Previously in Shadowrun

Modérateur: daegron

Ep. 18 : Plan toxique

Messagepar daegron » 27/05/2018 à 22:51

Ep. 18 : Plan toxique
Grosse séance et je vais être pris cette semaine, donc un résumé en mode tirets, j'essaierai de réécrire correctement d'ici la prochaine, on verra :)

  • Joe et Cruz sont occupés à installer sur le tanker et paramétrer la tourelle récupérée sur le QG des stilettos.
  • Sun a retrouvé Ti Shu dans l'underground avec les gamins de Naaman : il participait à la protection des lieux contre les émeutiers de l'humanis. Il a suivi le riite d'initiation du gang, et arbore maintenant un énorme tatouage d'orchidée sur l'épaule. Il a rejoint l'Orkid. L'elfe le ramène de force à Puyallup où il est mis à contribution sur la ferme pour l'occuper.
  • Les nains proposent un tatouage temporaire à Sun : elle choisit Armure
  • Ours lui donne l'Athame qu'elle lie
  • Gröl invoque un puissant esprit de terre à l'avance, profitant du soutien du cercle chamanique de Puyallup
  • Le cercle prépare le rituel, ils partent avec Secht'ah, retrouvent le bâtiment de Redmont, Gröl prend le contrôle d'un esprit toxique qui leur ouvre le passage
    depuis la loge, bulles qui remontent vers l'espace, second et dernier service à l'esprit : les guider jusqu'à la source.
  • Sortie de Redmont, puis de l'atmosphere, étoiles, puis le vide : des "attentions" se tournent vers eux depuis le néant
  • Arrivée sur le plan toxique, comme le passage à travers un mur, alors qu'ils sont sonnés et reprenent leurs esprits, l'esprit qui les guidait, dans son élément semble avoir doublé de volume, il n'est plus lié par les services de Gröl, et les attaque. Ils le butent rapidement, mais il explose en particules ....
  • Autour, paysage décharné, des arbres émaciés, rongés par des pluies acides dans une vallée de petite montagne, au milieu de laquelle les bulles qu'ils suivaient se changent en torrent, qui file au fond vers un lac fumant. La terre n'est que rocaille ravagée par cet environnement inhospitalier. Le ciel bas est constellé de nuages vicieux qui masquent un soleil blafard. L'explosion semble avoir créé une tension dans toute la zone, le torrent s'emporte, et avec lui le lac ... qui se redresse en un titanesque humanoïde au cœur pulsant ses vapeurs viciées. Son cri fait résonner l'espace, et tous sentent dans leurs chairs un millier d'attention malveillantes répondre à l'appel. La forme étend sur les côtés deux bras immenses, faisant se soulever en raz de marée les acides tumultueux du lac. Un effort coordonné des trois magiciens permet de d'ouvrir une brèche dans le sort qui déferle sur eux, les sauvant d'une mort atroce. Sun, en un éclair, a bondi dans les air, au milieu des nuages, elle comprend quand certains tournent leur regard torve vers elle qu'il s'agit d'esprits toxiques de moindre envergure, mais bien trop nombreux !
  • L'appel du titan a été entendu, et des esprits affluent en tous sens.
  • Gröl entend la voix de son totem qui lui dit de tenir bon, tandis qu'Ours prend ses camarades de cours, et n'écoutant que lui même, il fonce sur la créature, visant le lien karmique qui la relie à Mors, pour l'affaiblir. Gröl appelle a lui l'un de ses esprits liés, Sun et Secht'ah suivent Ours, et l'adepte aperçoit, au centre de la masse de l'esprit, une partie scintillante qui semble rayonner d'énergie, source des nombreux liens plus ou moins puissants qui s'échappent de l'esprit.
    Si le chaman et le mage touchent leur cible et affaiblissent l'esprit, Sun et happée dans sa masse et les matières corrosives qui le composent lui brûlent les chairs.
  • Gröl suit et ses esprits commencent à faiblir face à l'afflux d'ennemis.
  • Sech'tah demande à Ours de créer une barrière (il est bien plus puissant pour cela que le mage), tandis que Gröl rejoint le corps à corps.
  • La barrière retient un nombre croissant chaque seconde d'esprits, et Ours réentend faiblement, pour la première fois depuis longtemps, la voix de son totem. Sun n'est pas loin de flancher au coeur de l'esprit, mais réussit à ficher sa lame sous le coeur : elle donne le tout pour le tout et fait levier. Sech'tah tend sa main à travers l'acide pour l'aider. Dans un effort conjoint ils arrachent le coeur de l'esprit : celà ressemble à une pièce mécanique d'où émane une puissance malfaisante. Ours a un flash, la pièce ressemble à ce qu'ils ont vu dans les documents volés par Naaman : la pièce défaillante des réacteurs Shiawase responsables des explosions nucléaires de Redmont et de la Sox.
  • En attrapant Sun pour l'aider à sortir, le crâne de Sech'tah s'illumine et une puissance incroyable est libérée, le mage elfe semble d'un coup ne plus pouvoir se concentrer que sur le fait de réduire son aura. A la teinte de magie de sang du focus, lié à l'aura de Sech'tah qu'il cachait jusque là, ils comprennent que c'est le contact avec l'Athame, et non l'adepte, qui a déclenché le focus.
  • Du coeur de l'esprit émanent toujours des liens karmiques, ils s'en servent pour revenir vers leur plan d'origine. Au passage du néant entre les plans, ils sentent très nettement une activité bien plus dense dans l'abyme, et le fait que le crâne de Sech'tah fasse balise dans l'immensité ne les rassure pas.
  • Ils arrivent en vue de Redmont puis Glow City. Du ciel astral, Sun repère des zones ou la toxicité est bien plus faible, et une sorte d'harmonie semble régner ... les camps du projet espoir. L'un des liens les plus puissant du coeur de l'esprit les ramène vers le réacteur de la centrale. Ils ne s'approchent pas plus et filent vers Puyallup, où ils sont accueillis par le cercle chamanique et s'effondrent d'épuisement.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1465
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: Previously in Shadowrun

Messagepar daegron » 23/08/2018 à 13:40

Ep. 19 : Proto-type
[SPOILER : c'est inspiré de l'un des scénars du jeu video Dragonfall]
Repos après l'initiation, Gröl a intégré le cercle en tant que ritualiste, Ours a renoué le lien à son totem.
Tous choisissent de mettre à profit le temps de préparation de la mission sur le projet Hope pour mettre derrière eux leurs dettes auprès de Zeus.

Le rendez vous est pris rapidement, et les détails du plan sont mis sur la table ... ou dans l'espace virtuel entre les runners et leur fixer préféré.
AG Chemie EU, leader européen en recherches pharmaceutique, principale concurrent sur le continent américain à Doc Wagon, a une succursale au cœur d'Auburn. 26 étages, dédiés à la logistique, l'administration, la vie des sararimen & women, mais aussi les R & D.

Suite en mode rapide, j'ai deux séances de retard :

Le commanditaire leur a fait passer une boîte noire sensée désactiver la sécurité pendant une demi heure une fois sur place. Joe et Cruz trouvent la compagnie qui s'occupe de l'entretien des locaux d'habitation. Zeus leur fourni un van ... Enorme... et une peinture nano programmable, qui permettra de changer les logos de l'entreprise à la sortie.
Ils prévoient une caisse hydraulique et un transpalette puissant, car apparemment le prototype est d'un format plus que conséquent.
Cruz leur créée des accréditations qui ne dureront pas longtemps, le temps de rentrer seulement, si la sécurité n'est pas trop pointilleuse.
C'est parti ...


Au soir, à l'heure envoyée par Cruz pour l'équipe de maintenance CD6D CPa2M1 passe l'entrée du parking, un sourire de Joe fait oublier aux gardes de creuser le fait qu'il y a déjà eu une maintenance la veille ...
Un grand parking souterrain : côté gauche, les plates formes logistiques et la rampe d'accès aux niveaux de stocakge au dessus. L'équipe de nuit, et quelques drones, vident un semi, au rythme du balais nocturne des chariots autonomes et semi autonomes. Côté droit, les véhicules personnels, et l'accès au parking souterrain.
Au centre, les ascenseurs, et le boîtier du réseau sur lequel brancher la boîte noire. Alors que Cruz s'en approche, un ouvrier arrive en chariot élévateur, Joe attire son attention et ils parlent du dernier match d'urban brawl, les Screamers de Seattle ont étés écrasés par les Lakotas Arrows, ce qui donne a Joe l'occasion de quelques piques biens senties.
Ils montent dans l’ascenseur avec la caisse, direction le 24è étage, aucun mot de passe ne leur est demandé, les caméras semblent désactivées, comme les alarmes.
Le 24è, l'avant dernier étage, est l'étage de direction, quelques bureaux des chefs opérationnels et financiers, un data center, des labos, et le pc sécurité ... où il semble y avoir de l'activité. Mieux vaut se faire discret ... Cruz s'attaque au réseau de commande de l'ascenseur pour leur donner l'accès aux dernier étage, tandis que ses camarades, armes au poings, sont sur le qui vive. ours et joe s'infiltrent tout de même dans le data center et récupèrent les dernières données compulsées dans le labo : des vidéos de test d'une arme de guerre : projet MLS VI, en vue subjective. La machine abat une douzaine de mercenaires en quelques minutes dans un environnement désertique au pied d'une montagne titansesque, et finit les survivants avec un hachoir qu'un troll aurait du mal à porter. En continue sur les bords de l'écran des informations de monitoring comme pour un martlink, mais qui semblent concerner des dizaines de fonctions techniques. MLS : Meyou Liangmin de Shan ... Ils trouvent ensuite des notes de recherches sur une formule chimique, un "stabilisateur" ?
Cruz a débloqué l'accès, ils montent.
25è, au centre, l'ascenseur d'où ils sortent, devant eux, un open space avec bar et une petite fontaine feng shui qui distille un son cristallin dans l'espace ambiant. Des bibliothèques, avec de vrais livres, qui masquent un local technique. Derrière eux, de grands espaces vitrés : bureau du CEO pour l'Amérique du Nord et salle de réunion, et une esplanade, au fond, avec des marquages au sol et sur les murs. ils avancent.
Sur leur gache, des stands de tirs, des cibles, un écran géant et des caméras qui ne semblent pas réagir à leur présence, à droite après les bureaux, tout le fond de la pièce est constitué d'enchevêtrements de de matériel, d'immenses ordinateurs monitorent en continu une gigantesque forme humanoïde de métal. Plus grand d'une tête que Groll, large comme deux fois ses épaules. Le prototype MLS VI, ç'aura été plus facile que prévu. A sa gauche, une table, sur la quelle reposent une mitrailleuse lourde et un hachoir au formats moins que standards, aucun des runners ne pourraient espérer les soulever, et un deck, Joe s'approche. C'est plutôt une console de rigging, le mastodonte est un drone ...
Alors que Joe essaie la console, Cruz fait un check-up du réseau et Ours inspecte la machine. Il y repère un reste d'aura ... La montagne d'acier est, -était ?- une créature vivante ... Il lutte pour réussir à lire cette aura : la dernière parcelle de vie est vacillante, amorphe, comme maintenue par une volonté extérieure.
RAS côté systèmes, Joe enclanche les commandes de rigging : avec une facilité déconcertante il comprends les mécanismes de base : faire se dé"placer la machine, utiliser ses membres chromés, dans son moniteur en réalité augmenté, électrocardio- et encéphalogrammes, et un message :
"fonctions vitales stables, prototype MLS VI opérationnel".



Le pilote fait s'équiper le drone, il lui faut quelques minutes pour s'habituer aux commandes. La macine peut quitter sa plate forme d'entretient, pour ça Cruz débranche quelques câbles qui amarrent l'être-machine aux réseau de surveillance ... Et l'alarme s’enclenche aussitôt. Plus de temps à perdre, les équipes sur place sont déjà costaudes, et les runners savent qu'une fois l'alarme enclenchée, il faudra moins de vingt minutes à une HTR, High Threat Response team d'Ares Macrotech, pour intervenir, autant dire que chaque seconde compte.
Ils ne sont pas enxcore à l'ascenceur que les les locaux débarquent. c'est un carnage, et ils doivent abattre en priorité un rigger de la sécurité qui tente de reprendre le contrôle à Joe. Les moniteurs du drone virent au rouge, un composé n'a pas été rechargé avant que les runners ne prennent le contrôle, et la stabilité du système vacille.
Ils s'en sortent tant bien que mal, laissent leur caisse et leur transpalette inutiles à l'étage et retrouvent le van. Avant de grimper, la stabilité du système est presque nulle, Joe sent des résistances et voit des alertes sur l'encéphalogramme.
Devant le véhicule le visage de la créature-machine se crispe dans rictus métallique, Ours approche son oreille car la voix est presque inaudibles :
"tuez moi, tuez moi, tuez moi ..." Il se répète en boucle tandis que les runners font monter le troll sans volonté dans le van, et foncent vers le lieux de livraison.

Ils monnaient les informations supplémentaires sur le composé qui pourra redonner la stabilité au prototype, et rentrent chez eux, en vie, et dix mille nuyen supplémentaires en poche.

Encore une belle soirée dans les ombres.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1465
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Ep. 20 Une lueur d'Espoir

Messagepar daegron » 27/08/2018 à 12:46

Ep. 20 Une lueur d'Espoir

[SPOILER : Scénar Officiel SR2 : Glow City Blues (VF) ou Double Exposure (VO)]
Une fois encore en mode rapide :

Les dettes à Zeus sont remboursées, le commissaire Gordames leur a déjà viré la première moitié des trente mille nuyens promis pour les infos sur le lien Renraku / Hope, il est temps de se lancer.
Joe et Ours partent les premiers tandis que le reste de l'équipe tente de se préparer une porte de sortie. Ils font de leur mieux pour se grimer en sans abris et rejoignent le bureau d’enrôlement du projet espoir, au nord est de Bargain Basement.
Le bureau ne paie pas de mine, vieil écriteau à la peinture défraîchie, façade décrépie, seule la porte blindée semble en état. Les gardes sont bien moins impressionnants que ceux du camp de retraite.
A l'intérieur ... c'est pire ! Et pire encore : l'odeur ... la concentration de désœuvrés fait son effet, et les pauvres narines des runners souffrent le martyr. Les secrétaires semblent ne pas s'en soucier, elles donnent une fiche d'inscription à chacun, leurs demandent de la remplir du mieux qu'ils peuvent et les font asseoir sur un banc crasseux de la salle d'attente, entre une pucée en descente de BTL et un schizophrène en plein délire paranoïaque, chaude ambiance.
Ils sont reçus chaleureusement malgré les conditions moins que rudimentaire, le discours est extrêmement positif, mais Joe est bluffé : l'administrative, qui approche la quarantaine, semble vraiment convaincue que le projet espoir "peut faire la différence". Ils verront bien sur place. Ils se sont inventés un faux passif de gardes corpos et mercenaires "qui en ont trop vu". Personne ne semble tiquer, on accepte leurs inscription, ils sont engagés. Un bus passe dans trois heures, le temps de se débarrasser de toutes armes ou matériels prohibés dans l'enceinte du projet Hope.
Le trajet d'une heure et demi dans les bas fond de Redmont semble une éternité, mais ils finissent par arriver devant l'entrée du camp. Là la fouille est plus sérieuse, cela confirme, s'il y a avait encore besoin, que la sécurité est plus que pro. Ils sont scannés, observés astralement, et tout cyberware "trop dangereux" est désactivé "temporairement" ou subtilement amoindri par un puçage externe. Heureusement pour les runners, ils sont plutôt équipés de bioware de bonne qualité, qui passe les senseurs de justesse.
A l'intérieur, ils sont accueillis par Jonnathan Tung, le gestionnaire du camp. Charismatique, accueillant, sa présence et son discours donnent à tous l'impression d'être chez soi. La soirée est libre pour les nouveaux venus, ils peuvent aller venir à leur guise, visiter chantiers de reconstruction ou d'entretien des bâtiments collectifs, les vergers, potagers ou les salles de recueillement, bibliothèques, salle de repas communs, tout est simple, mais fonctionnel, agréable. Les locaux, une grande majorité d'anciens sans abris, semblent exténués le soir, mais heureux, c'est d'ailleurs la sensation qui plane sur la zone : on y travaille dur, mais pas pour rien. On donne de soi pour faire avancer la communauté, mais on est plus seul, il y a toujours quelqu'un à qui parler, pour faire la conversation ou apprendre quelque chose. Les lumières sont éteintes tôt, la journée commence avant même que le soleil ne se lève le lendemain, avec la répartition des tâches du jour pendant un petit déjeuner collectif copieux.
Ours et Joe sont respectivement attribués au verger et à la mise en place d'un réseau de canalisations pour un nouveau bâtiment. A la vue des chantiers, ils sont stupéfaits, ces illuminés ont vraiment réussi à reverdir les barrens : les batiments sont entretenus, remis à neuf avec soin et un certain goût, et les champs ! Des champs en plein Redmont, fruits et légumes y poussent comme dans une vallée fertile ! Passé la première surprise, ils découvrent ce que veut dire travailler de ses mains. Il n'est même pas 10h que l'un a des ampoules ouvertes à force de piocher et l'autre les lombaires brûlants d'être penché à désherber des rangs de légumes.
En milieu de matinée, une citerne d'eau entre sur le terrain. Ils reconnaissent le logo tout de suite : de l'eau traitée par New Dawn Envirotech. Un pu plus tard deux camions bennes avec de la même entreprise viennent déposer de la terre purifiée. Selon les locaux, c'est un balai continu, et les camions de la corpo passent très régulièrement. Les livraison d'eau sont au plus rare tous les deux jours, la terre un peu moins.
Le travail est très dur, mais personne ne se plaint vraiment, à l'heure de la pause déjeuner, en pic nic sous les vergers ou dans la cantine commune, tous ressentent plutôt le contentement de la tâche accomplie. Ils comprennent que personne ne reste très longtemps sur place, selon les compétences, les volontaires sont dépêchés sur les différents camps, où ils seront le plus utiles. Les runners discutent avec une dizaine de personnes et l'avis est toujours positif, les engagés ne semblent pas vraiment faire attention à ce qu'il disent : "J'vous l'cache pas, le boulot est pas facile tous les jours" leur dit un résident à l'âge indéfinissable, en se malaxant des épaules maigres mais tendues comme des câbles d'acier, "c'est sûr, c'est pas boîte de nuit et compagnie, mais ici j'ai chaud, j'ai plus faim, et je me fais pas tabasser par des p'tis cons qui sortent de club tous les deux jours", et dans un sourire édenté il ajoute, "Sûr, j'serais pas contre un verre de soy-pif ou deux de temps en temps par contre, mais on est mieux là qu'dehors, ça j'vous l'dit ..."
A la question de la liberté de sortie, les gens haussent les épaules, ils n'ont jamais vu quelqu'un essayer, mais c'est de notoriété commune qu'ils sont libres : "En même temps, qui voudrait partir à pied et traverser une telle zone ?" Ajoute un travailleur, soulevant un sourcil avec un regard entendu.
Le soir arrive plus vite qu'ils ne l'auraient cru, ils sont éreintés de leur journée, et Ours pique du nez pendant la lecture de Tung avant le repas :"On est quand même pas loin d'une putain de secte" marmonne-t-il pour lui même, mais à sa propre surprise, il se sent bien, épuisé mais bien. Satisfaction du travail bien fait, partage ... Joe a la même impression, et à voir les visage autour d'eux, il en est de même pour la majeure partie d'entre eux. Et c'est justement ce qui gène le plus Joe :
"C'est trop beau, on a envie d'y croire, mais c'est trop beau ..."
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1465
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: Previously in Shadowrun

Messagepar daegron » 26/10/2018 à 06:56

Ep. 21 : L'Espoir fait vivre ...
Ep. 22 :... Mais ceux qui vivent d'espoir meurent sans rien
Ep. 23 : Tête de Mors

Bientôt ... (spoilers du scénar officiel SR 2 Glow City Blues)

La fin qui ne concerne que cette campagne :

Cruz demande à Joe de filmer et d'envoyer le direct à Matteo, elle se rappelle une dernière fois le gamin avec lequel elle jouait au foot dans le bario : "ça c'est pour la famille ..."

Gordames les félicite pour le boulot, il rallonge le chèque de 15k, en leur laissant entendre qu'il aura une proposition pour eux quand ils en auront marre de risquer leur peau pour des requins qui ne pensent qu'à leur compte en banque.
Quelques jours de repos, Joe prépare avec le doc et la chercheuse son opération proche pour la pose de la console de pilotage de drones. Après vérification de différents composants, ce qu'il va se faire poser est inestimable ... de quoi vivre plusieurs années comme un prince ...
mais les nuyen fraîchement gagnés sont vites réinvestis, pris d'un pré sentiment, Joe fait réparer les machines du tanker.
La doc s'est bien adaptée, en façade, elle est la secrétaire du labo, et commence à retrouver une vie, et le sourire. avec les données qu'ils ont pu extraire, des fonds et de l'espace, elle pense pouvoir remonter un centre de production de bioware, ce qui pourrait faire monter d'un cran leur clinique... Ils ont en tête l'espace libre dans les cales du tanker ...

Deux jours plus tard, ils retrouvent Matteo dans la ferme de Puyallup. Les mages sont très bien accueillis par le groupe chamanique.
Matteo a lui aussi une proposition, plus court terme... Un ami de son ami Pobre , a été enlevé, et il serait prêt à payer en centaine de millier de nuyen pour le retrouver, et l'extraire des griffes de qui l'a ainsi fait disparaître. Et ce ne doit pas être n'importe qui ... tout le monde n'a pas la capacité de kidnapper un grand dragon, et encore moins Sirrurg, le plus violent des dragons ayant mené la guerre contre Aztlan, disparu en plein vol la semaine dernière alors qu'il était intercepté par une flottille de chasse en attaquant la Californie ...
à travers les mots de Matteo, ils comprennent que le combattant de la liberté est en fait l'émissaire, l'interprête, la voix du grand dragon Pobre.
Les gigantesques cales du bateau ne seront pas de trop pour exfiltrer un grand dragon ... effectivement, Joe a eu un bon pré sentiment ...
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1465
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: Previously in Shadowrun

Messagepar daegron » 26/10/2018 à 06:56

Ep. 24 : Pour la cause ... encore

Pendant que Joe passait trois semaines sur le billard pour ses dernières augmentations, chacun vaque à ses occupations, préparant comme faire se peut la prochaine mission en Europe.
Après un passage auprès du cercle du corbeau avec Ours, Gröl rejoint d'ancien contacts de l'underground, tandis que les émeutes se font de plus en plus virulentes aux portes du nouveau district de Seattle.
Il passe voir LF Ant, le chef des Skratchaas, qui lui dit pouvoir le mettre en relation avec un contrebandier de la zone GE-MI-TO - Lyon - Marseille. Ce dernier aura sans doute les contacts pour les faire entrer dans la SOX. Puis troll échange longuement avec Hord, la vieille chamane ork qui lui a appris les bases de son métier. Elle le félicite pour son initiation, et lui demande de l'aide pour un ami commun. Les tensions avec les groupes radicaux ont augmenté sévèrement, et elle sait que la tête de Bard a été mise à prix. L'ork a été le fer de lance de la défense des droits des métahumains depuis près de vingt ans, et son âge ne lui permet plus d'être aussi combatif, physiquement, qu'il ne l'a été jusqu'alors. La chamane aimerait que Gröl et ses amis extraient l'activiste avant que des membres de l'humanis n'arrivent jusqu'à lui. rendez vous le lendemain soir dans une bicoque derrière le "marché" de l'underground.

"Pour la cause hein ?!" Joe fait la moue quand Gröl lui annonce qu'il ne peut pas faire autrement, mais il se rappelle avoir croisé le vieil ork quelques mois plus tôt, il discutait avec Sech'tah dans le Big Rhino à leur arrivée. Il contacte Sech'tah, qui lui assure que Bard est "l'une des rares personnes en qui il a totalement confiance en ville", et se propose pour donner un coup de main. L'elfe les rejoindra dès le point de chute trouvé, il a une piste récente à suivre sur sa propre affaire avant ça.

Il embauche ensuite Naaman pour les guider dans l'underground jusqu'à une sortie : "Une ristourne chez un doc ? Le vôtre ? Sûr que je prends ! Comptez sur moi !"
Le gamin s'est assagi depuis sa première, -très- mauvaise expérience du run. Il arbore désormais un bras chromé et semble avoir déjà passé quelques temps chez le doc. Après les retrouvailles, ils vont ensemble retrouver Hord pour peaufiner le dernier détail : le point de chute.
Bard a quelques contacts chez les orks des cascades, mais la route est très longue, Joe passe par Crazy Buffalo, un ami devenu chef des Wamiyapitske, pour trouver un point de chute entre les deux, déjà plus de trois heures de route après être sorti de Seattle. Au téléphone le chef indien semble préoccupé. Quand le face lui demande pourquoi, il duit juste avoir eu des soucis avec un gang de motards elfes, les anciens, et leur conseille de faire attention sur la route. Crazy Buffalo s'occupera de protéger l'ork le temps que ses amis des cascades arrivent. Naaman leur propose une sortie par les égouts, quelques conduits au dessus du tanker. C'est validé, Ils achètent un zodiaque, qui servira de navette pour le tanker en cas de besoin. Gröl le fait camoufler le long du quai par un esprit de terre pour préparer la retraite, et ils retrouveront Sech'tah quelques kilomètres plus au sud, après qu'il ait garé le van en attente.

Le soir, ils rejoignent les orks dans un brouhaha qui couvre la vie pourtant bruyante de l'underground. Les émeutes ont viré aux échauffourées et à divers endroits les cris se mêlent aux coups de feu. Ils s'exfiltrent le plus vite possible, et suivent Naaman, le jeune chef de gang entre les canaux, jusqu'à ce qu'il reçoive un appel. Les membres de son gang ont étés pris à parti, et avec eux Ti Shu, qui s'est encore enfuit et les a rejoins, pour "défendre le territoire". Le sang de Sun ne fait qu'un bond : "J'ai pas le choix, je vous retrouve au bateau. J'suis désolée, vraiment ..." Avant que ses équipiers aient pu dire un mot, elle file déjà dans la pénombre retrouver celui qu'elle considère comme son fils. Tandis que les appels répétés de Joe sur son comlink restent lettre morte, ils approchent de la sortie, et se figent lorsque leur parvient un bruit de moteur depuis le bras de mer.
Ils s'immobilisent. Une petite navette remplie de miliciens de l'humanis, panneaux "underground = criminels pas citoyens" et uzis chargés en l'air, patrouille la zone. Plus d'une dizaine de gus, mieux vaut patienter.
le temps passe, trop doucement, et le bruit de moteur finit par décliner au loin. Gröl libère l'esprit de terre de son service, et lui enjoint de les protéger. Ils sautent dans le bateau à nouveau visible et filent vers le point de rencontre avec Sech'tah.
Dans le van Joe calcule les différents itinéraires possible en temps réel, et choisit un petit poste frontière sous la pluie pour faciliter la traversée vers les Nations des Américains d'Origine. Quelques heures de route plus loin, l'Apache ne s'en remet pas de redécouvrir son van grâce à l'interface, il regrette de n'avoir pas fait réparer les senseurs plus tôt, il aurait eu plus à faire, la conduite lui parait tellement simple. Ils arrivent aux abords du poste, et repère au loin un grand nombre de motos stationnées à proximité. Gröl voit le signe des Anciens sur les véhicules ... Il va falloir passer vite. Il demande un nouveau service à l'esprit de terre : la montagne fait trembler le sol et détruit plusieurs des engins, Sech'tah s'occupe des autres. Pas très furtif, mais ils ne seront pas poursuivis. Joe joue la sécurité et prend les chemins forestiers, au cas où.

Cruz les appelle en urgence : "le quai est attaqué ! Et toujours pas de news de Sun !"
Profitant de la cohue sur l'underground, Bull, lourdement cybernétisé depuis leur dernière rencontre, mène les disassemblers contre leur QG. C'est le premier essai en conditions réelles de la tourelle, et elle s'en sort très bien. Malgré la distance et le bruit, Joe prend tant bien que mal le contrôle du navire et l'envoie en eaux internationales, quelques miles plus vers l'autre rive du détroit, en direction de l'Olympus Plant de Gaeatronics. En moins d'un quart d'heure le navire est hors de danger, et Cruz se concentre pour donner une nouvelle identité au vaisseau.

Le jour se lève quand ils arrivent à l'orée du village de son ami, épuisés d'une nuit plus chargée qu'il n'était prévu.
Le comité d'accueil est présent, un ork en tenue traditionnelle des cascades prend Bard dans ses bras et remercie chaleureusement les compagnons. Joe trouve Crazy Buffalo étrange ...
A l'instant même ou il entend Sech'tah crier, il aperçoit une ombre, et le reflet d'une arme, qui se rapprochent dans les bois :
"A couvert !!!"

Ils sont entourés par une escouade d'amérindiens surarmés, qui approchaient furtivement. Les balles fusent dans tous les sens, rafales de tirs automatiques qui grondent dans un vacarme assourdissant. L'apache a plongé sur l'activiste pour le mettre à couvert, le pauvre ancien aurait essuyé une volée de plombs sans son intervention. Sech'tah a matérialisé une barrière qui absorbe le gros des impacts, tandis que Gröl, moins chanceux et concentré sur l'invocation d'un second esprit, encaisse une pluie d'acier ... et est surpris de ne quasiment rien sentir ... Pas d'acier dans les tirs de leurs ennemis, mais des balles gel, faites pour assommer ...

Un nouvel appel de Cruz : "A l'aide, J'ai deux corvettes qui me tombent dessus depuis les NAO !!!"

Le face, resté à couvert, doit se concentrer pour reprendre le contrôle de la tourelle, il réussit tant bien que mal à faire tomber un navire, malgré la distance. Sur place, chacun plonge de couvert en couvert et le feu croisé dure quelques instants avant que l'équipe n'abatte ses assaillants. Naaman a essuyé une bonne partie des tirs, et été touché plus durement. Il s'affale, à bout de souffle, dès que le dernier indien est tombé. Ils reconnaissent les méthodes et l'équipement : des wildcats, les forces spéciales des NAO, s'ils n'avaient pas été en combi camouflage seulement, et n'avaient pas tiré aux balles gel, l'issue du combat aurait été tout autre ...
Bard et l'ork des cascades ont semblé être surpris par l'attaque, mais pas une balle n'a été tirée dans leur direction ...Crazy Buffalo, lui, s'est enfuit pendant la cohue ...

Recollant les morceaux, Joe croit lever une part du mystère :
"Naaman et le bateau pris pour cible de troupe d'élite des NAO ? Ils cherchent la malette !"
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1465
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Précédente

Retourner vers Shadowrun - SRT Beta

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité