Couronne d'Ouest

Modérateur: berolson

Couronne d'Ouest

Messagepar berolson » 27/09/2015 à 18:14

Comme le guide du joueur est "un peu chiche" en renseignements sur la ville. Je vous ai compilé une partie des infos (sans spoiler à priori...) disponible dans le livre de la campagne. Si vous avez le courage de tous lire, il s'agit d'infos disponible pour tous les couronnais d'origine ou les étrangers résidant depuis un moment en ville.

Durant huit siècles, Couronne d’Ouest a été un bastion de civilisation et un symbole de force nationale aux yeux des chélaxiens. Capitale du culte d’Aroden, la Cité des neuf étoiles était considérée, dans tout le Chéliax, comme la future demeure du dieu dans le monde des mortels. Pendant l’âge du Couronnement, Couronne d’Ouest rivalisa même avec Absalom comme lieu de pèlerinage. Mais la mort brutale d’Aroden arracha tous leurs espoirs aux citoyens du Chéliax et la Cité des neuf étoiles, autrefois étincelante, devint la Cité du crépuscule. S’ensuivirent des décennies de luttes sanglantes, qui firent apparaître les principes ordonnés du diabolisme comme la seule issue à ce chaos. La cité, qui symbolisait autrefois le pouvoir du peuple, n’est plus aujourd’hui qu’un reflet de la déception et du désespoir de ses citoyens. Tout espoir en a déserté les rues, désormais hantées par les bêtes de l’ombre, qui remplacent le clergé d’Aroden. Si Couronne d’Ouest conserve son influence grâce à sa puissance marchande et militaire, elle est également mortifiée par la perte de sa foi et la souillure de sa réputation.
Cité parmi les plus hétéroclites et raffinées de la mer Intérieure, Couronne d’Ouest est une énigme. Semblable à de nombreuses villes ou pays connus pendant le jour, que ce soit pour son architecture variée ou pour les gens venus de tout l’Avistan ou du Garund qui s’y installent, ses nombreux sites religieux, encore actifs ou dégradés, continuent d’attirer les pieux, les curieux et les sournois. Même les ruines de la partie nord de la ville ont leur intérêt, pour ceux qui y recherchent des choses pas très légales ou en farfouillent les dangereux décombres en quête de trésors rares. Mais dès que le soleil se couche, seuls les fous s’aventurent hors de chez eux, car les bêtes de l’ombre rôdent dans chaque ruelle et sur chaque voie navigable plongée dans l’obscurité.


Géographie de la ville
La Cité du Crépuscule est découpée en trois Parégos distincts (ou « grands secteurs »), compris et pratiqués par tous les résidents de la cité : le Régicone (« le Palais flottant »), ou Île de Couronne d’Ouest ; la Spéra (« Autel de l’espoir »), regroupant les quartiers habités de la ville ; et la Dospéra (« Autel du désespoir »), qui regroupe les quartiers en ruines au nord de Couronne d’Ouest. Cependant, lorsque les habitants de la cité indiquent une direction, ils font référence aux subdivisions de la ville, les régos (quartiers ou secteurs). Les cinq quartiers de la rive ouest sont le Régo Cader, le Régo Crua, le Régo Scripa, le Régo Péna et le Régo Sacéro. Les trois secteurs îliens du fleuve sont le Régo Corna, le Régo Laina et le Régo Aérum. Certaines personnes comptent deux quartiers de plus : le Régo Funda (« le Quartier des fermes ») comprend les collines et les vallées situées entre la ville et le pont de l’Adivian, et inclut les fermes et les réserves de nourriture de la cité. Le Pripatra (ou Régo Patra pour les flagorneurs) couvre généralement tous les manoirs et domaines des nobles construits au bord du Flot de Dhaen.



Les dottari
Les premières forces de l’ordre que l’on rencontre à Couronne d’Ouest sont souvent les dottari, les soldats et gardiens de la cité. Quel que soit le poste qu’ils occupent, ils portent tous l’emblème de la cité – l’OEil d’Aroden – dessiné en noir sur fond rouge sur un bouclier ou un tabard. Les officiers dottari portent ce symbole en négatif (rouge sur fond noir) sur le bras gauche : à mesure qu’ils montent en grade, ils déplacent leur symbole de l’épaule (pour les sous-officiers) à l’avant-bras, jusqu’à ce qu’ils finissent par porter un anneau (pour le duxotar ou gardien en chef, qui commande la garde et ne rend de compte qu’au maire). Quel que soit leur poste, les dottari se déplacent toujours en escouades de sept hommes (six soldats et un lieutenant). Chaque capitaine contrôle cinq escouades tandis que chaque commandant contrôle au moins trois capitaines. On compte au moins deux commandants par régo ou secteur, qui dépendent de chacun des quatre durotasi, ou « gardiens du rang. » En théorie, les dottari sont un ordre unique placé sous le contrôle du « haut gardien, » le Duxotar Iltus Mhartis , jeune neveu du maire souvent ivre et nommé par ce dernier.


Dottari.
La Durotas Saria Roccin contrôle les dottari de base, qui tiennent les portes et patrouillent les rues de la Spéra, et elle dirige les effectifs les plus importants des différents dirigeants municipaux.


Condottari.
Avec au moins deux adèles et une barge à voile affectées aux docks officiels de chaque marina flottante, le Durotas Scasi Bolvona dirige les condottari, ou « gardiens des canaux, » qui patrouillent le Canal ouest, les Flots de Dhaen et les canaux du Régicone.


Rundottari.
Basés à Fort Dotar, au nord-est du Régo Cader, les rundottari, ou « gardiens des ruines, » agissent sous l’autorité du Durotas Arik Tuornos . Ses hommes et lui sont fiers de protéger les murs du Régo Cader et de contenir les menaces et les dangers des ruines, qu’ils empêchent de se propager dans la cité.


Régidottari.
Les régidottari (« gardiens du palais ») agissent sous l’autorité de la Durotas Lhiana Strikis. Lhiana traite ses hommes comme ses esclaves personnels, les houspillant souvent en public pour des affronts mineurs. Ses hommes sont mieux payés que les autres dottari et jouissent d’un certain prestige à travailler sur les Murailles régiconiennes.


Le maire
Selon la loi et la tradition chélaxiennes, le maire de Couronne d’Ouest (ou seigneur-maire, ainsi que le titulaire actuel du poste souhaite se faire appeler) contrôle les Dottari et les coffres du Trésor qui assurent la stabilité de la cité. En 4689 AR, Abérian Arvanxi a été nommé seigneur-maire de Couronne d’Ouest par Sa Majestrée Infernale, la reine Abrogail II. Beaucoup de gens ont suggéré qu’il aurait joué un rôle dans la mort soudaine de son prédécesseur déchu, le maire Arthan Challas. Son attrait pour l’opéra chélaxien a conduit le seigneur-maire Arvanxi à effectuer de grosses dépenses publiques au profit de l’entretien et de la construction de différents opéras et de salles de spectacles. Il voit cela comme « une amélioration des distractions publiques destinée à réjouir le coeur et l’esprit de tous les Couronnais. » La plupart des citoyens (en particulier ceux qui n’ont pas les moyens d’accéder aux salles d’opéra des îles ni d’entrer dans les quelques-unes qu’accueille la Spéra) y voient, quant à eux, une utilisation des fonds publics pour le propre plaisir du maire plutôt que pour l’amélioration de Couronne d’Ouest. C’est probablement le cas mais, comme ses passe-temps tiennent cet incompétent notoire et malveillant à l’écart des affaires de la plupart des Couronnais ordinaires, la population supporte ses décadences en silence.
Les nobles et les personnages politiques puissants
La Cité du crépuscule n’est plus la cité brillante qu’elle a été. Autrefois bondée de pèlerins de presque toutes les religions, la ville n’accueille plus aujourd’hui que les adorateurs d’argent et de richesse. Désormais dominée par le commerce, la cité est devenue un port beaucoup plus cosmopolite mais, au grand dam de nombreuses personnes, y a perdu son âme. La mort d’Aroden a arraché toute son importance religieuse à Couronne d’Ouest et les guerres civiles entre les maisons nobles ont quasiment détruit le peu de volonté de survie qui lui restait. De son côté, lorsque la maison Thrune a déplacé la capitale, elle a également privé les figures de pouvoir de la ville de toute influence politique. Sur plus de cinquante familles couronnaises dominantes qui existaient en 4606 AR, plus d’un tiers ont été financièrement ou littéralement anéanties au cours des douze années qui ont suivi la mort d’Aroden. Pendant les décennies suivantes, dix-neuf maisons sont parties pour le nord, à Égorian, tandis que la maison Thrune s’installait sur le devant de la scène et prenait le pouvoir du Chéliax. Leurs possessions couronnaises sont restées entre les mains de familles qui leur étaient redevables ou de parents mineurs bannis dont la présence les embarrassait face à la maison Thrune. Aujourd’hui, douze maisons nobles majeures demeurent en place à Couronne d’Ouest, conservant ouvertement leur pouvoir grâce au commerce et aux affaires ou le faisant appliquer plus…discrètement .


Voici les douzes familles les plus puissantes de la noblesse couronnaise, listées par ordre d’influence et de richesse. Les familles sur lesquelles elles exercent leur influence sont éga­lement indiquées.
Maison Ethnie Familles redevables
Drovenge Taldorienne I mvius, Lorialn, Xérysis
Obérigo Chélaxienne Aulamaxa, Ghival
Salisfer Chélaxienne Chillarth, Rustachas
Grulios Chélaxienne Mironeth, Ici
Arvanxi Chélaxienne Mhartis, Ciucci, Rasdovain
Julistarc Taldorienne Seidraith, Cémaine
Dioso Chélaxienne Jhaltéro, Ucarlaar
Tilernos Taldorienne Starnon, Étrovain
Phandros Chélaxienne Chard, Nolmon
Khollarix Chélaxienne Nymmis, Rufano
Rosala Taldorienne Ulvauno, Aténaar
Mézinas Taldorienne Vitaron, Missepe



Couronne d’Ouest la nuit
Tout a commencé au mois de Rova 4676 AR. Ce qui débuta par des histoires de créatures étranges se déplaçant furtivement dans les ombres a créé la panique dans toute de la ville quand les Couronnais se sont mis à disparaître dans les rues noires. Si les rumeurs sur un retour de la Peste blanche ou la résurrection du tristement célèbre Conseil des voleurs n’ont pas tardé pas à se répandre, ces histoires ont très vite cédé la place aux échos d’un sombre désastre qui s’était abattu sur le Havre du chercheur, la loge locale des Éclaireurs, ainsi qu’aux rapports selon lesquels on avait vu de sombres créatures éthérées chasser dans les rues. Après avoir ignoré ou rejeté le problème pendant des mois, la municipalité a fini par organiser une campagne de recherche pour mettre un terme à ce phénomène dont il avait minimisé l’importance en le réduisant à une infestation de rats géants, de gobelins ou de chiens gobelins. Mais il s’est avéré que les dottari étaient mal équipés pour ces chasses nocturnes et que le bureau du maire ne faisait que de vaines promesses. La peur croissante et la colère ont poussé les gens à chercher des boucs émissaires et à soupçonner des insurgés venus du Nidal, situation qui culmina avec la mise à mort de deux jumeaux – des caboteurs nidaliens – que la foule envoya au bûcher en plein jour. Pour protéger la population, un couvre-feu a finalement été instauré dans toute la ville tandis qu’une petite armée de dottari et de mercenaires expérimentés ont été mandatés pour s’occuper de la sombre calamité qui affligent les nuits couronnaises. De nombreuses traques et incursions ont été conduites dans la Dospéra et les anciens égouts de la ville, mais elles n’ont guère apporté de résultat sinon que de nombreux chasseurs y ont perdu la vie. C’est ainsi que ce couvre-feu nocturne est en place depuis plus de trente ans, seuls les imprudents risquant leur vie.
Aujourd’hui, quand le soleil se couche, les commerces s’empressent de fermer tandis que les foyers respectables installent des lanternes devant leurs portes. Les dottari allument des pyrahjes, des torches de la taille d’un homme, dans tout le Parégo Régicone et sur les places principales du Parégo Spéra, patrouillant entre ces îlots de lumière par groupe de sept. Les tavernes, les salles des fêtes et autres établissements similaires mettent des sacs de couchage à disposition de ceux qui restent après la tombée de la nuit, récoltant habituellement la somme de 2 pa auprès de leurs pensionnaires peu après le crépuscule. Ceux qui n’ont d’autre choix que d’arpenter les rues après la tombée de la nuit portent généralement un haloran, un bâton de 2,10 mètres doté d’un crochet auquel est suspendue une lanterne lumineuse. Ces bâtons sont mis à disposition de la population le long des avenues les plus fréquentées de la cité
Bien que la ville se soit adaptée à ces fléaux nocturnes, les détails concernant la nature, l’origine et les intentions de ces créatures relèvent de la rumeur, chaque Couronnais y allant de sa propre théorie fumeuse. La plupart des habitants ont fini par accepter et par s’habituer à cet implacable couvre-feu, que l’on respecte cependant rarement dans la Spéra et encore moins dans les Îles de Couronne d’Ouest où les attaques de créatures sont peu nombreuses. Les dottari qui surprennent des habitants dehors après le couvre-feu sont en droit de les punir d’une amende pouvant aller jusqu’à 5 po mais, en général, ils enjoignent les contrevenants à se dépêcher de rentrer. Néanmoins, on rapporte toutes les semaines de nouvelles histoires d’attaques mortelles contre des individus n’ayant pas respecté le couvre-feu, ce qui ne fait qu’encourager le maintien de cette interdiction nocturne. Plusieurs fois par an, le seigneur-maire met un poing d’honneur à dénoncer la plaie que sont ces mystérieux prédateurs qui hantent les rues de la cité, promettant la mise en oeuvre de toujours plus d’efforts pour mettre fin à la menace. Mais peu de choses ont changé depuis les trois dernières décennies, depuis la mystérieuse apparition de ces créatures.




Couronne d’Ouest en un coupd’oeil
C’est l’endroit où l’on se trouve, dans Couronne d’Ouest, qui détermine la taille, la hauteur et l’opulence des bâtiments environnants. Chaque bâtiment s’appuie toutefois sur des fondations en pierre – utilisant généralement la pierre claire des carrières situées dans les collines du coin ou le long de l’Adivian. Les quartiers les plus riches de la ville accueillent des constructions entièrement faites en pierre, ou en des matériaux plus rares et plus spécifiques encore. La plupart des bâtiments sont aussi complétés de trois étages en bois, voire plus, qui utilisent les bois clairs de la région ou le sombre tumuchêne du bois des Tumulus, transporté par le fleuve. Quand il le faut, les bâtiments s’appuient les uns contre les autres, au niveau des étages les plus hauts, pour tenir debout : un immeuble qui tient tout seul est souvent signe d’argent et d’influence de la noblesse.
En certains endroits, le caractère aléatoire de l’emplacement des constructions donne presque à voir des rues et des allées qui ondulent. Toutes les façades intérieures des murs de la ville sont recouvertes de pierre et, si les principales avenues des quartiers les plus riches sont recouvertes de dalles en pierre aussi lisses que des miroirs quand il se met à pleuvoir, les rues des autres quartiers sont recouvertes de pavés. Le trop-plein d’eau est canalisé par les bouches d’égout quand il n’est pas directement renvoyé dans le fleuve. C’est pourquoi, pendant la saison des pluies, les dottari ont pour tâche informelle d’empêcher que les égouts ne se bouchent. S’il arrive qu’on embauche des balayeurs pour entretenir la chaussée et dégager les rues des déchets, rares sont ceux qui peuvent se le permettre hormis les riches. C’est ainsi que, dans les allées des quartiers les plus pauvres de la ville, les ordures s’empilent jusqu’à ce que des habitants ou des prêtres bienveillants viennent les nettoyer. . En perdant son influence de « Foyer d’Aroden » manqué, Couronne d’Ouest a aussi beaucoup perdu de son orgueil et de son arrogance au fil des décennies. Nombre de couronnais ne tirent plus vraiement de fierté à garder leur quartier propre et en bon état. Les bâtiments exposés aux éléments ne sont plus entretenus, certaines allées étouffent sous les ordures et les choses ne changent que sous l’influence de l’argent ou la menace des lances dottari. Si la foi de nombreuses personnes s’est effondrée en même temps qu’Aroden, les prêtres et les disciples de ses fondateurs continuent de veiller sur Couronne d’Ouest et sur ses habitants, consolidant et réparant les temples aussi bien que les bâtiments communs.

La ville se divise en « Grands secteurs, » les parégos, tandis que ses huit subdivisions viennent affiner ces différences. Voici une description des lieux.

Le Haut-Adivian/Le Flot de Dhaen.
À moins de deux kilomètres au nord des murailles de Couronne d’Ouest, le Haut-Adivian se sépare du cours principal pour traverser les collines en direction de l’ouest. Si, en aval du Pont de l’Adivian, il reste un fleuve puissant et défendable, il se réduit peu à peu à mesure qu’il se déverse dans les petites rivières, les étangs et les marécages du Marais de Dhaen. Ce cours d’eau, que les gens du coin appellent le Flot de Dhaen, a été ainsi baptisé en l’honneur d’un noble qui a privé ses ennemis de leur butin en s’enfuyant dans les marais avec les derniers trésors de sa maison.

Le Chenal d’Ouest.
À moins de deux cents mètres de l’endroit où le Flot de Dhaen se sépare du cours principal, le fleuve se divise à nouveau brusquement pour former le Chenal d’Ouest, principal cours d’eau de Couronne d’Ouest, dont le débit est ralenti par la protection naturelle de l’île et des côtes. Autrefois, beaucoup pensaient qu’Aroden avait béni Couronne d’Ouest car il était très rare de voir des débris flotter dans le Chenal d’Ouest ou les canaux de l’île. À chaque crue printanière, il arrivait souvent que des dépôts se forment naturellement sur le rivage est, terres que les couronnais utilisaient comme décharge. Aujourd’hui, un siècle après la mort d’Aroden, les morceaux de bois, les débris de bateaux et les autres déchets flottants sont de plus en plus nombreux à dériver sur le Chenal d’Ouest ou sur les canaux, en quantité parfois suffisante pour perturber ou empêcher le trafic commercial jusqu’à leur dégagement par les équipages du capitaine du port.

Le Flot méridional.
Le Flot méridional est le nom donné à l’Adivian méridional, au-delà de Couronne d’Ouest, qui dépose souvent des débris flottants et d’autres déchets sur les rives orientales. Contrairement au cours tranquille du Chenal d’Ouest, le courant de l’Adivian méridional est plus puissant au niveau de Couronne d’Ouest et entraîne tous les bateaux non-amarrés ou non-contrôlés vers le rivage est ou vers la baie, au sud.

Le Parégo Régicone
Le Régicone est le nom que donnent les couronnais à l’Île de Couronne d’Ouest. Ces huit îles parcourues de canaux sont encerclées par les Murailles régiconiennes, dont les Arches enchaînées enjambent les canaux qui les traversent. La plupart des habitants de la cité ignorent tout de ce qui se passe à l’intérieur de ces murailles, construites avec leur aide et leur argent, ce qui favorise la propagation des rumeurs au sujet de ce qui se trame dans le parégo. La seule chose que les habitants et les visiteurs peuvent en voir, c’est la magnificence des bâtiments les plus grands qui s’élèvent au-dessus des murailles, tels que les anciens palais royaux et le grand opéra. Chacune des huit îles du Régicone n’accueille pas moins de deux grands vanéos (manoirs) ou viras (domaines) occupés par des familles couronnaises nobles ou influentes. Voici le plus ancien adage que l’on enseigne à tous les enfants du coin : « Les eaux des îles protègent ou emprisonnent – ne fait confiance qu’aux marées. » Si la vie sur les rivages de Couronne d’Ouest connaît à nouveau la prospérité grâce au commerce, le Régicone s’accroche à son opulence d’antan. Là où les bâtiments modernes ont remplacé les ruines inhabitables dans la partie continentale de la ville, l’essentiel de l’architecture régiconienne renvoie à des styles plus anciens datant de l’époque de la gloire impériale du Chéliax et du Taldor, avec des toits couverts de tuiles et bordés de balustrades, des tours pointues ne pouvant accueillir qu’un seul archer ou vocari (« garde vocal »), et des porches en pierre polie. Les rues qui longent les bâtiments, elles aussi pavées de pierres polies, sont bordées de caniveaux permettant à l’eau et aux déchets de s’écouler dans les canaux ou les égouts.

Les Murailles régiconiennes.
Ces énormes murailles défensives encerclent la totalité de l’Île de Couronne d’Ouest et sont en permanence gardées par les régidottari, chaque tour ou section de mur adjacente abritant au moins une vingtaine de soldats. Chacune des tours fait office d’armurerie et de magasin pour la nourriture et les provisions. En général, chaque île compte un total de trente régidottari par tour.
Les Arches enchaînées. Les tours qui bordent les canaux sont également reliées entre elles par les Arches enchaînées, imposantes arcades en pierre qui abritent les treuils des portes de chaînes. On fait descendre ces gigantesques rideaux de chaînes barbelées dans les canaux en cas d’urgence ou de troubles, ou au gré des caprices du duxotar ou du Durotas Bolvona. La plupart du temps, on ne les abaisse que jusqu’à un certain niveau pour exhiber le corps des traîtres, empalés sur les barbelés, en guise d’avertissement pour les autres.

Les canaux.
Les condottari contrôlent les canaux, où ils se heurtent parfois aux forces de la noblesse qui poursuivent leurs vendettas. Les murs des canaux s’élèvent au moins à trois mètres au-dessus du niveau de l’eau, et la dernière crue à en avoir débordé pour inonder le Régicone remonte à plus de 400 ans. En période normale, les canaux sont bordés de chemins pavés de deux mètres de large qui servent de fondation à des blocs d’escaliers de 1,5 m de côté s’élevant jusqu’à la rue. Aux saisons sèches, ces promenades constituent également un espace libre accueillant les marchés de ceux qui se lèvent assez tôt pour s’y installer (bien qu’elles soient submergées au moment des crues du printemps et du début de l’été). Les adèles accostent au niveau de débarcadères situés près des murs, débarquant les passagers sur les escaliers ou permettant le déchargement des cargaisons (ou des litières de nobles) grâce à des tangons et à des poulies. Les seuls quais à donner sur les canaux sont nichés au pied des propriétés qui bordent les canaux. Dès lors qu’une embarcation s’engage par une arche d’entrée, ce sont les propriétaires qui ont autorité sur les quais, non les condottari.

Ponts des canaux.
Tous les soixante mètres au moins, chaque canal est traversé par des ponts à bascule (un de chaque côté), levés par des esclaves chaque fois qu’il faut laisser passer un navire. Les régidottari ont la mainmise sur ces ponts, qui que soit le propriétaire des terres sur lesquelles reposent les culée. Quoi qu’il en soit, tous les soldats obéissent néanmoins aux Édits du fleuve et lèvent les ponts si ceux-ci constituent un obstacle pour les navires.


Le Régo Corna
Le « Quartier de la Couronne » inclut l’ancien bastion de pouvoir du Chéliax, à savoir sa Cour impériale ainsi que ses propriétés et demeures associées. Territoire anciennement le plus convoité du pays, les îles d’Impriax, de Dlaratha et de Siraon n’ont retrouvé qu’une petite partie de leur prestige au cours des trente dernières années.

1. Le Korradath.
Cette imposante forteresse, qui était autrefois le grand château et siège royal du Chéliax impérial reste un décor impressionnant, dont seul un mauvais entretien vient entacher la vue. Encore utilisé aujourd’hui, il accueille des bureaux et des logements temporaires ou sert de terrain neutre pour les rencontres des nobles, des riches marchands et des ambassadeurs de ports lointains que l’on cherche à impressionner ou à protéger de tout contact avec « la populace de la côte. » Les rumeurs persistent selon lesquelles le château abriterait des souterrains secrets et hantés par les monstres, qui n’auraient pas été totalement explorés depuis la Chute d’Aroden.

2. Vanéo Drovenge.
Si les viras principaux sont situés à l’ouest de la cité, le long des Flots de Dhaen, le Vanéo Drovenge continue d’incarner le pouvoir et la richesse de la maison la plus influente de la cité. Étant donné que cet impressionnant manoir à deux étages est entretenu par ses esclaves tous les Ventdi, contrairement à de nombreux bâtiments de Couronne d’Ouest, ses arches en marbre vert et ses plaques de bardeau noires apparaissent étincelantes à côté des constructions voisines. La maison Drovenge est de facto le leader social d’Impriax.

3. Vira Obérigo.
Ce domaine clos est la propriété principale de la maison Obérigo depuis la fin du Siège des Quatre familles. La maison Obérigo contrôle presque toutes les activités de Siraon, quelles qu’elles soient.

4. Annexe de Sostarl.
Cette annexe s’enfonce dans la partie sud de Siraon, où le canal Wisxar rencontre le canal Thrachi. Son mur nord, couvert de crasse et de salissures, affiche encore les frises que Sostarl y a gravées il y a plus de deux siècles, pendant la Grande sècheresse. Les quatre scènes qui représentent les forces militaires chélaxiennes plurent tellement à Vriilar, le roi de l’époque, qu’il demanda à Sostarl et à ses étudiants de sculpter les nombreuses statues et bas-reliefs que l’on observe encore aujourd’hui un peu partout dans les rues et les parcs de Couronne d’Ouest.

5. Le Dorjanala.
Ce palais secondaire de la famille royale du Chéliax accueillait un solarium de trois étages, aile imposante du palais dont les murs étaient faits de verre encadré de métal. Construit pour la reine Dorjana en 4436 AR, et pensé comme une chapelle dédiée à Aroden, le solarium offrait à la reine une vue dégagée sur l’Arodenamme (son mari, le roi Ariox II, fit également raser tous les bâtiments qui gênaient la vue). La population locale raconte que les cris du fantôme de Dorjana en firent éclater toutes les vitres quand un serviteur eut le malheur d’évoquer la mort d’Aroden au sein de la chapelle. Le palais a brièvement été victime des pillages pendant la décennie de troubles qui a suivi la mort du roi Gaspodar et de sa famille. Lorsque la cour impériale a été déplacée à Égorian, les fidèles d’Iomédae ont récupéré le Dorjanala à leur compte afin qu’il reste un lieu saint dédié à Aroden, à Iomédae et aux fondateurs qui leur sont associés. La première cérémonie qu’ils y ont tenue a consacrée Dorjana comme une nouvelle fondatrice de la foi de l’Héritière – beaucoup de gens disent qu’à chaque équinoxe de printemps, les murs de verre ruissellent des larmes de gratitude de Dorjana du lever au coucher du soleil.

6. Vira Julistarc.
Sur Dlaratha, le vira Julistarc est un domaine qui se compose de nombreux bâtiments recouverts d’un seul et gigantesque toit en bardeaux de pierre grise creusé de puits de lumière cristallins, vieille technique de défense taldorienne ici associée à des murs de défense plus modernes, qui entourent le périmètre.

Le Régo Laina
Triam et Islatra sont les deux grandes îles centrales du « Secteur des lames. » Ce sont les dernières îles d’origine et plus personne, aujourd’hui, ne se souvient de la genèse de leur nom. Le quartier, quant à lui, doit son nom aux nombreuses et célèbres batailles qui y ont eu lieu ainsi qu’aux forges et aux armureries que l’on y trouve.

7. Vira Grulios.
Cette propriété domine le paysage ouest de Triam, et ses tours à la toiture rouge dépassent les Murailles régiconiennes de plus de deux étages.

8. Staviancara
. Il s’agit du plus ancien bâtiment occupé de Couronne d’Ouest et c’est à l’empereur Stavian Ier, qui en ordonna la construction à des esclaves taldoriens après avoir conquis la cité, que l’on doit ses murs. Le bâtiment ayant été retaillé et plâtré au fil des siècles, il ressemble aujourd’hui à une tente taldorienne à un étage. Il sert de domicile au commandant des régidottari.

9. Vira Salisfer.
Cette propriété aux bardeaux noirs, et défendue par une barbacane, est le centre du pouvoir de la maison Salisfer et le coeur social d’Islatra.

10. Trivardum.
Siège du Triumvirat, ce grand bâtiment aux bardeaux d’ardoise était le centre du pouvoir à Couronne d’Ouest jusqu’à l’arrivée de la cour chélaxienne. Il a même servi de quartier général personnel aux maisons Obérigo, Drovenge et Julistarc avant qu’elles ne construisent leurs viras ou autres domaines. Les anciennes salles d’audience et les bureaux administratifs du rez-de-chaussée sont maintenant occupés par des marchands. Le Tricalista (qui est l’une des tavernes les plus populaires de Couronne d’Ouest pour les bourses modestes) occupe tout le premier étage avec cinq chambres communes (pour dormir), cinq appartements privés (pour le personnel ou les locataires aisés) et trois grands bars. Le deuxième étage accueille un opulent appartement-terrasse et ses jardins sur toit, résidence de l’ambassadeur taldorien Vors Kyniar d’Oppara, un paladin d’Iomédae qui a acheté sa position grâce à la fortune familiale et a refusé de partir pour Égorian à cause de son dégoût pour la maison Thrune.

11. Vanéo Dioso.
Bâtiment le plus grandiose de Triam, ce vanéo est devenu la maison du clan Dioso après l’éradication de ses constructeurs, la maison Krafanis.

12. Miratanza.
Le « Marché flottant » permet aux serviteurs qui vivent sur les îles d’acheter de la nourriture et d’autres marchandises pour leurs nobles maîtres. Ses nombreuses plateformes ancrées permettent aux vendeurs de louer un espace où s’installer ou de vendre directement leurs produits à partir de leur propre bateau. Les condottari circonscrivent toutes les affaires et transactions au Miratanza, touchant une commission sur les biens vendus entre les quatre arches de marbre rouge et noir qui enjambent les canaux menant jusq’au marché.

Le Régo Aérum
C’est dans le « Secteur du Trésor » que l’on peut acheter les véritables raretés à Couronne d’Ouest. Territoire le plus récent de la cité, la moitié sud de l’Île de Couronne d’Ouest ne s’est arrachée à ses flaques de boue qu’au cours du dernier millénaire. Les trois îles du Régo Aérum sont Siar, Ghiam et Karhal. Le parc situé à l’extrême sud de Karhal doit son existence à une mystérieuse incapacité à achever la construction de quelque bâtiment que ce soit dans le secteur, qui s’explique par une longue série d’accidents étranges. En 4040 AR, ces terres sont devenues un parc urbain pour les oisifs et les riches.

Le Parégo Dospéra
Le nom de Parégo Dospéra (« Autel du désespoir ») fait référence aux ruines abandonnées et aux quartiers pauvres et opprimés des rivages nord de Couronne d’Ouest. Les chemins y sont souvent en mauvais état, si bien que celui qui court dans la Dospéra risque fort de s’y fouler une cheville ou de s’y casser une jambe, devenant ainsi une cible légitime pour les nombreuses menaces qui se cachent dans les ombres. Si le secteur nord est totalement en ruines et n’est que vaguement contrôlé par les rundottari, qui patrouillent sur les murailles qui l’entourent, le régo du sud sert de zone tampon entre les ruines et la Couronne d’Ouest « civilisée. »

Le Régo Cader
Le « Quartier mort » fait référence aux ruines du nord, bien que les anciens couronnais pourraient vous dire qu’on l’appelait le Régo Pléa (ancien foyer des esclaves domestiques, des serviteurs et des bas commerces) avant la Chute d’Aroden. C’est dans ce quartier que l’on trouve les « bas commerces » que les nobles ne voulaient pas voir et qui incluent de nombreuses forges pourtant utiles même si elles ne sont pas en bon état. L’essentiel des bâtiments abandonnés ou en ruine se composait autrefois de tavernes, d’auberges, de chambres d’hôte et d’étables. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux sont devenus des squats et des foyers partiels pour les humains ayant cédé à la barbarie, des repaires de voleurs ou, encore, des tanières de monstres pouvant aussi bien accueillir des leucrottas que des gobelins ou des tieffelins assez forts pour survivre. Il arrive même que des gargouilles veillent encore sur certains secteurs situés autour de leurs perchoirs et en ruine depuis longtemps.

Le Marché du crépuscule.
Les ruines de Couronne d’Ouest abritent le Marché tristement célèbre du crépuscule, bazar ambulant qui s’installe dans les carcasses d’anciens temples, de viras, de théâtres et d’autres ruines grandioses autrefois somptueuses. Les audacieux et les fous s’y rendent parfois pour acheter toutes sortes de marchandises de contrebande, souvent sous le nez de rundottari corrompus. Ils’agit d’un marché semi-secret où l’on vend ouvertement des drogues, des poisons exotiques, des créatures étranges, des esclaves enlevés et pratiquement tout autre vice possible et imaginable. Il tient son nom du fait qu’il n’est ouvert que pendant les deux heures qui précèdent le coucher du soleil. Contre récompense, n’importe quel bon à rien ou rundottari malhonnête peut indiquer, à qui le cherche, l’endroit où le marché prévoit de s’installer.
Les Jardins luxuriants. Faute d’entretien régulier, les parcs et les jardins des anciens viras ont fini par disparaître ou se sont développés de façon anarchique. Si beaucoup sont maintenant envahis par les ronces et les mauvaises herbes, d’autres plantes, devenues sauvages, attirent certaines personnes dans la Dospéra. Ces ruines présentent de nombreuses herbes et plantes plutôt rares à l’est de la forêt d’Arthfell, ainsi que plusieurs plantes mortelles, telles que les lianes meurtrières, et même quelques attrape-mouches géants.

Le Régo Crua
Le « Quartier du sang » accueillait autrefois le commerce d’esclaves ainsi qu’une large gamme de commerces de bas-étage ou moins

15. Walcourt.
Ancien centre cultuel des disciples du Fondateur Crucisal, la loge de l’assemblée s’est délabrée après avoir été laissée à l’abandon suite à la mort d’Aroden. Depuis, elle est considérée comme un lieu hanté et de nombreuses histoires de sombres silhouettes et d’apparitions fantomatiques courent à son sujet. Au fil des années, les tentatives visant à tranformer les locaux en asiles de nuit et en orphelinats ont toutes été brutalement avortées, ce qui ne fait que renforcer les légendes selon lesquelle des résidents perturbés s’attarderaient toujours dans ces lieux. attrayants allant des tanneries aux abattoirs. En raison de la puanteur et de la crasse, ce quartier abritait également les taudis du nord de Couronne d’Ouest, nichés contre les murs du Régo Cader (ce qui les rend parfois plus sûrs du fait de la présence quasi-permanente des rundottari au-dessus d’eux). Plus on avance en direction du sud, plus les bâtiments sont hauts et propres, jusqu’à ce que l’on atteigne le pont aux Pégases, à l’est, qui mène au Parégo Spéra.

13. La porte Obrigane.
La construction de cette porte, qui date des premières années de Couronne d’Ouest, a été financée par la maison Obérigo

Le Parégo Spéra
La Spéra (« Autel de l’espoir ») comprend ces quartiers toujours debouts que l’élite de la ville dédaignait autrefois et qui sont aujourd’hui reconnus comme la force-vive économique de Couronne d’Ouest. La cité ouest accueille encore de nombreux nobles mais, contrairement au Régicone, le commerce et l’argent ont ici plus de pouvoir que n’en a la politique. Les trois quartiers de la Spéra sont le Régo Scripa (« quartier des scribes »), plaque tournante du commerce et ancien quartier des scribes et des imprimeurs de l’empire, qui accueille aujourd’hui la classe marchande ; le Régo Péna (« quartier de la monnaie »), où l’on trouve les commerces raffinés, les biens de haute qualité et la classe de la « nouvelle monnaie » ; et le Régo Sacéro (« quartier des prêtres »), quartier des temples et de la « vieille monnaie. »

16. Les ponts aux Pégases.
Sur les huit grands ponts qui ont été bâtis du temps d’Aroden, seuls deux subsistent, les autres ayant été détruits ou ensevelis avec le temps. Appelés les ponts aux Pégases en raison des chevaux ailés qui sont gravés sur leurs côtés ou sous le tablier, chaque pont a également un nom et une apparence qui lui sont propres. Sur le pont de l’aile-lame, les pégases sont dessinés avec des ailes de lames, non de plumes, et portent presque tous le nom gravé d’un anciens héros couronnais. Sur le pont situé le plus à l’est, que l’on appelle le Fidèle (ainsi nommé en hommage au pégase sacré qui fut, pendant un temps, la monture d’Aroden), les ailes des pégases dissimulent de nombreux Yeux d’Aroden.

17. Canaroden.
Ce canal est le plus long de Couronne d’Ouest et aussi celui qui a le moins changé depuis sa création. Passant sous les ponts aux Pégases, qui l’enjambent à plus neuf mètres de haut, le Canaroden est deux fois plus profond que les canaux du Régicone. Les murs qui l’encadrent arborent des frises grandioses hautes de 4,50 mètres, sculptées par un prêtre d’Aroden du nom d’Ulatir entre 4291 et 4324. Le mur sud est parcouru d’un alignement de fondateurs d’Aroden, constitué de vingt personnages, qui font face au canal, et de leurs saintes réalisations, représentées en arrière-plan. Sur le mur nord, on peut voir les douze apparences que prenait Aroden quand il parcourait le monde mortel, dissimulant son identité sous les traits d’un mendiant, d’un voleur, d’un pêcheur, d’un chasseur, d’un berger, d’un fermier, d’un soldat, d’un marchand, d’un tailleur, d’un artisan, d’un artiste et d’un érudit. Au cours du siècle dernier, les foules ou des individus isolés ont dégradé ou marqué certaines des périodes représentées sur les sculptures, notamment celle qui correspond à la bataille des Mille rois ou celle qui suit l’avènement de la maison Thrune, mais la plupart de ces dégâts ont mystérieusement disparu au fil du temps.

Le Régo Scripa
Le « quartier des scribes » était autrefois le coeur de la bureaucratie de l’empire chélaxien, un secteur dominé par les fabricants d’encre et de papier, les imprimeurs, les relieurs, les scribes et les messagers. Aujourd’hui, peu de ces précieux commerces existent encore, en dehors des cartographes. Le quartier est maintenant occupé par les entrepôts des marchands et les commerces navals (fabricants de cordes et de voiles, navigateurs et constructeurs de navires).

18. Maison Taranik.
C’est ici que, un ventdi sur deux, l’ordre du Chevalet ramène un nouveau contingent de douze Chevaliers infernaux au paralicteur local. La maison Taranik dispose toujours d’au moins huit Chevaliers infernaux sur son domaine et d’au moins quinze postés en permanence à Couronne d’Ouest. Philosophe libérale et érudite, Misirnis Taranik a bâti sa fortune grâce à ses scriptoriums et à ses maisons de reliure, mais elle a secrètement répandu la Peste blanche dans tout Couronne d’Ouest dans les années 4570 par l’intermédiaire de son culte de Sifkesh, la Voie de la Grâce. En 4577, sa maison et son hospice ont brûlé avec elle et les derniers membres de son culte dans un incendie allumé par le premier des Chevaliers infernaux, Daidian Rhul. C’est la découverte des presses d’imprimerie à blocs de bois de Taranik qui a motivé la doctrine de « basse philosophie » de Rhul, qui a donné naissance à la faction des Chevaliers infernaux de l’ordre du Chevalet. Reconstruite sur les ruines de la première conquête du Chevalier infernal, la maison Taranik (son nom est gravé en indélébile sur la clé de voûte de la porte principale) est devenue la garnison des Chevaliers infernaux dans la cité. Quand la ville est en proie à des explosions de violence ou à des troubles qui dépassent les capacités de répression des dottari, les Chevaliers infernaux de la maison Taranik viennent aider à réprimer l’anarchie, envoyant au besoin des demandes d’aide à la citadele de Rivad. Le commandant de la maison Taranik est le paralicteur Gonville Chard

Le Régo Péna
Le « quartier de la monnaie » abrite les commerces les plus lucratifs ainsi que de nombreuses maisons au statut politique ou financier douteux. C’est également le foyer d’une classe émergente de riches marchands qui, soit par choix, soit par coup du sort, manquent d’influence politique ou de relations suffisantes pour obtenir le statut de noble ou se faire remarquer à la cour impériale.

19. Le Havre du chercheur.
Ce vira entouré d’un mur fut l’une des seules loges de la Société des Éclaireurs à demeurer ouvertement active au Chéliax après l’ascension de la maison Thrune. Il a été abandonné dans des circonstances mystérieuses en 4676 AR. Les dottari en ayant barricadé et verrouillé les portes de façon permanente avec des chaînes, le manoir tombe en ruine sous le voile de mystère et de rumeurs qui l’entoure. Personne ne peut dire ce qui a frappé la loge d’une telle malédiction, ni ce qui est arrivé aux Éclaireurs qui occupaient autrefois la maison ou aux trésors exotiques qui y étaient gardés. En revanche, beaucoup de gens pensent qu’il y a un lien entre la déchéance du Havre du chercheur et l’apparition des bêtes de l’ombre qui rôdent dans les rues la nuit venue.

Le Régo Sacéro
Le « quartier des prêtres » compte plus de sanctuaires et de bâtiments ecclésiastiques (toujours debout ou en ruine) que les cinq autres cités chélaxiennes réunies. Pendant des siècles, les prêtres et les nobles ont laissé en friche toutes les terres situées à l’est de l’Arodenamme (sur et sous la Montée) car elles devaient accueillir les jardins personnels d’Aroden. Quand le dernier Azlant est mort, ces terres sont devenues un objet de conflit entre nombre de nobles, de figures officielles et de prêtres, qui sont allés jusqu’à s’emparer de certaines d’entre elles et à commettre des assassinats. En 4614, plusieurs cultes et maisons avaient racheté une grande partie de ces terres.

20. Sanqatada Cinqarda.
La « cathédrale des cinq Fondateurs, » haute de cinq étages, est antérieure à l’histoire andorane ou chélaxienne. Tout comme l’Arodenamme, ce bâtiment de marbre blanc reste immaculé et étincelant malgré la suie des cheminées alentour et des siècles de tentatives visant à le dégrader. Les statues de calcaire hautes de neuf mètres, qui se dressent de chaque côté des portes, au sommet de colonnes de néphrite turanienne à deux
niveaux, représentent les cinq fondateurs de la cathédrale : les Fondateurs Dotara, Palmor, Rixana, Adel et Crucisal.

21. Vanéo Arvanxi.
Le manoir du seigneur-maire a toujours été situé dans le Régo Sacéro, bien que l’actuel occupant du poste ait considérablement étendu la taille et les défenses du bâtiment. Souvent appelé la Folie d’Abérian, aussi bien à cause des sommes énormes que le seigneur-maire a investies dans la rénovation sans fin de sa propriété que de ses aménagements exceptionnellement extravagants – diaboliques, selon certains –, le manoir organise fréquemment des fêtes et des bals destinés à divertir l’élite de la cité. En 4705, un vent de révolte a brièvement balayé le quartier lorsque le maire Arvanxi a ouvertement envisagé la possibilité de lier de puissants fiélons pour de vulgaires passe-temps, mais les protestations locales étaient telles qu’il a visiblement renoncé à sa lubie. Certaines rumeurs persistent néanmoins à dire qu’un puissant fiélon serait emprisonné sous la Folie et servirait à alimenter le manoir en énergie infernale.

22. La Montée d’Aroden.
C’est le passage des prêtres et des pieux artisans, ainsi que les pieds et les mains d’innombrables pèlerins, qui ont façonné cette grande colline en un double plateau qui surplombe la cité de plus de soixante mètres. Nombre des habitants de la ville parlent du Trône vacant pour désigner le plateau le plus élevé puisque l’ancien dieu du Chéliax n’a jamais investi sa demeure. Le plateau inférieur reste un secteur commercial où s’échangent des provisions ecclésiastiques, des icônes religieuses et divers biens fabriqués dans les temples couronnais. En haut, sur le Trône vacant, les temples abandonnés qui se dressent au pied de la statue font partie des quelques restes encore visibles du culte d’Aroden à Couronne d’Ouest.

23. La Promenade d’Uralt.
Il y a longtemps de cela, des prêtres ont construit une série de marches le long de la rampe nord qui escalade la Montée d’Aroden, afin de permettre aux pèlerins de gravir la colline à la fois physiquement et spirituellement. L’oeil ailé d’Aroden apparaît deux fois sur chaque contremarche, encadrant un simple mot. Les pèlerins qui montent les cent soixante-six marches en lisant à voix haute le mot inscrit sur chacune d’elles récitent, en réalité, la Liturgie de l’aube à Aroden, écrite par le Fondateur Uralt.

24. L’Arodenamme.
Haute de vingt-sept mètres de la base au sommet de la Montée d’Aroden, et formée d’énormes blocs de marbre blanc, cette statue est antérieure à toute histoire avistanaise connue et à toute autre structure existant encore aujourd’hui à Couronne d’Ouest. Le clergé d’Absalom prétend que ce sont douze des fondateurs d’Aroden qui construisirent l’Arodenamme à la force de leurs prières, de leur sueur et de leur magie. La statue d’Aroden fait face au fleuve et à l’île, sa poitrine étant orientée de telle façon qu’elle est exposée aux rayons du soleil levant et du soleil couchant. Un énorme symbole d’oeil ailé incrusté d’argent couvre sa poitrine, les ailes se prolongeant sur ses manches drapées et sous ses bras. Depuis la fondation de Couronne d’Ouest, toute une variété de sanctuaires, d’abris pour pèlerins, de salles de rassemblement, de petits temples et même un grand amphithéâtre ont fait leur apparition autour de la statue dans l’espoir de voir l’arrivée d’Aroden. La plupart de ces structures sont aujourd’hui négligées, n’étant plus occupées que par les opprimés et les rêveurs bercés d’illusions.
Malgré la disparition du dieu de l’humanité et la crasse qu’un siècle de négligence a laissée sur les pieds et la partie inférieure des jambes de la statue, l’Arodenamme continue d’inspirer l’émerveillement à tous ceux qui viennent le voir. Aucun oiseau, magicien vengeur ou monstre volant n’a jamais réussi à maculer les parties supérieures de la statue, et aucune salissure ne vient entacher l’OEil d’Aroden argenté qui brille sur sa poitrine.

25. Qatada Nessudidia.
Cette cathédrale de quatre niveaux est le plus grand temple d’Asmodéus à Couronne d’Ouest. Étant le bâtiment le plus élevé à l’est de l’Arodenamme, elle domine également le promontoire. Les maisons Thrune et Jeggare ainsi que leurs alliés ont financé sa construction entre 4639 et 4677 AR, après que les Feux infidèles ont mis fin aux projets des maisons Drovenge, Salisfer et Julistarc, qui voulaient remplacer la Sanqatada Cinqarda par une cathédrale pentagonale dédiée à Asmodéus. Le grand puits de lumière en cristal de la cathédrale brille en permanence d’une sinistre lueur rouge qui fait de ce monument, parmi tous les sites sacrés (ou impies) de Couronne d’Ouest, celui qui attire le plus l’attention la nuit venue.

26. La Marina impériale.
En 4641 AR, la cour impériale invoqua un droit de gage sur le Vira Roalmo et ses chantiers navals, confisquant ainsi les terres et les quais de la maison traîtresse. Par décret, la majestrée a ensuite établi la Marina impériale sur le promontoire surplombant le fleuve le plus à l’est, rétablissant pour la première fois depuis 4634 une forte présence de troupes impériales au sein de Couronne d’Ouest.


Les fondateurs d’Aroden

Le delta du fleuve était autrefois un lieu sacré et une terre sainte pour Aroden et ses alliés, ses prêtres et ses assistants, en parti­culier pour les fondateurs et les demi-dieux de son culte. Même si le Dernier Azlant est mort, ses fondateurs continuent d’aider leurs disciples et d’oeuvrer à empêcher tous ceux qui vénéraient autrefois cette cité de perdre totalement foi en Aroden et en eux-mêmes. Les fondateurs du culte d’Aroden possèdent de nombreux temples individuels ou collectifs dans tout Couronne d’Ouest, mais le plus grand et le mieux conservé d’entre eux reste la Sanqatada Cinqarda. La plupart des fidèles ont, chez eux ou à leur travail, un sanctuaire personnel dédié à leurs fonda­teurs et il existe aussi pas mal de chapelles et d’autels dans les sous-sols, cachés dans des caves ou dans les ruines de temples aujourd’hui ensevelis. Voici, par ordre d’importance, les six fon­dateurs d’Aroden les plus vénérés à Couronne d’Ouest :

Fondatrice Dotara, « Celle qui observe et qui attend ; » es­prit des gardiens ; patronne des dottari.
Fondateur Palmor, esprit des rivières et du renouveau ; pa­tron des pêcheurs et des sages-femmes.
Fondatrice Rixana, esprit de l’abondance des eaux pro­fondes ; patronne des pêcheurs de perles et de crustacés.
Fondateur Adel, esprit du travail du bois ; patron des constructeurs de navires.
Fondateur Crucisal, esprit des voyages maritimes et de la navigation ; patron des passeurs et des adéliers.
Fondateur Vadrus, esprit des cristaux et de l’art ; patron des verriers et des artistes. .
Wyrd bid ful äroed!
"la destinée est tout!"
Avatar de l’utilisateur
berolson
D20
D20
 
Messages: 1181
Inscription: 11/06/2008 à 17:24

Re: Couronne d'Ouest

Messagepar MMJ » 27/09/2015 à 18:56

Merci infiniment pour ce complément d'infos bien utiles !

Par contre, je tient à déclarer ma haine à l'encontre du type qui à créer cette ville et à pensé que ce serait une super idée de mettre des noms compliqués à consonance Italienne un peu partout. :siffle:
"Lourd est le parpaing de la réalité sur la tartelette aux fraises de nos illusions"
Avatar de l’utilisateur
MMJ
Commandant Couchtot
 
Messages: 2288
Inscription: 20/05/2008 à 18:11


Retourner vers Pathfinder : Le conseil des voleurs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité