L'épouse de l'Ambassadeur

Modérateur : Ludo

Répondre
Avatar du membre
Brin d'if
D4
D4
Messages : 30
Enregistré le : 29/12/2015 à 23:14
Recevoir les alertes des animations : Non
Localisation : Nantes
Contact :

L'épouse de l'Ambassadeur

Message par Brin d'if »

Image

Melor était un homme très apprécié. Habitant des quartiers riches d'Abîme, bel homme, d'une famille des plus aisée, il était en plus un musicien très reconnu de ses paires. Il aurait pu épouser bon nombre de demoiselles qui l'auraient rendu heureux car il était de ceux qui ont plus de choix qu'ils ne le désirent, mais il a fallu qu'il s'éprenne de la plus belle bien entendu. Les commères parlent encore de sa fiancée bien que le temps aient fait tomber son nom dans l'oubli… Elle parlent de cette sale garce qui a brisé le cœur du harpiste, l'abandonnant sans vergogne avec leur fille nouveau née. Jamais Melor ne s'est remarié et sa bien aimée indigne hante aujourd'hui encore ses songes.

Seul vestige de son amour perdu, le musicien a élevé seul sa fille, lui enseignant l'écriture, la musique et veillant fièrement à son éducation. Toujours dans l'ombre de son père, l'enfant pris l'habitude d'évoluer au milieu des artistes. Beaucoup se souviennent d'une jolie fillette aussi curieuse que bavarde qui adorait se lancer dans de grands débats rhétoriques. Ils vécurent ainsi paisiblement quinze ans durant sans s'inquiéter de rien. Melor ne parlait pas de sa fiancée disparue à moins d'y être forcé et toujours de façon nostalgique. Sa fille apprit bien vite à ne plus lui poser de questions sur ce point pour ne pas l'attrister. Ce n'est pas comme si sa mère lui manquait puisqu'elle ne l'avait jamais connu.

Mais l'adolescence de la fille du harpiste ne fut pas des plus calme. Du jour au lendemain, elle déserta les rues des beaux quartiers, accompagnant une amie pas très fréquentable dans des zones bien plus douteuse d'Abîme. Elle ne respectait tout simplement plus aucune règle et son père était bien trop déboussolé par ce changement brutal de comportement pour réagir avec l'autorité nécessaire. La jeune femme rentrait tard le soir, quand elle daignait rentrer, et Melor regardait la pendule tourner lentement en priant pour que sa fille lui revienne sauve. Il ne repris espoir que quand, deux ans plus tard, il apprit avec soulagement que la mauvaise fréquentation de sa fille avait quitté Abîme. Ses ennuis n'étaient pas pour autant terminés.

La jeune femme poursuivait ses escapades, mais depuis le départ de sa compagne, son instinct de sauvegarde la tenait loin des mauvais quartiers où il vaut mieux éviter de se balader seule. Elle jeta son dévolu sur l'Ambassade Princière, pleine de belles choses et d'un petit goût "d'ailleurs" tout à fait passionnant. Mais, fleurit par son adolescence, elle était devenue une jeune femme d'une beauté simplement outrageuse et s'attira très vite les attentions des résidents. Quand son père reçu la demande en mariage en bonne et due forme de l'Ambassadeur principal de l'Ambassade Princière, il lui fallut un moment pour réaliser ce qui était arrivé. Melor fit son possible pour convaincre sa tête folle de fille d'accepter une telle proposition et finit par obtenir gain de cause… Malgré l'âge avancé du prétendant.

Âgée de 18 ans et enfin sortie des folies de l'adolescence, la fille du harpiste épousa Svencham de Vlatna au cours d'une belle cérémonie. Belle pour son père et pour son époux au moins, car elle n'y semblait pas à son aise. La teneur du mariage devint d'ailleurs bien vite évidente. Les ragots battaient leur plein ! On chuchotait que la charmante créature qu'avait épousé l'Ambassadeur partait rejoindre en secret l'épouse d'un autre Ambassadeur à le nuit tombée. C'était il y a huit ans, et ces vilaines rumeurs n'ont jamais été démenties.

Si au départ la jeune Abîmoise semblait des plus mal à l'aise dans l'ambassade, elle s'est peu à peu habituée à cette vie. Les premiers temps, elle quittait très régulièrement le quartier pour aller retrouver son père ou pour retourner flâner en ville. Très versatile au départ, elle s'est peu à peu stabilisée. Sa relation avec l'épouse de l'Ambassadeur n'est plus qu'un secret de polichinelle au sein de l'Ambassade, les deux femmes ne se cachant plus vraiment et leur époux n'étant apparemment pas gênés par cette situation. Au moins elles ne risquent pas de revenir avec un bâtard !
Répondre

Retourner vers « Agone »