrrhhh !

Plus jamais je fais ça. L’autre connard a fait tester ça sur un stagiaire. Y a pas à dire, c’était déjà pas agréable à vivre, mais alors à raconter : c’est pas mieux. Ash m’a fait une piqûre. Apparemment c’est pour booster un peu mon métabolisme. C’est vrai que ça va mieux.

Le type admet que Ludivenko voulait récupérer Euphoria. L’attaque a eu lieu le matin. Et ça correspond avec l’arrivée du van à l’usine. Et il me semble pouvoir faire des rapprochements entre les attaquants et les types du van chez Strice Foods.

Vu que les affaires semblent liées, on retourne vers l’usine de Puyallup. Mais avant, les magiciens font un rituel à partir de cheveux. Mais ça n’aboutit pas. Est-elle morte, protégée magiquement ou a changé d’essence ? On est bien d’accord : je n’ai pas la moindre idée de ce que les autres racontent.

Pendant qu’on était à la Pacific Tower, mon drone a repéré un Runner genre mercenaire qui s’est introduit sur le site de Strice Foods. Il est pas ressorti… J’avertis les autres parce que ça veut dire qu’il y a d’autres groupes sur l’affaire. Soit pour la Gelée d’Ambre, soit pour Euphoria.

MistMind appelle Carrone pour faire le point. Quand il apprend qu’on sait où est la pouf, il change le deal : 75000 Nuyens par tête pour filmer le sauvetage d’Euphoria. Carrone fournit le matériel d’assaut et nous emmène chez Warden : un elfe armurier qui a la réputation de fournir tout ce qu’on peut lui payer. Franchement je m’en tape. Ah ? Ça inclut aussi le matériel de drones ? Du coup je m’achète ma télécommande ! Je ne serai pas venue pour rien. Et Carrone me fait une remise de 5%. C’est un connard. Mais au moins ça c’est cool.

On a touché 5000 Nuyens. Reste à faire entrer les 65000 restants si on récupère Euphoria.
Il faut juste signer le contrat chez Megamedia pour la vidéo… Ok. Les autres récupèrent toutes sortes de munitions et d’armes. Max emporte carrément des roquettes… C’est un grand malade ce type. Je suis pas sûre qu’on puisse réaliser un sauvetage à la roquette. Mais après tout, je ne suis pas une spécialiste hein.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le jus de Schtroumpfs 5 (06/01/2021)

De retour à l’usine. On ressemble tous à des troupes d’assaut. C’est là qu’on voit que l’habit ne fait pas le soldat.

Max entame l’assaut en s’approchant d’un garde et en l’attaquant au katana. Le garde se défend et réplique. Les attaques coordonnées du groupe permettent de dégommer les deux gardes assez rapidement. Le groupe du sud aperçoit du mouvement dans le bâtiment.

L’intérieur du bâtiment est presque délabré : tout est rouillé, poussiéreux et en sale état. L’air est presque saturé d’une odeur sucrée et acre. Il y a des traces de Gelée d’Ambre au sol. Avec mon drone je repère un dernier garde au rez-de-chaussée mais pas de traces du passage du Runner qui est entré pendant notre entretien avec Carrone.

Les autres s’occupent d’aller buter le garde qui restait au fond mais il fuit en descendant l’escalier. Je m’occupe d’immobiliser le monte-charge en déclenchant l’arrêt d’urgence et en bloquant la porte. J’envoie le drone suivre le fuyard mais c’est l’obscurité complète. Je le repositionne au niveau du monte-charge et rejoins les autres à proximité de l’escalier. Au passage, je jette un œil aux équipements de production : ils ont tourné récemment pour produire de la Gelée d’Ambre. Pendant ce temps, Max est descendu et a lancé une grenade, imité par Ash.

Flash info magique : les gardes sont possédés par un esprit de type insectoïde qui disparaît à la mort des réceptacles. Quoi que ça veuille dire…

Allez, tout le monde descend. Max et Ash explorent un peu en avant mais on se fait prendre à revers par des trucs moches ! Des genres de fourmis humanoïdes franchement agressives. J’en ai eu un ! Les autres nettoient quand même plus vite que moi. Mais on pourra pas dire que je fais pas ma part.

On continue. Max a ouvert une porte dans laquelle il a vu des cocons et des humanoïdes insectoïdes. Il a vu un homme aux cheveux dressés qui s’est mis à rire de manière démente. Sa description me fait penser au type de l’appartement d’Euphoria. Ensuite un genre de fourmis a commencé à grouiller autour de lui et Max est parti en courant dans l’autre sens.

Le Caméléon appelle les renforts et on se carapate. Le bâtiment est assiégé par une vingtaine de fourgons de Knight Errants. Une bonne cinquantaine prend d’assaut l’usine et après des explosions et des flammes, seulement sept personnes ressortent. On a bien fait de pas rester.

On nous propose 1000 Nuyens pour faire un rapport détaillé sur ce qu’on a vu. Plus les 65000 promis par Carrone. Les questions qu’on peut poser n’ont qu’une réponse : secret défense.

4 à 5 semaines après les événements de l’usine, on apprend que le dernier Simsens d’Euphoria, appelé les Seigneurs de la fourmilière, sort et raconte ce qu’on a vécu dans l’usine suivi de l’attaque des Knight Errant avec Euphoria qui brûle dans le cocon géant. La Gelée d’Ambre a disparu du marché. Par contre on nous informe que les Knight Errant sont intéressés par toutes les infos sur les insectes.

Je pense que je vais faire des recherches sur le blond fou. Je ne saurais pas dire pourquoi mais je sens qu’on n’en a pas forcément fini avec cette histoire.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

C’est l’histoire d’un nain, d’un elfe et d’un troll… (23/01/2021)

Ça fait 3 semaines qu’on a réchappé des fourmis. Apparemment on a une réputation de Runners « chauds ». Ça veut dire qu’on commence à être bon, mais du coup ça veut dire aussi qu’on est recherché. Ce qui fait qu’on doit pouvoir négocier nos tarifs mais que la concurrence pourrait chercher à nous nuire.

Un appel de MistMind. Il a été contacté par un fixer. Un certain Morloch souhaite nous rencontrer. On a rendez-vous ce soir à minuit dans un penthouse au Laubenstein Plaza.
MistMind n’a qu’une description physique du Morloch en question : un nain bossu. Manquerait plus qu’il soit manchot, unijambiste et borgne. Le reste est mystérieux à part que c’est un Johnson.

Je fais des recherches sur le Laubenstein Plaza. C’est un hôtel de luxe de 14 étages situé au 11 Downtown, au croisement de la 6ème et de Pike Street. Le proprio s’appelle Théodore Labombard. La zone est bourgeoise. L’hôtel porte le nom de Laubenstein en hommage à un artiste dont il héberge beaucoup d’œuvres dans différentes galeries. Laubenstein est mort et son art est très recherché.

Après le lieu, comme on insiste, je fais des recherches sur Morloch. C’est un Johnson embauché par des puissants. Apparemment les Runners gagnent bien avec lui, même si les runs sont un peu plus difficiles. Son carnet d’adresses est très intéressant. La recommandation est de s’habiller bien pour le rencontrer. Je pense que j’ai dû grimacer en annonçant cette partie, parce que MistMind me propose de me payer un costume pour l’occasion : un tailleur pare-balles. Il doit avoir peur d’avoir honte de trainer des gueux sur place. Mais allez, pourquoi pas. Un tailleur gratuit offert par un mec bien sapé, ça ne se refuse pas.

Après le retour de Calvin Klein, je n’ai plus qu’à me changer… Prête ! Les autres aussi. On peut y aller. Seul Faran reste dehors en soutien.
Nous entrons. Le hall du bâtiment est hyper chic. Il y a une nana qui sert. Vu son accoutrement, le chic n’empêche pas de montrer ses seins et de mouler le reste. Sur le côté, il y a un accès à une galerie « Laubenstein ».

MistMind va voir le réceptionniste pour nous annoncer : Morloch a réservé tout le dernier étage et nous sommes attendus. Notre gravure de mode récupère un pass pour l’ascenseur. On monte. Les portes s’ouvrent et on se retrouve face à quatre porcs qui nous bloquent le passage. « Barrez-vous ! Rentrez dans les Barrens ! » Ash leur répond un truc, certainement dans la langue des sangliers parce que je comprends rien. Ça n’a aucun effet sur les orcs. MistMind s’en mêle en invoquant le fait qu’on a rendez-vous avec Morloch. Ça n’a pas l’air de les émouvoir non plus. J’y crois pas : ils demandent 1000 ¥ pour nous laisser passer... Max répond « ta mère est moins chère ». Un des orcs s’énerve et fait craquer ses jointures. MistMind tente alors d’influencer l’orc de tête, qui a d’ailleurs l’air parfaitement ridicule avec son chapeau melon. Le porc s’écarte, imité par ses collègues. MistMind s’engage et nous suivons. Une porte s’ouvre et une personne nous invite à entrer. C’est un nain bossu, sinistre avec un teint cadavérique, portant un costume de satin pourpre avec des dentelles blanches. Et dire que je pensais que nain bossu c’était beaucoup… Mais non ! Il repousse les limites.

Le moche nous sert du vin et propose des canapés au pâté a priori naturel. Grand luxe.
Après ces mondanités, il nous briefe. Des clients souhaitent acquérir des choses. On est les meilleurs… Houlà. Les orcs, c’était un test. Notre objectif : une œuvre littéraire écrite par un certain Ehran le scribe, bientôt publiée par Sylvan Information. Les employeurs de Morloch ne souhaitent pas que cet ouvrage voie le jour. En revanche, ils ne peuvent pas être impliqués dans un vol. Du coup, ils ont besoin de Runners.
Comme si c’était un super cadeau qu’il nous fait, Morloch « offre » une mission à 2 objectifs. 1 : pénétrer dans les bureaux de Sylvan Information pour voler le manuscrit (écrit à la main donc). 2 : s’introduire dans le système de Sylvan pour implanter un virus qui détruira les copies et brouillera les pistes.

On a une semaine pour faire le vol. Le paiement est 5000 ¥ d’avance + 5000 ¥ à la livraison. 2000 ¥ pour ne rien toucher d’autre.
Max dit « C’est dommage qu’un homme comme vous n’ait pas les moyens de se payer un groupe comme nous ». Morloch est légèrement offensé mais justifie qu’il ne nous connait pas encore. Crow demande à négocier.
Finalement c’est 10000 ¥ de plus si on ne touche à rien d’autre que ce qui concerne ce run… je me demande si je pourrais récupérer une copie avant de mettre le virus… Devant l’insistance de ma demande sur les termes, le nabot me menace en disant que jouer sur les mots peut nous retomber dessus. Il peut aussi bien nous encenser que nuire à notre réputation si ça se passe mal.
Pour conclure l’affaire, Morloch nous sert du champagne.
Si ce rendez-vous est très balai dans le cul, le Caméléon a l’air très à l’aise et heureux du raffinement du moche. Enfin bref, il est temps de s’en aller.

De retour à la planque, je me lance dans de nouvelles recherches : Sylvan Information est localisée à Bellevue. La sécurité y est plutôt privée et la police est discrète. Le bâtiment de deux étages se situe au centre d’un parc privé, entouré d’un parc magnifique, le tout enfermé derrière une clôture grillagée de 3 mètres de haut. Il est orienté plein sud et en forme de croix allongée sur les ailes. L’entrée principale est au sud. Au nord est : un petit lac avec des îlots reliés par des ponts. Au nord : une large allée menant à une baie de chargement. À l’ouest : un parking souterrain. Sur le toit : rien de spécial. Je repère des caméras et un système de sécurité pas trop top.

Je vais faire un tour dans un cybercafé pour jouer avec le virus qu’on nous a refilé. Et merde. Ce truc est trop balaise. J’ai tenté de le copier mais ça a foiré. Le pc du cybercafé est mort : tout ce qui se trouvait dessus est effacé. Heureusement, je réussis à me casser discrètement.

Les autres sont partis rôder dans le quartier de Sylvan Information pour faire le repérage. Il n’y a pas beaucoup de mouvement. Il y a 4 agents qui font des rondes de 7AM à 10PM. Les magiciens voient aussi des métacréatures : des gros loups au pelage noir avec des yeux en flammes. Ils appellent ça des barghests. Au milieu de la nuit un type se promène. Ce serait le maître-chien des bestioles. Le jour, les barghests sont ramenés dans un chenil qui se trouve au sous-sol.

Alors qu’on discute à la planque, Faran tombe inconscient. MistMind va le voir et Faran reprend conscience, un peu paumé, en sueur. Il explique qu’il a eu une vision. Il était dans un lieu qu’il n’avait jamais vu. Il volait au-dessus d’une énorme étendue verte, et au milieu il y avait une cité. Des elfes y vivaient. Tout était calme, rassurant, riche de nature. Il se rappelle avoir vu un elfe qui lisait un bouquin : les livres de Herse.

Ash fait des recherches sur le pays des elfes. Selon Faran, ça y ressemble mais c’est différent car il n’y a pas du tout de technologie. Selon Crow, ça pourrait être un métaplan… Un genre de monde parallèle magique.

Quand Faran prononce le mot « Herse », ça me file des frissons dans le bas du dos. J’ai l’impression que je ne suis pas la seule.

Je lance mes recherches sur Ehran le scribe et du coup sur Herse, par la même occasion. Ehran est un érudit elfe qui vit dans la cité de Tir Tairngire (apparemment c’est des connards selon Crow) c’est une république composée majoritairement d’elfes et située près de Portland. Ehran n’a pas de titre. Il a écrit des traités sur la magie : Cycles magiques. Je ne trouve pas de publicité pour la publication d’un nouvel ouvrage. Sur Herse : pas d’info.

Faran a repris un air hagard et crie. Il nous dévisage et nous demande si on a vu… Vu quoi ? Il est complètement barje… Selon lui, le ciel s’est déchiré et, de l’intérieur, une sorte de créature gigantesque est sortie de la déchirure. Le tonnerre retentissait. Tout autour, des yeux globuleux qui fixaient Faran. Et au dernier moment la créature s’est jetée sur lui. C’est là qu’il a crié. Je crois qu’il est temps d’aller dormir. On en a tous besoin.

Aujourd’hui, le Caméléon se déguise en elfe pour aller visiter les locaux de Sylvan Information. Il y va sous le prétexte de passer un entretien d’embauche. MistMind le suit en astral. Après un entretien rapide et insipide, le Caméléon obtient un contrat et un pass. Il visite le bâtiment qui est tout aussi insipide que l'entretien d'embauche. Rien d’intéressant et surtout pas le bouquin d’Ehran. Le recruteur lui affecte un bureau.

Pendant que le Caméléon bosse honnêtement pour une fois, MistMind va se promener à l’étage. Ce sont des bureaux. 1 : PDG - Malachi Morgan ; 2 : VP - Ngon Dinh Sum ; 3 : 1er éditeur sénior - Elrand Gylgalad ; 4 : 2ème éditeur sénior - Mark Fathom ; 5 : 3ème éditeur sénior - Sylvia Green ; 6 : 4ème éditeur sénior - Mei Lei Fujiwara. Il n’y a que deux elfes : les 1er et 3ème éditeurs séniors. Il y a des coffres dans les bureaux : ce sont des coffres mécaniques. Dans l’ensemble, ce n’est pas très sécurisé.

Avec ces infos, je fais encore des recherches pour déterminer les sujets de prédilection des deux elfes. Musique et media pour Gylgalad. Quant à Green : plutôt ésotérisme, fumeux et… Ehran. On va donc la cibler elle.

Nous en sommes au 3ème jour de run : le Caméléon embarque mon mini drone. Je suis chargée d’espionner Green. Une magnifique elfe, brune. Aaah ! Elle ouvre son coffre, ce qui me permet de noter le code : 5 à gauche, 8 à droite, 18 à gauche. Et bingo ! Le manuscrit semble être dedans : L’Humanité révélée, par Ehran le scribe.

Après avoir hésité, je promène mon drone jusqu’au sous-sol : ce sont les serveurs. Re-bingo. Je laisse le drone dans un coin du plafond avec en visuel la porte qui donne sur la zone supposée du chenil.

Bon ben y a plus qu’à attendre ce soir.

Le Caméléon est revenu de son stage. Il est parti se laver et se changer mais quand il revient dans la salle commune, il n’a pas l’air bien. Il déboutonne sa chemise. Sur son torse : un tatouage est apparu. Magiquement, l’aura du Caméléon est différente de d’habitude. C’est apparu aujourd’hui. Ce symbole signifierait « l’œil » selon Ash et MistMind. C’est lié à la magie du sang. Apparemment, la magie du sang, c’est un truc qui pue.
En voyant le tatouage du Caméléon, Faran freeze et dit à MistMind qu’il a encore eu une vision : une bataille dans la pénombre. Certains combattants étaient couverts de peau, et d’autres de métal. Une silhouette s’est interposée et s’est pris une lance. Ceux qui étaient habillés de métal étaient des nains.
Entre l’illuminé qui a des visions et le tatouage, je me demande vraiment où je suis tombée… Et ça me fait flipper. Je cours dans la salle de bains pour m’examiner sous toutes les coutures. Non, pas de tatouage non plus. MistMind frappe à la porte pour savoir si je vais bien. C’est gentil. Mais bon… On peut plus aller à la salle de bain sans se faire suivre.

Quand je reviens, je crois comprendre que le Caméléon a l’air de voir dans l’astral aussi… Mais de manière fugace. MistMind tente de découvrir si sa mémoire a été altérée en lui faisant raconter sa journée et en retournant les questions dans tous les sens pour forcer le Caméléon à s’embrouiller.
Le stagiaire raconte sa journée et à un moment donné, son discours bascule totalement : il est allé en haut d’une montagne, il a rencontré un troll. Une armée elfe arrivait mais allait être contrée par les nains pour sauver leur royaume. Le troll a donné un coup de main en chantant pour soutenir les armées. Puis il a repris sa journée normalement.

Moi, je trouve ça hallucinant. Les autres aussi faut dire. Mais l’histoire de la bataille est familière à Faran.

Et c’est reparti pour une séance de théories foireuses : y avait longtemps ! MistMind était dans le bâtiment aussi. Mais il a pas de tatouage. Bon il était en astral et selon Crow c’est encore plus chaud qu’en normal.

En attendant, on a pas trop le temps de jouer aux devinettes magiques. Il faut finaliser un plan pour mener à bien notre mission. Idée de Max : positionner un signal sonore sur un drone pour attirer les barghests. On fait un test. Et ça marche ! Mais ça dure pas longtemps. Les autres ont récupéré du matos pour ouvrir les coffres au cas où.

Et c’est parti ! J’envoie mon drone avec le signal sonore qui attire les gros loups. Crow nous fait léviter au-dessus de la grille. Je désactive l’alarme. Et on se sépare. Équipe serveur : Max, Ash et moi. Équipe coffre : MistMind, Caméléon, Crow et Faran.

Je profite du temps laissé à l’équipe coffre pour récupérer mon mini drone. Maintenant que les autres ont le manuscrit, je me connecte. Le système est vachement bien foutu. Le système ressemble à une forêt médiévale. Les programmes sont des animaux. Tout est nature. Les programmes de défense sont des chevaliers. Je pose le virus et je me déco sans attendre.

Tout en sortant du bâtiment, Max scanne le bouquin. MistMind contacte Morloch. On a rendez-vous au même endroit à la même heure. Morloch nous reçoit avec des petits fours et une bouteille de pinard. Il a l’air très satisfait et échange le manuscrit contre le salaire comme convenu.

Les autres se tapent le bouquin. Il est écrit en anglais. Selon eux c’est un ramassis de conneries disant que l’humanité vivra dans l’allégresse dans le futur et autres fumisteries. Crow semble penser qu’il y a des vérités cachées dans toute cette mièvrerie.

De retour à la planque : je vérifie que j’ai pas de tatouage. Le Caméléon par contre, remarque que son tatouage luit. Et c’est quand il luit qu’il a un don de double vue.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

It’s a Kind of Magic (29/01/2021)

Une nouvelle soirée à la planque : Max soule avec ses motos. Blablabla…

Le Caméléon se fait appeler par un contact pour un plan pour l’équipe. Ça a le gros mérite de faire taire Max. Le Caméléon revient pour nous dire qu’on a rendez-vous dans un bar d’Everett : le Ebey’s bar au croisement de la 112ème SW et d’Airport Road. Notre Johnson : une jeune femme brune aux cheveux coupés au carré. Le bar est un lieu classique pour les Runners. En tout cas, on peut pas la louper : elle dénote. Elle dénote comment ? Je suppose qu’on verra bien. Quant au run, il s’agit de récupérer un truc.

Allez, on va au bar en deux vagues pour voir si on est épié. Et oui : on est épié. On remarque 2 asiatiques qui nous suivent et observent la rencontre. Il y a d’autres asiatiques dans le bar qui ont certainement suivi le 1er groupe.
Dans le bar, c’est soirée fumée. L’endroit est blindé de Runners. Et au milieu une nana guindée que j’appellerai Miss Mèche. Alors par contre, jeune, brune, cheveux coupés au carré… Le Johnson du Caméléon devrait penser à se faire réparer les yeux. On est tous connectés en audio. Comme ça on peut écouter Miss Mèche même d’une table éloignée ou de la voiture.
Le client veut qu’on s’infiltre pour récupérer un fichier informatique. Il faut de la discrétion. Le fichier se nomme Prométhéa. Le proprio s’appelle Rob Taylor. Évidemment, le matos n’est pas connecté à la matrice. Taylor est un cadre de la corpo Manatrust Research. Il possède une habitation privée située à Puyallup au croisement de la 86ème et de la 166ème. La corpo se trouve dans un immeuble des Barrens de Puyallup. Miss Mèche dit que le fichier est soit chez lui, soit à la corpo. Super ! En fait elle sait pas. Enfin bref. Le fichier est à lui remettre. On touche 5000¥ maintenant et 10000¥ à réception. Par tête. Et on a 2 semaines grand max.

Miss Mèche nous laisse 5 minutes pour réfléchir. En même temps on va pas refuser. Du coup elle se casse bien contente.

À son départ, les asiatiques restent. Ils sont 4 en tout. Sans signe distinctif. En se barrant, on remarque qu’on est suivi. Mais sans signe d’agression spéciale. On se sépare pour voir ce que ça donne. En fait, les asiatiques nous laissent dès qu’on montre qu’on les repère.

De retour à la planque, je me lance dans les recherches.
D’abord, Taylor est directeur de recherches et possède une maison avec terrain. La zone est sécurisée. Des hommes font de la surveillance. Il y en a 2 à l’extérieur.
Ensuite, la corpo. Manatrust est une filiale de Saeder Krupp. Ils sont environ 50 employés. L’entreprise est spécialisée dans les scientifiques et biologistes. Pour le bâtiment de la corpo par contre, j’ai pas trop d’info. Ce que je trouve c’est lié aux obligations légales d’une société qui doit s’enregistrer à la chambre de commerce etc. Pas de publicité. Et idem chez Saeder Krupp : aucune annonce. Tout est secret. D’un autre côté, je me dis que fouiner chez Saeder Krupp n’est clairement pas une bonne idée. Ce n’est donc pas plus mal que je n’aie rien trouvé.

Du côté des autres, le Caméléon apprend que Taylor a des liens avec la famille Gianelli. Des mafieux.

Max est parti se promener à moto du côté de la maison et de la corpo. La baraque est surveillée par des caméras et des vigiles en costard prêts à bondir, plutôt genre mafieux que société privée. La corpo est située dans un quartier pauvre et limite abandonné. Pour dire : y a même pas de putes ! Le bâtiment décrépi a 5 étages et un petit parking derrière. En passant vite fait devant le hall d’accueil, Max voit des hommes armés. Et il y a des caméras quand même. C’est très anormal pour le niveau du quartier.

Il paraît que je suis parano… Je vois pas en quoi pirater le réseau de vidéosurveillance du quartier du Ebey’s bar pour voir l’arrivée de Miss Mèche et des asiatiques est représentatif. Je veux juste savoir si y a un lien entre les 2. En attendant, ça me permet de voir les asiatiques nous prendre en filature bien avant qu’on arrive au bar. Je remonte loin mais y a pas de caméras dans un quartier… Je pirate les caméras du quartier de notre planque : il y a plusieurs jours que les asiatiques nous surveillent. J’informe les autres.

C’est en sortant de mes petites investigations que j’apprends qu’Ash et Crow sont partis faire une reconnaissance astrale autour des bâtiments de Taylor. Sa maison : défenses magiques et esprits. Potentiellement des barrières. Et Manatrust : à l’extérieur, aucune activité magique. Mais dans le bâtiment, ils ont repéré une force magique extrêmement forte et très concentrée. En entendant la description, MistMind pâlit… Il a déjà vu des choses similaires quand il était dans son ancienne corpo, Geno Inside. Ah tiens ! Il était Johnson. Digression, pardon. Une vocation de cette société était d’étudier les gènes de la magie. La boîte a été « nettoyée » par MistMind et Ash. MistMind parle aussi d’un certain Shiawase. Ah ben c’est pas un mec, c’est une mégacorpo très très grosse qui a racheté Geno Inside.

Et c’est reparti pour une de ces discussions à rallonge sur le pourquoi du comment. Est-ce qu’ils font des expériences sur ce genre de phénomènes ? MistMind n’a pas d’info sur d’autres sociétés qui avait fait ce genre d’expériences.
Et si c’était pour contrôler des mages ? Ou créer des mages ? Y a un rapport avec le tatouage du Caméléon ? Tiens, tant qu’on en parle, c’est vrai que le Caméléon a l’air de très bien vivre son expérience tatoo, même s’il esquive le sujet quand on lui en parle. Qu’est-ce que ça cache ?

De retour à ma parano. Dans le cadre des japonais (car ce sont des japonais), je bug les caméras du quartier pour m’alerter s’ils pointent leur pif. Un petit programme de reconnaissance faciale couplé à une analyse de mouvement pour épingler leur véhicule.

De nouvelles infos sur Taylor. Il se fait accompagner par des gardes du corps dont un mage toxique. Alors je sais pas ce que c’est, mais apparemment nos mages disent que c’est crado.
Du côté de Manatrust, il y a des vans qui vont et viennent, environ 1 tous les 3 jours, et contiennent de la magie et des magiciens. Par contre, quand y en 3 qui rentrent, y en a que 2 qui ressortent…

Oh pu…naise ! Une alarme se déclenche dans mon système de surveillance. 2 japonais dans une voiture à un pâté de maison de la planque ! Ash, Meryna, Max et Crow vont s’en occuper. Crow va poser un traceur en invisible. Quand c’est fait, Max veut se pointer avec un lance-roquette en mode « sympa ». Mais Ash l’en empêche. Ensuite c’est une interception suivie d’un interrogatoire via un « poison » injecté par Meryna. Le deuxième gus craque et raconte ce qu’il sait.

Ils font partie d’une cellule Yakuza qui a été embauchée par des inconnus pour nous surveiller à distance. Ils doivent communiquer les données sur un RTL enregistré à Tokyo. On a récupéré leurs téléphones. Ils ne font que confirmer ce que le type a bavé.

Devant cette insécurité croissante dans notre propre quartier, je me vois obligée de rajouter une couche de contrôle. Allez ! Quelques lignes de programmation supplémentaire dans mon virus pour les caméras. À partir de maintenant, si des véhicules ou gens restent trop longtemps trainer dans le quartier, une alarme se déclenchera avec photo systématique (comme dans les aéroports).

Avec l’autorisation de MistMind je fais des recherches sur Geno Inside. Tiens tiens ! Joyce Powell, ancienne chercheuse de Geno Inside se retrouve dans la liste du personnel de Manatrust. Elle a disparu depuis. Elle travaillait sur l’extraction du gène magique.


La majorité du groupe estimant qu’il est temps de se bouger, on part pour la baraque de Taylor. On repère les gardes, un drone et les caméras. Je prends le contrôle des systèmes de sécurité et je les mets en boucle.
Meryna défonce le premier garde. Max découpe le deuxième qui s’agrippe à lui mais s’effondre. Le Caméléon se faufile et escalade pour arriver jusqu’à une fenêtre. Il fracture et entre dans une chambre à deux lits. Je suis le Caméléon et Max aussi pour mettre en scène un cambriolage. Le Caméléon ajoute à l’illusion. En même temps, on fouille. Pas de stockage informatique dans cette pièce. On part en exploration à la recherche du fameux fichier. Les autres restent en surveillance. Ash entre aussi pour la partie astrale.

Après quelques minutes, on arrive dans la chambre principale et on trouve un coffre-fort. Le temps que je l’ouvre, Max remarque une caméra autonome qui enregistre. Il l’embarque avec les objets précieux et en cherche d’autres. Le Caméléon trouve des papiers avec des symboles et des schémas (notamment des hélices d’ADN).

A y est. Coffre-fort ouvert. Alors, qu’est-ce qu’on a ? Des stockages externes. Des créditubes. Des emprunts russes (Sérieux ?). J’embarque tout.

Max trouve 5 caméras en tout. À visionner a posteriori. 24 heures d’enregistrement sur chaque puce. Le Caméléon trouve des bouquins sur la naissance de la magie, des métatypes et la génétique.

Comme je suis occupée à chercher, MistMind nous rejoint pour fouiller les stockages informatiques trouvés dans le coffre-fort, à la recherche du fichier Prométhéa.

Pendant ce temps, on avance. Au rez-de-chaussée il y a un salon énorme et un garage. Rien de particulier. Et surtout pas le fichier. MistMind non plus ne trouve rien. Encore que, pas de Prométhéa mais des listes de noms de candidats qui ont (avaient ?) le gène magique.

Bon ben on a pas choisi le bon endroit. On avait une chance sur deux… Et maintenant on se met en embuscade dans la maison. Le Caméléon prend la place d’un garde. Je me charge du blocage de la porte du garage avant de prendre le contrôle du drone pour espionner.
Ordre et précision :
1. Récupération des données du drone (vidéo, historique, programmes de patrouille...)
2. Formatage complet
3. Reconfiguration en copiant la config de mon drone de surveillance
4. Positionnement du drone en surveillance
Reste plus qu’à poireauter. Poireauter. Et poireauter encore. J’ai failli m’endormir mais les voilà ! La voiture du type arrive et entre dans le garage. Hop ! Porte bloquée.
Ils sont 4 dans la voiture. 2 gardes, le mage et Taylor.

Les gus n’ont pas le temps de dire zut qu’ils sont maîtrisés. Ils n’ont rien d’intéressant sur eux, surtout pas le fichier. Ça aurait été trop facile. L’idée pour la suite c’est de se servir de Taylor pour entrer dans Manatrust.
Pendant que les autres s’occupent des gardes et du mago crado, Max emmène Taylor faire le tour du proprio. Il remarque que Taylor semble très inquiet en voyant les papiers du bureau. Le bourrin fait des enregistrements des papiers.

MistMind se prépare à s’occuper du cas de Taylor avec une petite manipulation mentale. Mais le PDG semble avoir vu un fantôme. Il reconnaît MistMind de Geno Inside : il le croyait mort. Taylor est terrorisé. « Ils vont me tuer » dit-il, en faisant dans son froc. C’est qui « ils » ? Ben Saeder Krupp. Et Prométhéa ? Le fichier est à son bureau dans le centre de recherche. Taylor lâche même qu’il y a 2 gardes et 1 esprit qui surveillent un coffre.

Allez, un nouveau plan. En espérant que cette fois, on va mettre la main sur cette saloperie de fichier. Implanter une suggestion de MistMind pour forcer Taylor à faire rentrer 2 ou 3 personnes dans son bureau et récupérer le fichier. Puis effacer la mémoire de notre trojan humain. Par contre, quand Saeder Krupp apprendra que Taylor a paumé le fichier, ils vont le tuer. Certainement avant que Taylor se rappelle de MistMind. Par contre, si jamais la perte de mémoire ne dure pas assez longtemps il faudra le buter après avoir récupéré l’argent du Run. MistMind est catégorique : il n’y a pas moyen que sa couverture soit grillée. C’est un peu violent, mais en même temps, on peut pas laisser un compagnon se faire griller. Je crois que c’est ça qu’on appelle la solidarité. Quand t’es toute seule, tu te démerdes et tu peux compter que sur toi. Quand tu fais partie d’une espèce de famille, t’as des obligations mais au moins tu peux espérer de l’aide…

Le temps qu’on finisse de peaufiner les détails, le mage toxique a péri. Je veux même pas savoir comment ni qui a fait ça.
De toute façon, on a pas le temps. Faut aller avec Taylor à Manatrust. Misty, Ash et Fahran sont « masqués » et nous, les autres, on est invisible. Jusqu’au 3ème étage, ça passe sans problème. Alors par contre, au 3ème étage, y a des cris genre asile en version médicalisé. Je préfère ne pas m’en rappeler, on bouge !
5ème étage : le bureau de Taylor. Il ouvre la porte et entre. Les 2 gardes et l’esprit le voient. Mais l’esprit voit que Taylor est sous influence.

Là ça va très vite. Ash déclenche un éclair sur l’esprit et c’est la baston. Éclair de Crow ! Couteaux de Meryna ! Pendant que les bourrins se déchainent, je me connecte au système pour gérer les alarmes. Ensuite je récupère une chip sur laquelle il y a le fichier Prométhéa. Et pis tant qu’on y est, je hack le système et je récupère tous les fichiers qui trainent. Je bidouille les caméras et je provoque l’ouverture des portes des cellules. Cette dernière idée n’est pas de moi. Il s’agit juste d’offrir Taylor en pâture à ses prisonniers et s’en débarrasser par la même occasion.
Je profite du merdier pour copier le fichier Prométhéa discrètement. En fait c’est que des notes de Geno Inside : apparemment des réussites à part sur les derniers dossiers.

Et maintenant quoi ? Faire péter le bâtiment ? Donner le fichier au Johnson ou perdre de la réputation pour éviter des soucis vis-à-vis de la magie ? En tout cas, les mages sont tous d’accord pour s’opposer à la remise du fichier.
Sinon, y a moyen de « retourner » la situation pour engueuler le Johnson comme quoi la mission était sous-évaluée…

Ménage de printemps (12/03/2021)
Au final on décide de refuser le run tout en préservant le contact du Caméléon. D’ailleurs il est plutôt compréhensif, le contact.
5 victimes ont pu être exfiltrées du labo. Seulement 3 sont encore suffisamment lucides pour reprendre une vie normale, ou à peu près.
On récupère un max de fichiers dans les serveurs, puis Max et Ash, qui ont miné le bâtiment, font un beau feu d’artifice, juste avant le lever du jour. Ça a quelque chose de poétique…

Il faut juste espérer qu’aucun autre taré n’aura gardé de fichiers sur le sujet.
Modifié en dernier par Telenn le 14/03/2021 à 16:02, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Anésidora (09/02/2021)

Je suis peinarde à la maison, en train de surfer sur la Matrice. Et ping ! Message de Rod Wheeler. Salut ? Ça va ? Tranquille ? Bien ou bien ?
Rod me propose un boulot pas trop compliqué. C’est dans le milieu de la musique. Rod a été sollicité pour récupérer un fichier chez un patron de boîte de nuit. Faudrait copier le disque dur complet. Et pour ça, faut entrer dans la boîte. Le patron de la boîte c’est Dylan Rice. La boîte c’est le Sunny Star, une boîte au sud de Downtown. Le standing c’est moyen plus. Souvent y a des bagarres, genre tôt le matin car la boîte attire des connards du Policlub Humanis. Des gros racistes qui kiffent le Sunny Star rien que pour les initiales… En attendant, c’est sympa comme discothèque. Y a 5 pistes de danse et des stars locales qui y passent. Wendy m’obtient des entrées de temps en temps. Rod m’annonce que la prime est de 10000¥. Je dois lui refiler les fichiers quand je les aurai. Avant de raccrocher, j’ai l’agréable surprise d’entendre Rod me confier que, vu l’employeur, je risque fortement d’avoir de la concurrence !! Donc pas de temps à perdre.
Sur place je dois prendre contact avec un jeune barman humain avec un tatouage tribal sous l’œil gauche. Le code c’est : « un double Coca-Pomme » … Les mots de passe, c’est plus ce que c’était…

Le temps de prendre mon mini drone et vérifier mon matos, je saute sur ma moto, direction le Sunny Star. Le quartier est très moyen mais j’ai l’habitude. Je me trouve un gamin qui traine dans la rue. Et je lui confie ma bécane.

Il est 22h43. C’est parfait. Toute la zone est enfumée, genre quartier discothèque géante. La musique dans la rue vient des haut-parleurs incrustés dans les murs du Sunny Star. Vivent les protections auditives ! Lasers et fumée. Et je suis même pas encore à l’intérieur.
À l’entrée, 2 trolls-sécurité me laissent passer. 1 elfe est repoussé. Je les connaissais pas ces 2 videurs. La sécurité a augmenté ? Ouch. En tout cas, ça fait du bien de revenir ici. Ça change de l’ambiance boulot boulot et du danger en permanence. Je retrouve la piste de danse à damier multicolore, le bar géant tout en longueur et les petites alcôves… Mais je suis pas là pour l’ambiance. J’ai du taf.

Où est le contact ? Tout au bout du bar : il est là. Un serveur rapide et efficace. En même temps ici, il vaut mieux être efficace pour pas se faire jeter. Je fais la queue avant de pouvoir commander mon double Coca-Pomme. Le type a pas l’air à l’aise. Ou alors c’est ma tronche qui lui revient pas ?
J’attends au bout du comptoir le temps qu’il reparaisse. Il me fait signe et je le suis avec mon verre. Il est pas tranquille. Il s’appelle Jamy. Il m’a fait passer pour une copine auprès de ses collègues pour pouvoir prendre une petite pause. On s’assoit à une table et on fait comme si on était copains. Hyper bizarre pour moi. Je suis pas sûre de savoir faire. Mais j’ai vu des tridéos. Alors je vais faire comme si j’étais cette espionne hyper à l’aise avec les mecs. Finalement je me débrouille pas trop mal et Jamy a l’air de se détendre un tout petit peu. Il m’indique une issue de secours. D’un geste tremblant, il me file un pass magnétique que je prends en posant ma main sur la sienne et en attendant qu’il la retire. Sa main. Je suis bien soulagée de voir qu’il ne tarde pas trop. C’est pas désagréable mais c’est aussi très perturbant. Bref bref bref. Reprenons : au 2ème étage, y a la compta. C’est par là qu’il faut chercher l’UC du patron.
Paranoïa ! J’ai besoin d’infos. Ça ne rassure pas Jamy. Les trolls sont là depuis 15 jours. A priori pour renforcer et éviter les bagarres. Pas de caméra sur l’issue de secours. Et un contrat avec la Lone Star qui arrive en moins de 5 minutes. Au besoin, il y a des accès système dans les bureaux et dans la salle du serveur. Ok, cette fois, c’est bon. On va pouvoir y aller.

Jamy va à la porte en premier et je le rejoins. Simple. Il s’en va.
Mais au moment où je veux le rejoindre, 2 orcs me bloquent. J’arrive à m’esquiver en coulant sous la table. Mais ils sont pas contents. « Les mecs, je vais aux toilettes et je reviens ». Aussi étrange que ça paraisse, les deux gros lourds me laissent tranquille et je me dépêche d’aller aux WC. Et je ressors presque aussitôt, cachée derrière un groupe de gonzesses. Sauf qu’avec tout ça, j’ai raté l’obscurité de la piste. Faut que j’attende la suivante…
Voilà. Noir. Pass. Et me voilà dans le couloir. Jamy est là, décomposé. Et il se plaint de travailler avec une amatrice… Je pouvais le prévoir, moi, que 2 blaireaux se pointeraient au mauvais moment ? À croire que c’était une diversion… Du coup, je fais genre j’ai du succès mais moi aussi je stresse. Apparemment ça suffit à remettre Jamy sur le coup. Le patron est pas là ce soir. Il a été invité à un vernissage à Bellevue. Normalement tout ira bien. Ha ha ha ! Je commence à connaître les « normalement ».
On prend l’escalier jusqu’au 2ème étage. L’openspace de la compta. Et le bureau du patron : Dylan Rice. Jamy fait le guet dans le couloir et frappera à la porte si jamais y a un souci.
Petit check avant de rentrer : pas de piège, pas d’alarme.
C’est un grand bureau. Y a 2 UC. 1 connectée et l’autre pas. Y a aussi 4 grands écrans interconnectés au mur et un coffre-fort dans un coin. Et des photos dédicacées et encadrées de stars locales et régionales.

Je m’attaque aussitôt à l’UC. Elle risque de présenter un peu de difficulté. Un pressentiment me dit que je ferais aussi bien de visiter le coffre-fort. L’intérieur est bien rempli : contrats avec des DJs et contrats de travail. Un peu bizarre de garder des contrats de travail dans un coffre, mais ok. Y a des créditubes (6000¥) et une chip. J’examine cette chip : c’est une clef de décryptage. Je la copie avant de la remettre dans le coffre-fort que je referme sans rien prendre. Je m’attaque à l’UC. Je copie tous les fichiers sans exception. La clef me permet de révéler un fichier caché protégé par une IC noire… Oh joie ! La clef est aussi un pass qui désactive l’IC sans même me battre.

Le fichier caché est nommé Anésidora. Je copie ça et même tout le reste. Je trierai plus tard. J’efface mes traces et je ressors. N’empêche que le système de sécurité matricielle est disproportionné pour une boîte comme ça. Mais à tous les coups Rice ne sait même pas ce qu’il a. Pour moi, les trolls ne sont pas là par hasard et certainement pas à l’initiative de Rice. Les types qui lui ont filé le fichier ont dû décider de tout ça pour lui.

Jamy… Oops, le pauvre, il flippe total. Je le rejoins. On retourne dans la boîte sans encombre. Il passe d’abord et me fait sortir au moment propice. Pour donner le change, je vais aux toilettes avant de repasser au bar pour prendre une autre conso et dire à Jamy, suffisamment fort pour que ses collègues entendent, qu’on se retrouve après son boulot : il s’est fait pourrir par les autres barmen pour son long temps de pause. Je lui laisse un pourboire de 100¥. Avec les 100¥ qu’on lui a promis pour faire le boulot, ça double la mise.

Une fois dehors, je lâche 50¥ à Corentin, le gamin des rues (gamin de 15ans quand même) pour m’avoir gardé ma moto.

Le temps de m’éloigner un peu et je contacte Rod. Il me fixe un lieu de rendez-vous pour dans 4h. Je copie les fichiers sur un stockage externe.
C’est un gars de 20 ans qui se pointe sur place et me donne le code : « double Coca-Pomme » ... Décidément… L’échange se fait sans problème et je récupère mes 10000¥. Ooops je crois que j’ai « oublié » de donner la clef… Tant pis !

Et maintenant, je rentre à la planque. Je dois analyser les fichiers de Rice. Pas grand-chose d’intéressant sur le monde de la musique. Et finalement le fichier Anésidora. Ça parle d’un site archéologique au sud de Puyallup dans une zone à l’abandon. Ils ont trouvé une forme de vie inconnue prenant la forme d’une… huile noire ! Oh oh… Y a des photos d’objets retrouvés sur place, comme dans les musées anciens. Ce qui attire mon regard c’est un médaillon en bronze avec des espèces de runes gravées dessus dont 3 seulement sont lisibles. Le mécène du site c’est un certain Julian Snyder.
Anésidora ? Ça me rappelle un artiste utilisant les métaphores liées à la mythologie grecque. Une chanson qui parlait de Pandore, encore appelée Anésidora. Et donc quoi ? Faudrait pas chercher à ouvrir le fichier sous peine de libérer tous les malheurs du monde ?

Petite recherche sur Julian Snyder : c’est un cadre dans une corpo spécialisée dans la recherche qui s’appelle la Fondation Atlante. Elle s’occupe d’une soi-disant Atlantide disparue. Ils font des publications une fois par an sur des découvertes et des recherches qui prouvent que l’Atlantide aurait bien existé. Des reliques existent. Peut-être un jour ils reviendraient. Ouais, ouais…

En tout cas, les runes ressemblent au tatouage du Caméléon. Même style. Je crois qu’il va falloir que j’en parle aux autres. Je crois.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Elfes des villes et elfes des champs (12/03/2021)
Misty vient de se faire contacter pour un run. Le rendez-vous est au Takuri : un des meilleurs restos de Downtown Seattle. Va falloir se rhabiller classe. Misty n’a pas l’air d’accord pour m’acheter un kimono pare-balles. Tant pis.

Je m’attaquerai aux fichiers du labo et de Geno Inside plus tard. Tout est crypté.

En attendant le soir, on a le temps de se raconter nos vies. J’apprends qu’Ash a enquêté avec Crow sur une épée antique qui a fait sauter les têtes de ceux qui ont voulu jouer avec. Cette arme était étudiée par la Fondation Atlante. Ah ben tiens ! C’est une drôle de coïncidence ça. Une petite équipe avait été embauchée pour voler l’arme chez un collectionneur. L’arme est liée à de la magie crado. Ash et Crow ont rendu l’épée au Johnson qui les avait missionnés. Au passage ils ont récupéré un type, un decker appelé Copyleft, et qui bave beaucoup. Mais pourquoi ils ont mis ce type dans la douche ? Il semble que ce soit à moi de fouiller dans sa mémoire… Bien sûr ! En tout cas j’ai prévenu : il est hors de question que je m’approche de cette loque qui pue la pisse et le vomi. D’abord ils le nettoient.

Quand le légume a été lavé, je commence à l’éplucher. Non ! Pas dans ce sens-là. Je fouille ses circuits intégrés et son cyberdeck, un Sony CTY 360, c’est tout pourri mais bon, ça peut se revendre…

Concernant le légume : le decker a enregistré la scène quand son groupe a découvert l’épée. Dans une pièce, un mage hermétique orc étudie l’objet et semble rapidement dépassé par la situation. Il est submergé par un pouvoir inconnu. Je ressens presque le groupe se disloquer… La folie… C’est comme si un démon était apparu et saccageait tout. L’image se brouille. Le decker déraille complètement… Ok, je vais conserver ces éléments sur le serveur. Je pourrais m’amuser à atténuer les sensations en mode simsens de ce que les Cat’s Eye (le groupe du decker) ont vécu. En plus du danger inutile, je vois pas bien l’intérêt pour le moment, donc je vais m’occuper à commencer le décryptage des fichiers.

Et c’est déjà le soir et l’arrivée du moment chiant : les mondanités. J’ai revêtu mon beau tailleur blindé. Le Takuri (RTL 206 (56-2969)) se trouve en plein dans le quartier japonais. Étonnant… Nous sommes accueillis par un jap en kimono. Il a un peu un accent de la campagne profonde qui fait complètement tache avec l’ambiance. La Johnson s’est présentée comme Charlie. C’est ce nom que Misty donne au type qui nous conduit dans un placard… Ah non, c’est juste la porte qui donne cette apparence. Il y a 3 personnes dans une salle. Une femme qui commence à vieillir et c’est pas chouette. À sa gauche : un samurai des rues qui nous détaille avant de se fixer sur le caméléon. Il a des cheveux roux nattés qui ont l’air de tenir en l’air avec autre chose que du gel. Le troisième est un jeune homme de 16 à 18ans pas habitué à ce genre de rendez-vous. Il montre une certaine fraicheur, qui est renforcée par la décrépitude de la vieille à côté de lui. Il a des cheveux blonds qui lui donnent un air de vampire comme dans les vieux films. Il est armé. Du coup il est moins rigolo.

Charlie communique surtout par gestes, à part pour passer commande. Elle ne nous donne pas le choix du repas d’ailleurs. J’espère que ça va être bon. Elle nous observe tous les uns après les autres. Mais elle reste plus ou moins concentrée sur le Caméléon et sur Misty.

Je me fais chier. Grave. Mais sans déconner, qu’est-ce que je fous là… Oh ben ça c’est cool : un jack à la table. Du coup, je vais en profiter pour me connecter et écouter le dernier album des XXX-Tracks. J’ai même pas eu le temps depuis qu’il est sorti. Damned, je suis repérée. Misty m’empêche de brancher mon jack. Mais sérieux ? Pffff c’est trop relou ces rendez-vous balai-dans-le-cul.
Sauvée ! Le repas arrive enfin. Avec du vin… Ah ben non hein ! Je commande un double Coca-pomme. Pratique la tablette. Il est bien ce resto quand même.
Max dit au serveur de féliciter le chef… Ok. Donc Max parle japonais.

À la fin du repas, le jeune quitte la table et sort de la pièce. Fahran le rejoint. Misty a pas voulu me laisser sortir. C’est con, j’aurais bien aimé m’esquiver.

Charlie entame la partie business. Même si elle parle surtout au Caméléon et à Misty, des fois elle s’arrête sur Crow.

On connait l’Association Para Nobilis ? Pas moi. Selon certains, c’est une asso qui milite pour la protection de l’homo nobilis (les elfes). Ce sont des partisans d’un idéal elfique. Son client a un autre point de vue. Elle file une enveloppe fermée. Le Caméléon y trouve des photos à l’ancienne. Des photos d’elfes assassinés avec des armes archaïques (épée, arc, lance, …). L’APN a tué des elfes qui n’adhèrent pas à l’idéal elfique niais. Ah ouais alors c’est du style : les elfes ça vit dans la nature, ça coiffe des poneys et ça mange des salades. Bref… Le client de Charlie veut les voir éliminés pour 20000¥ plus des bonus qu’elle va nous dire juste après. Leur QG est proche de l’Arcology Renraku (qui leur fait de l’ombre). Il y a 6 membres à buter. Et ça, avant que les samurais rouges de Renraku n’interviennent.
Et pour 2500¥ de plus, on doit poser une enveloppe scellée sur le corps de Xeric le Fou, le dirigeant de l’APN.
L’APN est composée de poseurs : 3000¥ de plus par pointe d’oreille gauche d’elfe récupérée sur les membres du cercle intérieur.

Les autres commencent à négocier. Crow estime que c’est pas les soldes. Charlie sourit et corrige : 20000¥ par Runner. Elle part se rafraichir… Vu sa tronche, il va lui falloir du temps.
Au final on va accepter. Quand elle revient, le Caméléon a déjà commandé du saké et il lui confirme notre accord. 5000¥ d’avance par Runner.
La vieille chouette nous donne les noms des cibles : Allair, Death Edge, Erendhal, Fierelle, Thiran et Xeric. Charlie donne son numéro pour la rappeler.

Pendant que les autres se renseignent auprès de leurs contacts, je m’endors gentiment. C’est alors que Crow parle d’un complot mené par le Tir (la nation raciste et féodale des elfes) qui se servirait de l’APN pour assassiner des elfes qui seraient ses opposants politiques… Elle est sérieuse ou pas ? Pas sûre.

C’est l’heure des renseignements. L’APN fait des réunions régulières (tous les jeudis) dans son bâtiment, une ancienne caserne de pompiers. La caserne reste dans le noir en permanence à cause d’un « défaut » de l’Arcology qui pompe la lumière solaire et la rediffuse.
Max va avec Crow pour fureter autour de la caserne de l’APN. Ils ne voient pas grand-chose. Devant le bâtiment, à côté d’une vingtaine de motos, des bikers elfes fument des trucs. De nuit, Misty va refaire un tour. Rien de spécial.

On me demande de faire des recherches sur les Young Elven Technologists. C’est un polyclub métahumain influent. Il est plus connu que l’APN. Son principal bienfaiteur : Ehran le Scribe… Tiens donc ! Selon eux, l’évolution des elfes doit passer par une alliance technologique. Ils sont complètement à l’opposé de l’APN. Les YET existent depuis 3 ans. Et Ehran le Scribe fait partie de Tir. Les YET font de la propagande et chassent des têtes, au sens recrutement. Ils bossent pour la Sylvan Information System. Les éditeur d’Ehran le Scribe.

Côté APN, les 6 membres du conseil sont les cibles désignées par Charlie. L’APN a été montée par Leo Ridgeworth en 2040. Il est mort en 2043 suite à un accident de monorail. Une mort suspecte. Mais aucune preuve d’acte de malveillance. C’est l’ancien secrétaire, Aaron Mitchell, qui a repris les rênes. Il y avait 27 membres à l’époque. Aaron Mitchell semble être Xeric. Depuis 2 ans, l’APN mène une politique agressive de retour à la nature comme mode de vie idéale pour les elfes. Il y a régulièrement des échauffourées avec les YET.

Je ne trouve aucun plan scanné du QG de l’APN, alors que ça a été construit par la municipalité. Mais le proprio a changé entre temps. Il y a 7 à 8ans.

Le lendemain matin, Misty et Mery vont au cadastre pour voir les plans. Ils ont affaire à une vieille archiviste. Un elfe, samurai, est venu demander les mêmes plans il y a deux semaines. La vieille, que Misty drague, précise qu’ils ont ajouté un ascenseur pour le sous-sol. Finalement c’est pas la vieille que Misty va se taper, c’est sa fille, Kerry, dont elle lui file le téléphone. Kerry travaille pour Sceptre Productions.

Misty me demande, gentiment, « Dis, Blacky,… » Blacky ? Vraiment ? Bref… Misty me demande de rechercher des infos sur Kerry Taylor. Je trouve des photos d’une femme 30 ans, cheveux sombres, plutôt pas mal. C’est l’ancienne compagne d’un journaliste de Sceptre Productions. Ancienne, parce qu’il est mort il y a quelques mois. L’équipe dont il faisait partie était composée de 4 personnes et surveillait l’APN suite à une rumeur. Il y a eu un bain de sang dans un bar. Doc Wagon a retrouvé les cadavres grâce aux téléphones accrochés au poignet des victimes. Les journalistes avaient été coulés dans du béton armé. Kerry a alors pris la suite de l’enquête. Elle mène une vraie croisade contre l’APN. L’APN doit être au courant. De là à dire que c’est eux qui s’amusent à faire des pâtés de béton…

Pour me remercier, Misty me fait un bisou sur le front… C’est de pire en pire… Puis il appelle Kerry. Elle se trouve dans le quartier Edmonds, district Everett, un quartier assez bourge. Misty lui donne rendez-vous au bar le Dandy, à la frontière de Tacoma. D’ici une heure.

Misty et Mery entrent dans le bar. Crow entre aussi, à part, en support. Le Caméléon reste à l’extérieur avec Fahran. L’entrevue se passe pas mal : une collaboration est possible. Mais les gens qui font le guet à l’extérieur remarquent deux elfes qui arrivent à moto. Rapidement, ils sortent des mitraillettes. L’un des deux canarde la façade tandis que l’autre surveille. C’est la panique. Crow met une barrière physique pour protéger le bar au maximum. Le Caméléon veut dégommer le type en retrait et le met à terre d’une balle. Misty réplique à coup d’éclair magique. Crow l’imite. Le groupe réussit à sortir sans encombre. Misty va juste galérer pour rembourser son contact, le proprio du bar…
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Fire in the hole ! (26/03/2021)

Et allez, y avait longtemps : bla. Bla. Bla… Encore une réunion stratégique pour pondre un plan. Je décroche…
Je me réveille à la mention de mon nom : faut que je fasse une vidéo pour provoquer les YET d’un côté et l’APN de l’autre. Misty me donne les instructions pour le scénario. Le temps de faire un truc réaliste en utilisant des vidéos et images réelles, et voilà. Envoyer : clic.

C’est le grand moment : Misty et le Camé se rendent à la caserne par les rues. Pendant ce temps, Ash nous emmène à travers l’underground orc. Ça pue. C’est moche. C’est orc. Un guide nous précède. J’oubliais : en plus de l’odeur et de la déco, c’est humide. C’est con, si ça avait pas été aussi pourri ça aurait pu être pratique pour moi qui supporte pas le soleil.

On s’arrête. Fahran freeze. Ah non. Il a encore une vision : Il se croit dans un souterrain fait de terre et de roche. Il entend des bruits de pioche et des rires enfantins. Sur la paroi, il voit des symboles qui semblent former un plan mais aussi représenter des ziggurats aztèques avec un genre de monstre en forme d’amas graisseux avec 3 yeux et un tentacule qui se fait combattre par des hommes armés d’épées. Hé ben, il va pas mieux lui !

Au même moment à la surface : le Camé sent son tatouage chauffer. Il scintille quelques secondes. Misty examine le tatouage en astral et perçoit un lien avec quelque chose au loin. Il est pris d’un spasme léger et a la même vision que Fahran. Quand il voit le monstre sur le mur, Misty est pris d’une angoisse sévère. Dites non à la drogue…

On continue à travers les tunnels. Il semble que l’underground soit un territoire découpé entre différentes tribus orcs. Curieusement, ça me rappelle quelque chose, mais impossible de savoir quoi.

On arrive à une bouche d’égout non loin de la caserne des faux elfes. En surface, Misty et le Camé remarquent qu’un gros groupe d’APN, armé, prend les motos et s’en va. A priori les vidéos ont fonctionné. Et a priori aussi, pas de dirigeant dans ce groupe. Ils remarquent que la Lonestar accepte un pot de vin des APN pour les laisser passer, même lourdement armés.

L’attaque démarre. On veut entrer dans une pièce spacieuse décorée rouge sang dans laquelle se tiennent une femme vêtue de rouge, éveillée et un garde armé. Max passe par l’étage. Crow lévite pour le rejoindre. Le Camé escalade aussi.
Fahran tire dans une fenêtre et saute à travers l’ouverture avant de faire un roulé boulé dans la pièce rouge. Misty s’attaque au garde en lui tirant dessus. La greluche s’attaque à Fahran. Je lui tire dessus 2 fois et elle crève ! Bitch ! Je rentre et je cherche un point de connexion : rien. Meryna avance et bute un type dans une douche.

À l’étage, Max casse le carreau d’une fenêtre et entre dans la pièce. Il repère Xeric allongé sur un futon. Il sort son katana et l’attaque. Xeric succombe au deuxième coup. Max récupère la pointe d’oreille. Crow visite l’étage et déclenche un piège : des flammes viennent cramer des papiers et une alarme retentit dans tout le bâtiment. Oops !

Dans la pièce rouge, Misty coupe l’oreille de la femme.

Le Camé entre à son tour et dépose la lettre sur le corps de Xeric avant d’aller voir dans le couloir et tire sur un APN au milieu d’un groupe de 4. Ils répliquent ou décident de partir au rez-de-chaussée.

Je m’occupe de Fahran pour le soigner avant de partir à la recherche d’un point de connexion pour désactiver l’alarme. Ash avance et lance un éclair sur un type qui descend les escaliers. Puis il entre dans une pièce décorée à mi-chemin du cimetière et du musée d’armes. Meryna arrive et stun l’APN avant de le tuer et de prendre son oreille gauche.

Max, Crow et le Camé poursuivent l’avancée et s’attaquent aux APN qui se trouvent dans la pièce.


Ô temps, suspends ton vol !
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Bien mal acquis ne profite pas longtemps (09/04/2021)

On continue la progression dans le bâtiment. De temps en temps on croise des poseurs et on récupère les bouts d’oreilles. Ça doit être le bureau de Xeric… Tiens y a pas que des APN on dirait. Là c’est une fille complètement flippée, une squatteuse que l’APN tolère certainement. On la laisse, elle se débrouillera avec la Lonestar. La grande pièce du rez-de-chaussée est décorée à la mode de ces vieux films d’il y a 50 ans. Comment ça s’appelle déjà ? Le titre avait un rapport avec des anneaux je crois. À l’étage, c’est pareil, les autres avancent et défoncent les fous qui veulent s’opposer à leur progression. Ils tombent sur un guignol qui se prend pour le « mage de la mort » … et crève d’une balle.
On se retrouve tous au sous-sol. Il y a carrément un stand de tir à l’arc. Sauf qu’on nous tire dessus à coups de gros flingues. Ah mais ils ne respectent pas les règles ! C’est de la triche d’utiliser de la technologie. On réplique. Les 2 poseurs qui résistent vaillamment finissent par tomber aussi. C’est bête : y aurait pas cette alarme, on aurait le temps de fouiner un peu.

Oh ! Nom d’un petit poney ! Une licorne… Ah mais non c’est un cheval chirurgicalement modifié… N’importe quoi ! Sont complètement dingues ces gens.

On a tout ce qu’il nous faut. Les membres du cercle intérieur sont tous morts. La lettre est déposée sur Xeric. Et on a les bouts d’oreilles. Y a plus qu’à sortir. On est à peine dehors que Fahran téléphone et hurle : maintenant ! Il se jette sur une corde qui tombe du ciel. « Suivez-moi ! ». Euh, ok ! On s’accroche tous et on se fait tracter dans un hélicoptère piloté par un nain. Ouf ! J’ai bien cru que j’allais tomber. Le nain nous ordonne de nous occuper des drones qui nous poursuivent et on les canarde. Le nain, Zak, nous laisse devant un van dans les Puyallup en laissant une adresse pour « abandonner » le véhicule.

Le temps qu’on rentre, mon cœur se calme un peu. Tout s’est passé super vite. Mais alors quelle soirée de merde !

On se pose dans les fauteuils miteux de la planque et on discute. Enfin les autres discutent et je les écoute.

Le Camé explique que son tatouage est lié à la Fondation Atlante. L’Atlantide aurait une résonnance avec le mythe des surhommes. Les quoi ? Ah… Il sait pas de quoi il parle. Mais il a eu des infos avec un flic. Les mêmes symboles que ceux de son tatouage ont été découverts sur des cadavres. Les enquêtes n’ont pas abouti par manque de preuve. Il y a 5 ans, 3 ans et 1 an.

Les symboles du médaillon sont des espèces de runes du langage énochéen. Le tatouage du Camé représente « possibilité ». Les autres connaissent quelqu’un qui saurait traduire cette langue. Ce serait bien de confier les runes du médaillon à ce type. Il s’appelle Andy Williams.

Pendant que les gens discutent, Fahran a eu une nouvelle vision avec un lien avec le Camé. Fahran a vu un genre de temple ancien enfoui. Et une forêt tropicale dans laquelle il y avait un genre de cœur rougeoyant relié à la forêt par des artères de racines. Oui ça beaucoup de « genre » mais en même temps on ne sait rien de précis.

La Fondation Atlante et les Croisés Mystiques : ok. Je lance les recherches pour Misty. Le Camé veut que je cherche aussi Sheila Blatavska (fondatrice de la Fondation Atlante) et le mythe des Surhommes.

La Fondation Atlante : une fondation montée en 2012 par Mme Blatavska. C’est la plus grosse éditrice de bouquins de magie. Elle fait des recherches sur le mythe de l’Atlantide et la prétendue existence du peuple des atlantes à une certaines époque. Ils embauchent des archéologues et des magiciens spécialisés pour faire des fouilles. Le siège se trouve à Atlanta. Ce sont des gros mystiques allumés. Tous les ans, ils font des révélations et tous les ans ces révélations sont mises en défaut dans les semaines qui suivent. Il n’y a pas de lien visible sur les détracteurs.
Sheila Blatavska : elle n’existe pas du tout avant 2012. Aucune trace, que dalle. Et 2012 : c’est l’éveil. Et après 2012 ? Ben que dalle aussi.
Les Croisés Mystiques : c’est une branche paramilitaire de la Fondation Atlante.
Le mythe des Surhommes : ils sont mentionnés pendant la 2nde guerre mondiale avec l’armée allemande. Il y a aussi beaucoup de mythes grecs. Mais dans d’autres théologies aussi. C’est à rapprocher du mythe de Prométhée. On peut alors se poser la question si ça a un lien avec le projet Prométhéa : le lavage de cerveaux des mages.

Du coup il me reste à décrypter les fichiers concernés. Je m’y mets.

Pendant ce temps, le Camé et Ash vont rendre visite à Williams pour faire traduire les runes du médaillon. C’est un vieil elfe très chelou mais qui a des connaissances. Il dit que ces runes correspondraient à « UBE ». Il évoque la magie du sang qui pourrait être liée au médaillon. L’énochéen serait la langue des anges. Il aurait été utilisé par les atlantes et en général par les peuples qui utilisaient la magie. Il conseille de lire les œuvres de John Dee. Quant au livre d’Ehran le Scribe, ce ne serait pas aussi inepte qu’il le paraît.

Misty part draguer sa future femme : Kerry Taylor.

Au garage : un groupe de japs a débarqué. Leur chef, tatoué est venu parler à Max… Oops ils veulent me voir… Ils veulent récupérer les fichiers et des intérêts… Aïe aïe aïe… Hé ben va falloir que je les contacte…

Les autres font les gros lourds carrément hostiles. Comme s’ils faisaient toujours tout honnêtement et sans rien cacher à personne. Un coup ils veulent m’aider, un coup ils veulent me buter. Ils comprennent rien. À croire qu’ils n’ont pas écouté quand j’ai parlé des Otakus. S’ils veulent me suivre, ok, tant pis pour eux. Je voulais juste éviter de les impliquer plus qu’ils ne le sont.
Je choisis de contacter Sorayama via un cybercafé pour pas corrompre le serveur de la base. Même si ça ne changera pas grand-chose au final parce que si Sorayama veut pourrir le serveur, il pourra le faire à distance et sans connexion physique.

Je me connecte au RTL de Sorayama. Je cause avec un Sprite qui veut que je lui file les fichiers et 5 millions de Nuyens. J’ai pas. Le Sprite exige que je passe à la clinique pour récupérer les pièces sur le modèle de Sorayama. Non plus. Il demande 5 millions. Je propose mes services. Il n’en veut pas et m’éjecte du serveur. Le Caméléon dit aux autres qu’il faut dégager puis il appelle un contact à lui pour trouver une planque rapidement. Ils sont tous en train de parler en même temps pour savoir quoi faire pour la planque, quoi faire de moi…

J’ai pris ma décision : je vais devoir accepter les exigences de Sorayama. Je leur envoie un mail pendant que les autres sont occupés à s’énerver. La sentence tombe : je dois me faire opérer de presque tout mon cyberware et bioware. Et pour pouvoir payer le reste, je dois aussi revendre tout le matos de rigger. En même temps, il ne me servira plus à rien sans mes implants. Et comme on est loin de combler la « dette », je vais devoir 2 services pour les yakuzas. Je précise bien que c’est des services pour moi. Les autres ne sont pas impliqués dans cette histoire. Sorayama explique que la dette est payée pour lui et que maintenant c’est le yakuza qui gère. Il s’appelle Naoki et j’ai ses détails pour le contacter. C’est lui qui va m’indiquer la clinique et qui m’enverra les ordres de mission…

Et après ? Je pense que je vais devoir me débrouiller toute seule. Je comprends pas bien pourquoi les autres veulent m’accompagner à la clinique. Ils doivent avoir peur que je leur fasse un nouveau coup tordu. J’ai pas le choix. Ils ne me laissent pas seule un instant. Et au pire, ils me font la peau, ce sera pas pire que de me faire buter par Sorayama.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le Baron de Munchmaussen - 1 (21/07/2021)

Ça fait quelques jours que je suis revenue de la clinique. J’ai l’impression que ça fait à peine quelques heures.
Cette douche m’a fait du bien. Mais ça va pas durer. Encore que, ça va de mieux en mieux. Et pis alors ces marques… J’ai l’impression d’être une panthère tellement y en a partout. Le chirurgien n’en avait rien à foutre des hématomes. Encore heureux qu’il ait soigné les sutures. Au moins, je ne devrais pas être balafrée de partout.
Hé mais attends un peu ! C’est pas un bleu ça. On dirait… un tatouage ? Ils se seraient amusés pendant que je dormais ? Un tatouage aussi nul, sur la cuisse gauche, c’est naze. Sauf que maintenant que j’y pense, ça fait penser au tatouage du Caméléon. Va falloir que j’en parle aux autres.

Voilà, J’en ai parlé avec Caméléon et MistMind. J’ai eu droit à une inspection astrale de MistMind. Il voulait que je me déshabille… Mais il espérait quoi ce pervers ?
Caméléon a proposé de m’aider à comprendre de quoi il s’agit. Apparemment il a un bouquin sur le sujet.

On est encore réuni dans la planque pour protection des témoins. Caméléon, Ash, MistMind, Crow sont là. MistMind explique ce qu’il a vu. Selon l’examen, le tatouage est dans le même style que celui du Caméléon. Et il y a un lien ténu entre le Caméléon et moi. Et ce lien est similaire au lien entre Faran et Caméléon. Je me fais agresser par Ash qui veut savoir comment je l’ai eu… Sous la douche… Tu veux que je te dise quoi, patate ? J’en sais rien, moi.
Apparemment les runes et tout ce bazar serait lié à l’Atlantide. On le savait déjà, mais les objets qu’ils ont pu trouver en cherchant dans des musées et autres semblent le confirmer.

Les autres veulent aller boire un coup dehors mais je préfère rester dans la planque. J’ai pas envie de sortir. Et j’ai pas envie de sortir avec les bourrins. Le Caméléon reste aussi pour avancer sur le tatouage.

Pendant qu’ils sont dans leur bar, les autres remarquent des types qui recherchent des gens en montrant des photos. Des photos du groupe… Le barman leur fait signe de tête pour qu’ils puissent se mettre à l’abri dans l’arrière salle. Après quelques instants, une serveuse vient leur dire qu’ils peuvent sortir. Les types sont à terre, presque vivants. Le barman a récupéré les affaires des types. Il jette une enveloppe à MistMind en lui disant que ça doit leur être destiné. Dans ce paquet, des petites enveloppes avec le nom de code de chaque membre du groupe, écrit avec une encre psychédélique. Dans les enveloppes, des cartes-passes gravées : « L’endroit : l’After. Le moment : neuf heures ce soir. La raison : une offre d’emploi ». L’invitation tranche carrément avec le mode de livraison.

Ash, MistMind et Crow boivent un coup en attendant que les sbires se réveillent. Les magos veulent interroger les gangers. Ils triturent le premier qui se réveille. On dirait bien qu’ils ont été engagés par un Johnson qui ne voulait pas rencontrer le groupe en direct.

Selon les connaissances du groupe, l’After est un club privé select sans être hors de prix. Un lieu qui fait envie mais, sans invitation, tu rentres pas. C’est un lieu atypique qui ressemble à une zone de guerre.

Pendant ce temps, j’ai essayé de lire le bouquin du Caméléon, la biographie de John Dee, mais c’est n’importe quoi. Le mec qu’a écrit ça devait être sous l’emprise du jus de schtroumpf boosté aux simsens d’un cobaye pour instruments de torture. Bref, rien de neuf.

Max est arrivé à la planque aussi. Il faisait la vidange du 4x4… Ça l’a pas rendu intelligent. Il me demande si j’ai pas fumé l’histoire du tatouage. Mais va te faire foutre !

Les autres m’ont convaincu d’aller à l’After avec eux. C’est pour du boulot. Mais c’est surtout la perspective de rester seule à la planque qui ne me plait pas trop.
L’intérieur est hyper moche. Un décor de guerre. Sans les cadavres. Ils diffusent même une odeur d’ozone… Des grands tarés. Les gens qui sont dedans discutent de sujets hautement philosophiques et ça fait tache par rapport au décor.

On nous installe à une table. Une elfe aux cheveux dorés et à l’accent prononcé se pointe tandis que deux gardes du corps nous surveillent de loin. Le groupe lui a été chaudement recommandé. Elle veut proposer la mission la plus facile qu’on ait jamais faite… Et si on se cassait tout de suite ? Sans déconner, ça pue non ?
On a un livre à récupérer. Puis une valise à déposer dont le contenu est « relativement » inoffensif à la place du livre. On va faire un voyage international. Les formalités ont déjà été effectuées. La mission se passe en Bavière à Munchmaussen. Dans le château du baron de Munchmaussen. L’elfe nous fournit les plans bien sûr. En même temps personne sait où ça se trouve ce coin paumé à part Max qui suppose que c’est à côté de la Suède... La quoi ?

L’elfe nous donne déjà quelques informations complémentaires. Les drones sont tirés à vue. Tout comme les engins volant à basse altitude. Le château n’est accessible que par un téléphérique. Il est situé au bord d’une falaise. Il est gardé par des agents de la Lonestar et certainement par des mages. Le transport est prévu. On peut partir ce soir, enfin à 6 heures demain matin.

Le manuscrit à récupérer est ancien et fait 15cm d’épaisseur, 30cm sur 30cm de côté et est relié par du bois. Une facture exceptionnelle mais fragile. Une boîte de transport adaptée est prête et nous sera fournie avec 4 caisses d’équipement qu’on récupérera sur place. Apparemment, on va devoir voyager légers parce que passer des armes lourdes et/ou illégales, ça ne se fait pas en vol suborbital. Nan ? Sans déconner ?
L’elfe nous donne le titre du bouquin : Pandemonicus Faustus, sous-titré Le Collectanea Occultica. La couverture représente l’archidémon Asmodée. Connais pas. L’encre rouge semble être encore humide comme du sang. Sympa !

Alors, la Bavière, c’est en Allemagne a priori. Pas en Suède comme Max disait. Toute façon, l’un ou l’autre, je sais pas où c’est. Et c’est la baston dans le coin. Chaque petite province est plus ou moins hostile à tous ses voisins.
Pour le trajet c’est simple. D’abord vol suborbital au départ de Seattle jusque Berlin. Puis train rapide vers Munich. Puis train moins rapide vers Munchmaussen en traversant les différents cantons de Bavière.

C’est payé 30000¥ chacun dont 10000¥ d’avance. C’est bizarre, personne a cherché à négocier.

L’elfe nous donne une mallette métallique avec un tas d’inscriptions : -250°F, logos réglementaires. Des petites fumeroles glaciales s’en échappent de temps en temps. Y a quoi là-dedans ? Ce bagage sera enregistré et à récupérer en quittant la navette. L’elfe précise que les chocs sont à éviter. Ben tiens ! Ça doit contenir des explosifs ou un virus…

De retour à la planque, je fais mon sac avec juste des fringues. Je laisse ce qui reste de mon matos dans une planque sûre. Pas question de me faire carotter mon cyberdeck.

Après prise de renseignements, le baron de Munchmaussen est un troll, rusé, mafieux, régnant d’une main de fer sur sa baronnie. Un personnage très sympathique.


Oh punaise. Je vais faire mon premier (et certainement dernier) voyage suborbital. On monte dans un Mitsubishi Skyclimber de la compagnie LuftLänder Airlines. Au moins c’est la classe ! J’étais jamais montée dans un avion. Je peux pas comparer. Mais j’ai l’impression que c’est le même genre de sensations. Ah mais on a pas fini de monter, c’est pour ça. On dépasse les nuages. Oh la vache ! Je suis dans l’espace… ET j’ai envie de gerber… Apparemment je suis pas toute seule dans ce cas. Un japonais fuit aux toilettes. Une nana prend une pastille contre le mal de l’air-space.

Et juste après, une détonation ! Une fumée âcre et un type qui gueule : « c’est un détournement ! »
2 hommes et une femme se lèvent ; ils ont des lames cybernétiques. Une autre femme est connectée par jack et tente de hacker le système.

Je rejoins la nana dans le système et je constate qu’elle veut désactiver les bracelets. Petite précision : si ça doit péter, c’est tous les bracelets en même temps… Comme je n’ai pas envie de sauter à cause d’eux, je la laisse faire. Par contre je remarque qu’il y a 1 bracelet de moins de répertorié que de passagers. Le système n’est pas très sophistiqué. J’arrive à brouiller les communications et je mets la navette en circuit fermé. L’autre hackeuse finit quand même par désactiver les bracelets puis elle disparait du système.

Je récupère la liste des passagers et je compare avec leur version physique. Je constate que c’est la nana aux cheveux verts qui dénote. C’est un marshal au service de la compagnie aérienne et c’est elle qui n’a pas de bracelet répertorié.

Pendant ce temps, les autres ont neutralisé les pirates. La marshal s’est décidée à bouger son cul et prend les choses en main. Une fois à terre, elle se démerde pour nous éviter les interrogatoires obligatoires. Ça c’est cool.

Il est temps de bouger à la gare. C’est incroyable le temps qu’on perd en bureaucratie et paperasses diverses. Les mecs c’est des maniaques. Et c’est pas fini, parce qu’après y a fouilles multiples des bagages. Des contrôles drastiques. Heureusement, on monte enfin dans le train vers Munich. On a pas vraiment le temps ni de profiter de la vue, ni de se faire chier. C’est très rapide.

Là par contre, on change d’ambiance. Le train qu’on doit prendre pour aller à Munchmaussen est un vieux tromblon tout crasseux … Je crois bien avoir vu ce genre de trains dans des films qui parlaient d’il y a quoi… 200 ans au minimum. Et je ne rêve pas : les parois sont criblées de trous de balles. Des vrais. Pour les autres trous de balles, suivez mon regard…
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le Baron de Munchmaussen - 2 (26/07/2021)
Petit tour d’horizon des touristes. Bah à part un type qui parle anglais avec un accent de l’est et qui porte des vêtements criards, rien de remarquable. Et en plus, il part dans un autre wagon. On fait à peine 15 minutes de trajet et c’est déjà un arrêt. Y a un officier des douanes qui monte avec 12 soldats. Le conducteur passe dans le wagon pour précéder les douanes. Ils veulent voir les… papiers ? Sérieux ? C’est quoi ces types ? Ils ont été livrés avec le train ? Personne leur a dit qu’on a des sims maintenant ?
Et on repart enfin. Après 20 minutes d’arrêt quand même… Le train traverse 4 frontières avec à chaque fois une inspection. 3 heures qu’on est dans ce tortillard ! Et c’est pas fini... Un nouveau contrôle douanier. Là ça change de style. Autant avant les uniformes étaient bien tenus, autant là, les soldats sont débraillés, on dirait des orcs sales. C’est pour dire. Le conducteur a l’air bien embêté. Ils échangent dans une langue que je ne connais pas mais je dirais de l’allemand. Les tronches semblent dire que quelque chose ne tourne pas rond. Ce qui n’est pas cool c’est quand ils nous regardent de travers. Y a 8 soldats dans le wagon, et ceux de derrière portent des fusils d’assaut. Et il y a certainement d’autres soldats dehors.
Les soldats gueulent sur un couple de fermiers. Comme les pécores ne réagissent pas assez vite, le chef tire sur le plafond au fusil d’assaut… Le fermier sort des créditubes et les tend en tremblant au soldat : une centaine de ¥. Ok, c’est du racket. Super.
Je tente de me liquéfier et de couler discrètement sous le siège. Je sens le type qui se rapproche et je me mets en boule, tremblante. Le type beugle mais je comprends pas, je fais mine d’être terrorisée. Sans regarder, je sens MistMind qui fait quelque chose et finalement le type continue son chemin. Je reste prostrée un peu et je ne sais pas trop ce qui se passe.
Les vitres explosent sous une rafale de balles. Une grenade fumigène tombe dans le wagon. Les racketteurs se font attaquer. Le conducteur gueule : « Putsch !! ».
Punaise… C’est quoi ce pays ?? Je jette un œil par la fenêtre. Y a un tank qui nous cible !
Le conducteur nous pousse vers l’arrière du train. Je m’empresse de suivre le type. Le train repart et le tank suit. D’autres racketteurs sont montés à l’arrière du train : 10 quand même. On est pris en sandwich.
MistMind discute avec le type perroquet. Il est terrifié.
Le tank a l’air de ralentir... Oui. C’est bien ça. Il s’arrête même. Apparemment c’est parce qu’on a passé la frontière. D’ailleurs les racketteurs sautent du train avant qu’on arrive à la gare.

« Munchmaussen, Munchmaussen ! » Hé ben on dirait un musée du moyen-âge. Les hommes sont en culottes de peau et les femmes portent des robes à froufrous. Y a même des vieux sur un banc. Tout en haut : le château qui surplombe la vallée. Y a de la neige tout en haut des montagnes. C’est classe. On dirait une de ces vieilles cartes postales du siècle dernier. Ça manque de technologie tout ça. Mais c’est mignon. Si on était en vacances et que le coin était pas aussi stressant, ça pourrait être des super vacances.

Une femme monte dans le train. Elle est accompagnée par des soldats. Elle s’appelle Goldie et c’est la directrice de l’office de tourisme. Apparemment, nos bagages sont arrivés et nos chambres nous attendent. Elle remarque la mallette réfrigérée et demande ce que c’est. Personne ne répond vraiment. Elle veut savoir si on est féru d’escalade… MistMind répond que certains aiment l’escalade et que d’autres sont là pour se dégonfler…

Boucle d’Or nous accompagne à l’auberge de jeunesse. Au passage, on peut voir les 40 baraques du village et les boutiques. Y a du souvenir et des spécialités locales. Dans les bâtiments, je constate qu’il y a un peu plus de technologie qu’à l’extérieur. Mais on est loin de Seattle.
Dans la chambre (commune) on trouve les 4 caisses. Une est étiquetée « à ouvrir en premier ».
Je regarde à l’extérieur pour voir si on nous épie : rien.
Max fait une petite fouille de la pièce pour repérer les caméras et autres micros. Le Caméléon l’aide. Il trouve quelques micros et me demande de regarder. MistMind déclenche son brouilleur. Par contre faut pas l’activer longtemps donc le reste du temps faudra jouer les touristes.
MistMind examine les caisses pour voir si elles ont été ouvertes : rien de particulier. Il ouvre la caisse marquée.
C’est Noël. Y a des armes et des silencieux, des munitions, des tazers, des couteaux, des transmetteurs, des scanners, des brouilleurs, des passe-partout, des respirateurs et une valise vide. La valise pour mettre le livre.
Bip ! Bip ! Hein ? Oh ! C’est la mallette de Ash qui fait des siennes… Bip ! La température baisse… et revient à la « normale ». Pfiouuu. Bon apparemment c’est juste une régulation. Sauf que ça fait du bruit cette connerie. Les autres essaient de mettre une sourdine pour éviter d’attirer l’attention si jamais ça recommence.
Les caisses sont toutes ouvertes. En plus de la première caisse, on se retrouve avec du matos d’escalade et de randonnée en haute montagne. De quoi voir dans le noir, et survivre un peu. Max n’en peut plus : il a des armes lourdes. On sent bien qu’il a vraiment envie de jouer avec… Les employeurs ont mis un cyberdeck dans les caisses : un Sony CTY-360. Cool ! Une vraie bonne bouse… Ils veulent que je fasse quoi avec ça ? Pourquoi pas un couteau multifonction et un chewing-gum ?

C’est quoi encore ça ? Une explosion ? Apparemment, un missile est parti des remparts et a abattu un truc volant… Le baron aime vraiment pas les drones. C’était pas qu’une légende urbaine.

Je crois que je me suis assoupie pendant que les autres parlaient. Je me réveille quand Max appelle Goldie pour faire la visite du patelin. Elle propose un resto avec une spécialité locale : la choucroute… Un peu étrange. Max préfèrerait des algues… Finalement, je sais pas ce qui est le plus étrange. Puis il souhaite savoir où faire de l’escalade. Goldie est surprise et ne sait pas où conseiller. Elle nous conduit à un resto : le Zwei Sinn, tenu par Hermann Müller. La carte expose des assiettes blindées d’un truc que rien qu’en les regardant t’as les dents du fond qui baignent.
MistMind drague Goldie. Il insiste pour qu’elle reste manger. Ça ne prend pas. Elle a trop de boulot. La serveuse vient prendre les commandes. Les menus sont en plusieurs langues, mais c’est pas pour autant que ça a l’air digeste. Max drague la serveuse qui parle dans un anglais approximatif.

Ces ploucs n’ont pas de Coca-pomme. Il faut que je me le fasse moi-même : deux Coca et un jus de pomme dans un grand grand verre. D’un autre côté ça occupe, parce que franchement c’est chiant ce coin sans technologie.

MistMind annonce que Goldie est éveillée. Il a tenté un tour de magie sur elle. Oops ! Boulette…

Comme si c’était pas assez glauque comme ça, il faut faire du tourisme maintenant. Une église, une mairie… J’aurais dû laisser Sorayama me buter… J’aurais moins souffert. Quoique…

Une nouvelle explosion ! Encore un drone abattu. Apparemment c’est un test : le graff voisin, le baron Eisenstein, envoie régulièrement un drone pour tester les défenses de son voisin le baron Munchmaussen. On dirait qu’aujourd’hui, il a décidé d’en envoyer deux. Ça change. Apparemment le troll est parano…

C’est l’heure d’écouter de la musique sinon je vais me pendre. Le temps de sortir mon pocket secretary et de me brancher… Aaaaah ! Un peu de modernité dans ce monde de brutes.
En marchant, je constate quand même qu’il y a des caméras partout. Je cherche les boîtes de connexion. En fait, c’est planqué derrière des planches en bois. En calculant un peu, je trouve un angle mort du côté de la mairie.
J’entraine MistMind et les autres suivent. Je déniche les fameuses planches qui planquent un nœud de connexion. Je me connecte pendant que les autres me planquent.

La vache ! C’est pas du système de base. Il y a vraiment des trucs plus intéressants que la campagne ici. Le système couvre le village et le château. Des caméras de sécurité à gogo. Des micros aussi. Tiens c’est notre chambre… Je repère des sécurités : des portes, des ascenseurs et des drones. Je récupère les plans du château. Surtout ce qui concerne le bâtiment marqué 12, le blockhaus. En plus des 3 étages visibles, il y a 2 étages souterrains. Je remarque aussi qu’il y a 4 véhicules garés dans la cour (10).
Déco. Et me voilà de retour dans la réalité du XVIème siècle.

C’est l’heure pour une glace ! Je vais m’en acheter une. Miam !

Je suis les autres jusqu’à l’hôtel. Ils font une mise au point du plan. Et je sombre dans le …

D’un coup, le tatouage me chauffe. Le Caméléon me demande : « T’as la cuisse chaude ? » Je lui mets une tarte. Mais en fait il me parle de son tatouage qui doit chauffer aussi. Il a fait quoi ? Rien. Apparemment ça lui est déjà arrivé…
MistMind enlève sa chemise… C’est pas le moment… Ah ben non, il nous montre son épaule gauche sur laquelle il y a un tatouage. . C’est nouveau aussi ça.

Selon Crow, un lien magique flou relie MistMind à quelque chose qui se trouve en direction du château.
Avatar du membre
Telenn
D6
D6
Messages : 53
Enregistré le : 04/04/2014 à 22:20
Localisation : 1d6

Re: Dans le neurone de Black Cat

Message par Telenn »

Le Baron de Munchmaussen - 3 (24/08/2021)

Oops ! J’aurais dû suivre le plan parce que j’aurais pu tenter de m’enfuir avant de devoir suivre les autres fous… Ils veulent faire de l’escalade ! Ceux qui peuvent vont monter tout seuls. Les autres auront droit à l’ascenseur magique de Crow.

Une fois en haut, on est censé entrer par la porte à côté de 9c sur le plan que j’ai récupéré.

On est parti. Jusqu’à la porte, ça se passe sans encombre. Maintenant faut péter la grille qui bloque le passage en forme d‘arche.
Petit test de système d’alarme : rien. Max va repérer la porte qui se situe dans la grande muraille. C’est un passage avec une porte fermée mais pas verrouillée. Bon… faut refaire un tour de lévitation. Les autres escaladent.

Mur passé. Porte ouverte. On se glisse derrière le donjon. Y a une porte… ouverte… Non mais sérieux ? Crow va faire un peu d’espionnage par une fenêtre. Une salle décorée avec des trucs chers. Et elle se promène. Elle redescend pour nous dire qu’on est braqué par une caméra… Mais les gardes de sécurité ne semblent pas alarmés du tout…
Blablabla : encore un plan. Je fais juste remarquer que nous avons un élément de surprise : Crow. Elle reste invisible. On entre. Et on entend des bruits de pas dans une petite pièce sur la droite.
Je hacke l’ascenseur et je m’introduis dans le système. Je mets en boucle la caméra du rez-de-chaussée. Puis je prends le contrôle de l’ascenseur. Je visionne les flux de caméras du sous-sol : personne. Je craque les alarmes dont celle liée au support du livre. Je sauvegarde les images de la salle 20 parce que des tapisseries assez moches attirent le regard à cause des petits dessins tout moches mais qui rappellent étrangement les visions et les récits de Faran.

Pendant que je jouais, les magiciens ont découvert que des filaments reliaient nos tatouages à quelque chose au sous-sol. Faran s’évanouit. Il se réveille et crie en mode panique. Ça colle les miquettes. Il a le teint très pâle.
Il a eu une nouvelle vision d’une énorme cité en ruines. Avec un monument recouvert de sang et qui crachait du sang en continu. Quand il évoque ça, j’ai une sensation de brûlure au niveau du tatouage. Les autres tatoués réagissent au même moment que moi : Aïeeeeeuuuh !

MistMind propose à Faran de rester à l’abri dans l’ascenseur mais il préfère venir.
Le Caméléon farfouille dans des objets. Faran a un mouvement de recul devant les tapisseries et reste figé. Il a plein de visions qui lui reviennent. Les filaments vont vers les tapisseries et vers le point de la pièce où est accroupie le Caméléon. Les tapisseries n’ont pas l’air d’être tissées. C’est plus un genre de parchemin. Il y en a de différentes tailles. Crow s’empare d’un tube et roule des tapisseries. MistMind prend le bouquin, le met dans la valise, la ferme. Il fait l’échange avec la mallette cadeau.

Le Caméléon a dissimulé un truc en se voulant discret mais je l’ai capté. À présent il lit un parchemin avec des caractères incompréhensibles que pourtant j’arrive à lire… partiellement. Le Caméléon embarque le parchemin en question.
Quand on le rejoint, Faran a l’épaule qui chauffe. À la demande générale, il retire sa chemise et montre son tout nouveau tatouage : .
Apparemment il y a un filament qui part de chacun. Crow a aussi un tatouage sur la poitrine : .

MistMind voit un lien qui va jusqu’à la poche de la veste du Caméléon. Il lui demande ce que c’est. Le Caméléon sort une dague… Certainement le truc qu’il a voulu dissimuler. C’est moche. Sérieux, il aurait pu en choisir un bibelot plus joli en souvenir.

Retour au rez-de-chaussée. 5 gardes nous attendent. Derrière eux : le baron de Munchmaussen. Je réussis à changer l’ordre de l’ascenseur et je nous emmène au premier. Le baron nous regarde bizarre mais ne peut pas retenir l’ascenseur. Direction le toit.

Pendant ce temps au sous-sol, grâce aux caméras de sécurité, je peux observer le baron qui ouvre la mallette : des oreilles d’elfes congelées. Caméléon suggère qu’il s’agit des 6 oreilles qu’on avait rapportées de la mission précédente…

On est obligé de sortir de l’ascenseur pour atteindre le toit. Pendant la montée, je supprime nos traces des vidéos stockées dans le système. Et je désactive les batteries anti-aériennes.

Au troisième étage, du personnel paniqué nous embête un peu. On trouve une trappe au plafond mais c’est verrouillé mécaniquement. Le Caméléon et moi essayons de « crocheter » mais sans succès.

Pendant ce temps des gardes qui étaient dans le PC sécurité à côté de la trappe sont sortis. Crow a mis une barrière et les autres lancent l’opération porc-épic : neutraliser les gardes sans les tuer, à grand renfort de fléchettes hypodermiques.

Alors qu’on se demande comment faire pour défoncer la trappe, Faran pose son bras dessus et elle s’ouvre… Il a l’air complètement shooté et croit que son bras fait des trucs. Mais je vois rien du tout. Apparemment le Caméléon non plus, vu la tronche ahurie qu’il fait. Faran écarte son bras pour éviter de nous toucher. Comme si c’était dangereux… Il est à l’ouest complet.

Okay ! Bon, on se casse. C’est ouvert. On va pas rester comme des cons à regarder un mec s’extasier sur son bras.

Sur le toit, on trouve l’hélico que j’avais repéré la veille. C’est Max qui pilote. Ça donne pas confiance. Je vais l’aider à piloter avec mes maigres compétences de drones. C’est toujours mieux que rien.

Pendant ce temps, à l’arrière, apparemment, les mages voient un Faran tout chelou. Pour moi il est comme d’hab. Enfin pas tellement plus chelou quoi. Par contre, plus on s’éloigne du château et plus il redevient normal « en astral ». Parce que… enfin bref.

Le trajet du retour passe par la gare de Munich et la navette orbitale. On fait le chemin à l’envers, mais en moins mouvementé.

Quelques jours plus tard à Seattle : on a enfin un contact avec le Johnson. Le rendez-vous se fait encore au club After. La nana est au courant de notre sortie en hélico et certainement de tout le reste. C’est beau de savoir qu’on ne peut rien faire sans que quelqu’un vous épie en permanence. MistMind lui donne la valise avec le bouquin. Elle nous donne les créditubes restant : 20000¥. Pendant l’échange, elle a l’air de scruter rapidement Faran… Elle a une petite crispation de surprise très fugace.

Le Caméléon espère la voir pour une prochaine affaire. Qui sait ? Je commence à dire que peut-être la prochaine fois faudra aller voler un truc et remplacer par le livre qu’on vient de dérober. Mais MistMind m’empêche de parler en mettant sa main sur ma bouche. Je le mords. Mais c’est trop tard, la nana est partie.

Il nous reste à aller voir le type qui s’y connaît en runes. On a des tatouages à décrypter et la dague souvenir du Caméléon à faire identifier.
Répondre

Retourner vers « Earthdawn - Shadowrun »