[PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

"Exil est la perle noire d'un océan tragique"
Arvil de Nessim, voyageur et écrivain

La rumeur de l'immense Océan Noir n'est couverte que par le ronronnement incessant des machines sous vos pieds et le fracas du vent glacial qui vous transperce de part en part. Une pluie éparse mais alourdie par les suies et les fumées s’abat sur vos épaules. La brume s’effiloche autour de vous, rendant blafarde la lumière des éclairages : quelques becs de gaz fumant et, un peu plus loin, au détour d'un quartier rupin, la clarté vive et aveuglante d’une machine-soleil fait briller mollement les angles métalliques d'une passerelle suspendue.

Partout, la nuit, et le murmure étouffé d'une cité tentaculaire, aussi incroyablement vivante qu'elle a été créée sur la mort, ses piliers d'acier ancrés profondément dans les cyclopéens tombeaux d'obsidienne des Anciens.

Vous voilà en Exil, la Cité verticale, la Cité d’Acier.

Modérateur: daegron

[PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 12/06/2015 à 14:00

[Séance 1 : 27/05/2015]
Quarte 2, solitaire de l'an 207


Début des heures de jour sur Terminal, des agents de plan viennent de passer augmenter la puissance des becs de gaz, signalant la fin de la nuit. Sous la bruine continuelle, l'activité ne varie pas pour autant et les quais, comme à chaque instant, sont une véritable fourmilière.

Une foule s'est amassée auprès d'un quai en particulier, attendant l'arrivée d'un navire en provenance de Kargarl, "l'Evéillé". A son bord, de la marchandise et une centaine de passagers des divers contrées forgiennes. Parmi eux, Dolgor Duniev, représentant de la classe ouvrière tout juste naissante dans l'empire, et Theonard Sureins, agent de négoce lié à la famille d'Orvillac, qui ramenait en Exil des nouvelles de leurs affaires continentales, ainsi que des parents d'Anastacia. La troupe a été dépéchée par l'association de soutien aux forgiens pour accueillir Duniev par demande d'ADMINISTRATION.

Alors qu'au loin le quai des léviathans grouille d'activité, les titanesques navires étant pris en charge sur les quais automatisés, l'attente se fait longue pour les personnages, qui auraient déjà du voir arriver l'Eveillé depuis près d'une heure, puisqu'il est sensé avoir passé les portes d'Airain quatre jours plus tôt. Alors qu'ils prennent leur mal en patience, Hannibal repère parmi la foule un visage connu. Il lui faut un moment pour se rappeler de Selmie Turlon, qui trainait beaucoup dans les mêmes quartiers étudiants il y a quelques années, lorsque lui était technicien pour les études du futur ingénieur Noliène Concras.

Il est à l'analyse de ses souvenirs quand un brouhaha soudain s'empare de la foule : l'Eveillé apparaît enfin sur les eaux noires du Sanctuaire !

Pourtant quelque chose ne va pas ... Le navire est tracté par un remorqueur, et accompagné de cinq rapides nefs de l'armée exiléenne. L'une d'entre elles quitte d'ailleurs le convois et se dirige vers Encalmine. Adèle a juste le temps de reconnaître le Diligent, le navire de son frère Ignace, tandis qu'il disparaît au travers du tunnel qui perce le gigantesque bloc d'obsidienne qu'est l'entrée d'Encalmine, le quartier de la capitainerie.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 13/06/2015 à 12:00

La rumeur monte et chacun se demande ce qu'il a bien pu advenir alors que les nefs d'acier se rapprochent du quai. C'est la surprise qui l'emporte, lorsque dans un claquement métallique tonitruant l'un des câbles de la barge lâche, déviant la trajectoire du vaisseau que l'inertie envoie vers le port. La plainte sourde du navire perce la brume omniprésente quand sa coque s'éventre sur le quai des Longs Départs, et couvre quelques instants le capharnaün de l'activité portuaire. Tous savent le mauvais présage que représente l'accostage de l'Eveillé sur ce quai maudit et oublié, qu'on dit utilisé par les fantômes des marins perdus sur l'Océan Noir seulement.

Accompagnée de Hannibal qui regrette ne pas avoir le temps de renouer le contact avec Selmie, Adèle saute dans une navette en direction de la capitainerie. Mortimer et Arkady filent vers le quai maudit, coupant en équilibre par des passerelles d'entretien, tandis que Doyle et Ana doivent soudoyer un pêcheur du Sanctuaire pour s'épargner les tracasseries administratives d'une réquisition. Alors qu'ils finissent par se diriger eux aussi vers le quai des Longs Départs, ils voient les navires de la marine approcher de l'Eveillé à travers la brume, et les troupes de deux d'entre eux débarquer sur le port et entourer le vaisseau. Ils arrivent juste à temps pour attirer l'attention des soldats tandis qu'Arkady et Mortimer se sont infiltré à bord.
Après avoir eu un haut le cœur en longeant les abattoirs et avoir passé le bloc d'obsidienne qui sert d'entrée à Encalmine, Hannibal et Adèle arrivent à la capitainerie. Là, c'est le bran-le bas de combat, des messagers sortent en courant du bâtiment et les services semblent en ébullition. Dès l'entrée, l'ambiance est électrique, et Adèle doit négocier auprès de l'employée à l'accueil pour pouvoir parler à son frère. L'agitation qu'elle créée permet à Hannibal de se faufiler vers un bureau vide, où il parvient à convaincre l'Intelligence Mécanique d'accéder aux informations du navire. Le navire a bien passé les portes d'Airain il y a quatre jour, mais s'est aussitôt échoué dans l'une des plate forme de pêcherie qui forme le bidonville des Portes. La marine est intervenue aussitôt et le problème a été enregistré. Usant de l'urgence de la situation, il usurpe l'identité de la fonctionnaire de la capitainerie pour prendre le maximum d'informations concernant cet accident et les derniers depuis plusieurs mois. Rien de vraiment probant, et c'est le code d'alerte le plus élevé depuis plusieurs années. Il apprend aussi que c'est son ancien tuteur, l'ingénieur Noliène Concras, qui était de service aux portes le jour de l'incident, mais qu'il n'a pas été trouvé à son poste, alors qu'il a bien été enregistré à l'entrée du bâtiment.

Mortimer et Arkady découvrent avec stupeur qu'il n'y a pas âme qui vive sur le bateau. Tout est en place comme s'il y avait eu de l'activité une seconde plus tôt, des verres renversés sur les tables, un plateau au sol, un chapeau haut de forme se baladant sur le point a gré du vent ... mais pas un chat !

Tandis qu'ils commencent à inspecter les coursives toujours aussi vides, à quai, Ana demande aux militaires s'ils auront besoin de son aide, en tant que médecin, elle pourrait venir en aide aux occupants du bateau, et, s'il y a un problème, prendre les mesures nécessaires. Le sergent en place semble indécis, et reprend violemment un de ses hommes qui répond au médecin et à l'inspecteur que :
"de toute façon, ya plus personne qu'aurait besoin de leur aide là haut, z'ont tous disparus au passage de la porte !"

Adèle qui réussit après d'âpres négociations à voir son frère a la même histoire : Tout l'équipage comme les passagers ont disparu au passage de la porte d'Airain. L'Eveillé est aussitôt venu s'échouer sur une plateforme bidonville de la porte et la marine a du intervenir rapidement pour récupérer le navire. Ils ont tout de suite pris contact avec les scientistes mais l'ingénieur en charge de la porte avait disparu. Ils ont ensuite fermé la porte pendant plusieurs heures le temps de faire des tests, mais ils n'ont rien pu trouver. Il ne peut rester plus longtemps car tout son régiment est en alerte, et il doit maintenant superviser le rapatriement du vaisseau vers la cité militaire pour une inspection plus poussée.

A bord de l'Eveillé, tandis qu'Arkady rassemble un maximum d'objets de valeur, Mortimer finit par trouver la cabine du capitaine, où il déniche le journal de bord. Un premier coup d’œil ne lui apprends pas grand chose, sauf que la dernière entrée date de quatre jours, peu avant de passer les portes. A l'intérieur comme sur le pont, pas une trace de vie, et tout semble comme si le navire avait été abandonné dans l'urgence, ou comme si tout le monde à bord avait disparu.
C'est les épaules chargés de nappes remplis d'argenterie, de bibelots et de bijoux trouvés dans les chambres qu'ils tentent de sortir discrètement du navire entouré par la marine. Ils peuvent heureusement compter sur l'aide de leur camarades, car Doyle les ayant vu avant les soldats détourne leur attention, et avec l'aide d'Ana, occupe encore les troupes le temps que les monte en l'air ne s'extirpe du navire.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 14/06/2015 à 18:56

A la capitainerie, les choses commencent à s'organiser, et parmi le tumulte, Hannibal réussit à sortir juste à temps du bureau avant que la fonctionnaire de grade C qui l'occupait n'y retourne. Ignace d'Orvillac doit laisser sa soeur, et un appel est lancé par le réseau parlophonique pour que tous ceux qui attendaient un voyageur viennent témoigner à la capitainerie.

Sur le quai des Longs Départs, la brume molle et lugubre étouffe aussi les sons, mais au loin Ana et Doyle entendent l'appel diffusé depuis les parlophones du quai. Ils tirent donc leur révérence et, sans demander leur reste, remontent dans le bateau du pêcheur pour se faire ramener sur l'autre quai, sûrs que leurs camarades sont sortis sans accrocs.
Tandis que les deux larrons ont fait un détour par le ballon morgue d'Anastacia histoire d'y déposer leur butin, l'inspecteur et le médecin arrivent déjà à la capitainerie. Ils y retrouve Adèle qui malgré ses tentatives pour couper la file d'attente, est en train d'attendre dans le hall de pouvoir remplir les formulaires adéquats. La fonctionnaire de grade C qui s'occupe des enregistrements, Eldée Ciresel, tirée à quatre épingle dans son costume gris cintré d'ADMINISTRATION, est inflexible mais efficace. Chacun reçoit son formulaire à remplir avant de pouvoir être reçu en entretien ... Celà prendra des heures.
Le temps que Mortimer et Arkady ne les rejoignent, Hannibal, Adèle, Ana et Doyle font un point sur la situation, puis Ana s'en va, en tant que médecin, proposer son aide à la fonctionnaire Ciresel. Il lui faut peut de temps pour convaincre Euldée et elle gagne le droit d'être enregistrée par l'employée de l'accueil comme assistante civile dans la régularisation de l'affaire spéciale CZX G4 32 13 de la capitainerie.
De nombreux autres citoyens affluent vers le bâtiment et le hall est vite chargé de personnes plus ou moins patientes, qui attendent toutes des réponses concernant l'Eveillé, et les passagers à son bord. Une file spéciale a été organisée pour les marchands qui n'attendaient que des biens.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

[PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 2

Messagepar daegron » 23/06/2015 à 22:48

[Séance 2 : 10/06/2015]
Quarte 2, solitaire de l'an 207


En très résumé histoire que ce soit fait, je détaillerai plus tard

Ana profite de son statut pour questionner quelques personnes dans la file d'attente, dont un jeune employé de la maison Trent, Stefesin, qui attendait son supérieur parti négocier de gros contrats pour sa compagnie. Adèle continue d'attendre son tour, et après avoir pu remplir les formulaires adéquats, patiente encore pour être reçue en entretien.
Le temps que Mortimer et Arkady les rejoigne, Hannibal a le temps de reprendre contact avec Selmie Turlon. Cette ancienne étudiante en littérature attendait son père, de retour d'une longue mission sur forge.

Tous sauf Adèle repartent ensuite vers les jardins suspendus, où Noliène Concras a son appartement, qui donne sur la place de la dispute.

Sur la place, Coulien Jupat et quelques ami(e)s libertaires finissent une harangue avant d'être pourchassés par les pandores. Des représentants du parti Garde Mur, en particulier Manjary Pelenn, prennent le relai. Arkady leur donne la réplique ce qui dégénère rapidement.

Ils réussissent ensuite a entrer dans l'appartement de Noliène. Doyle et Hannibal en parlementant avec la concierge, Arkady et Mortimer en passant par une passerelle de service qui donne sur l'étage supérieur.

Alors qu'ils découvrent l'appartement, et son propriétaire, dans un état lamentable, Anastacia, restée en retrait, voit s'approcher une troupe de pandores accompagnés d'un agent de sureté. Elle a juste le temps de les prévenir avant que les agents n'arrivent à l'immeuble. Ils embarquent Noliène, complètement hagard, par la passerelle de service, tandis que l'atmosphère délétère de l'appartement commence à leur monter à la tête ...
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar Saori » 23/06/2015 à 23:00

Merci ! :bien:
"The Road goes ever on and on Down from the door where it began."

J.R.R Tolkien, The Fellowship of the Ring
Avatar de l’utilisateur
Saori
D6
D6
 
Messages: 50
Inscription: 20/05/2008 à 10:23
Localisation: Nort sur Erdre

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar Saori » 09/07/2015 à 14:23

Alors qui est ce qui me fait un petit résumé aux petits oignons ? :mrgreen:
"The Road goes ever on and on Down from the door where it began."

J.R.R Tolkien, The Fellowship of the Ring
Avatar de l’utilisateur
Saori
D6
D6
 
Messages: 50
Inscription: 20/05/2008 à 10:23
Localisation: Nort sur Erdre

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 15/07/2015 à 11:58

Saori a écrit:Alors qui est ce qui me fait un petit résumé aux petits oignons ? :mrgreen:

ça vient, ça vient :)
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

[PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 3

Messagepar daegron » 22/07/2015 à 15:21

[Séance 3 : 24/06/2015]
Quarte 2, solitaire de l'an 207


Ils se retrouvent tous dans l'imprimerie abandonnée qui leur sert de repaire, oubliée entre les passerelles d'entretien du bloc qu'a acheté Adèle. Ils débarquent l'ingénieur et l'argenterie volée sur l'Eveillé.
Noliène n'a pas geint du trajet, et semble complètement extérieur à la situation.

Hannibal épluche les documents empruntés à Noliène. Quelques lettres, des documents de travail. Ces documents sont cryptiques, et malgré ses compétences, il n'arrive qu'à en tirer quelques principes, qu'il suppose en lien avec l'entropie, le domaine de sciences régissant le temps et l'espace, le plus théorique des domaines scientistes, mais aussi celui qui amena à la réouverture des Portes d'Airain. Il repère aussi que plusieurs courriers émanent d'un haut responsable de la cité universitaire, l'ingénieur Constant Malerin, qui semble être son responsable, et assez proche de Noliène tout de même. Il prend un rendez vous avec l'ingénieur à l'Université pour la fin de soirée.

Il faut encore quelques temps pour que tout ceux qui avaient été incommodés par la pestilence de l'appartement ne se défassent du flou qui l'accompagnait. Malgré une étude poussée, Anastacia ne repère pas de signes d'un empoisonnement quelconque chez Noliène. Malgré ses solides connaissance en psychologie, elle ne réussit pas à poser de diagnostic et laisse donc l'ingénieur, ou ce qu'il en reste, à ses compagnons et après avoir effectué quelques prélèvements.

Elle reprend son ballon-morgue et se dirige vers le dispensaire des passantes où elle pourra faire tests et recherches supplémentaires. Au passage elle dépose Hannibal à un tramway au niveau des passerelles circulaires afin qu'il puisse honorer son rendez vous avec l'ingénieur Malerin, puis Arkady au portes du Dédale, auprès des passerelles forgiennes. Il emporte quelques échantillons à son ami Cassius afin de voir si des affaires l'intéressent toujours. Le dernier membre des Déboulonneurs a entendu quelques rumeurs sur le navire qui s'est échoué dans les bidonvilles après le passage des portes il y a quelques jours, mais n'a pas de détails. Il est partant pour l'argenterie et en profitera pour enquêter dans les plateformes des Portes d'Airain.

Pendant ce temps Doyle et Mortimer réussissent enfin à faire manger Noliène, toujours aussi perdu, qui s'endort aussitôt sur place, sans sembler se soucier de l'état de ses vêtements.
Avec un demi sourire, Mortimer repssense à toutes ces légendes urbaines qu'il a entendu sur des gens qui ont perdu l'esprit, expérimentations scientistes, léthérals, qu'on appelle aussi "brûlesprit" dans les ruelles, créatures des profondeurs ... comment savoir ce qu'il est arrivé à cet esprit réputé pour être si brillant ?
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 22/07/2015 à 18:20

Ce n'est que lorsqu'Arkady est de retour qu'ils peuvent lui laisser le relai et aller vaquer à leurs propres affaires. Mortimer trouve le premier parlophone et contacte son mentor, le vieux mitier Allocène, et lui demande quels sont les chantiers à venir. Au détour de la conversation, il apprend qu'une équipe a été en mission de nettoyage dans le quartier des jardins, près de la place de la dispute, sans doute dans le bloc de l'immeuble de Noliène. Le chef d'équipe est une connaissance, Henryon Durblain, un homme sévère réputé pour ses sautes d'humeurs. Mortimer est embauché pour un travail le lendemain.

Après s'être occupée des patients du dispensaire et avoir déclaré à SANITATION deux cas de fileuse afin de permettre à ADMINISTRATION de mesurer le niveau d'infection du quartier, Anna peut enfin se consacrer aux examens de Noliène. Une fois encore, avec patience et détermination, elle étudie sous chaque aspect sang, peau, fécès qu'elle a prélevé sur l'ingénieur, mais ne trouve rien de signifiant.

Doyle de son côté rentre au commissariat, il demande au commissaire Téniard l'accréditation pour enquêter sur la disparition de l'ingénieur Concras; Il lui faut prouver au commissaire retors qu'il aurait à y gagner en crédit pour qu'il lui donne le nom de l'inspecteur en charge de l'affaire : Mexans Lermand, responsable du secteur de la capitainerie. Il semblerait que ce soit lui qui ai mené la perquisition de l'appartement place de la Dispute.
Hannibal, après son entretien avec l'ingénieur Malerin, qui lui a proposé un poste d'entretien dans la bibliothèque le lendemain pour avoir accès au réseau chromatographique de l'université, réussit à communiquer avec l'IM de Noliène, il la convainc que son ami est en danger ce qui semble perturber la machine. Elle lui apprend d'ailleur que pour elle, Noliène était bien à son poste aux portes d'Airain, qu'il n'avait pas communiqué avec elle, ce qui est inhabituel, mais avait bien enregistré son arrivée et son départ à son poste tout les jours. L'Intelligence Mécanique aide aussi le technicien à comprendre que les documents trouvés chez Noliène sont des recherches à la fois personnelles et professionnelles, concernant le fonctionnement des portes.

Sortant du commissariat, Doyle fait un détour par le quartier des Rivages, et prend la température auprès de ses "associés", à qui il demande de passer par le port, histoire de laisser trainer leurs oreilles.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar Saori » 23/07/2015 à 11:25

Merci MEUJEUMICHEL :claclap:
"The Road goes ever on and on Down from the door where it began."

J.R.R Tolkien, The Fellowship of the Ring
Avatar de l’utilisateur
Saori
D6
D6
 
Messages: 50
Inscription: 20/05/2008 à 10:23
Localisation: Nort sur Erdre

[PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 4

Messagepar daegron » 23/08/2015 à 16:27

Séance du 23/07 :
Quinte 2 solitaire de l'an 207


Adèle finit par retrouver ses comparses dans l'ancienne imprimerie, seule Anastacia est encore occupée au dispensaire. Adèle peut donc confirmer aux autres qu'après s'être échoué contre les bidonvilles des Portes, le bateau a failli être pillé, et ce n'est que grâce à l'intervention de la marine que les malfrats se sont enfuis en ne pillant qu'une partie du pont supérieur.

Ana, finit de rédiger les formulaires nécessaires à la bonne tenue du dispensaire, puis ouvre le coffre où elle range les documents les plus confidentiels, se préparant à quitter le lieu après une longue nuit de veille. Sa surprise est grande lorsqu'elle découvre un objet dans le coffre : un cube d'obsidienne noire. Une seule autre personne avait accès à ce coffre, et on lui avait dit que cet homme était mort !

Sans avoir pu comprendre ce qu'est ce cube, elle l'emporte avec elle jusqu'à l'imprimerie où elle retrouve les autres. A son retour, l'état de Noliène semble stabilisé, si ce n'est amélioré. Hannibal a réussi à le faire manger, Doyle et Mortimer l'ont lavé, et il a même prononcé quelques mots presque intelligibles.
Elle présente le cube aux autres, qui après une inspection poussée y aperçoivent comme des cisaillement extrêmement fin. Mortimer repère même une sorte de luminosité qui viendrait de l'intérieur, révélant dans un bon angle, comme un grand nombre de parties imbriquées les unes aux autres.

Après un repos bien mérité, Hannibal et Mortimer vont travailler, à l'Université pour l'un, dans les profondeurs de la cité industrielle pour l'autre.
Le mitier rejoint son équipe après une longue marche au travers des passantes. Il traverse les quartiers dégradés de l'Ecot puis du Dédale, où il évite les passerelle forgienne et continue toujours plus profond vers la cité machine.
Hannibal lui remonte vers les passerelles circulaires et traverse le pont gigantesque qui relie le quartier à l'Université, ce qui avait rendu le quartier populaire auprès des étudiants avant que les nombreux travaux ingénieriques et l'arrivée de l'électricité ne rendent les passerelles trop chères pour ces derniers.

Alors qu'Anna et Adèle prennent le relais pour s'occuper de Noliène, Arkady se rend lui vers les Passerelles Forgiennes, en bas des Passantes. Il emporte quelques menus chandeliers et autre argenterie à négocier avec son ami Cassius. Ce dernier est intéressé, et lui confirme que quelques hommes se sont effectivement infiltrés sur l'Eveillé à son passage des Portes. Ces hommes étaient sous la coupe de Voriv Isankov, le forgien qui a repris les affaires de Falki Sokolnitch, qu'Arkady a bien connu dans une autre vie. Apparemment, brutalement secondé par son jeune frère Vyacheslav, Voriv est en train de mettre la main sur toutes les affaires des bidonvilles des Portes d'Airain.

Dans le Keupon à Vapeur du matin, Ana et Adèle découvrent un article particulièrement bien renseigné sur les événements du port, signé d'un certain NalzaF.

La journée de Mortimer est longue est difficile, malgré la rencontre de Tamiç, nouveau dans le métier, qui a lui aussi participé à l'entretien place des Disputes. Pour lui c'était un chantier comme un autre, le chef Durblain, est bizarre mais c'est un bon ouvrier. Mortimer n'est pas très en forme et il accepte mal quelques remarques du débutant qui rattrape certaines de ses erreurs, la situation est vite tendue et ils manquent d'en venir aux mains. La fin de journée est donc tendue et c'est encore remonté qu'il quitte le chantier dans les bas fonds de la cité pour rejoindre l'Ecot, où se trouve l'appartement du chef de chantier Henryon Durblain.

Hannibal a été appelé suite à un problème dans le système de référencement des ouvrages de la grande bibliothèque. Après une rapide vérification des installations, il rentre en communication avec une IM du système avec qui il sympathise sans efforts. Elle lui indique quelques améliorations possibles dans les câblages du réseau d'IM. Ensembles ils procèdent aux réglages requis pour optimiser le système. Le temps de quelques tests, il voit défiler le nom d'ouvrages référencés, dont l'un attire plus son œil ... Ce n'est pas le titre " Temples et formes du culte des Anciens dans la période pré-soulèvement" qui accroche son regard, mais le nom de l'auteur : Alcide Turlon, l'un des disparus de l'Eveillé, le père de Selmie. Les règlages effectués, l'IM accepte facilement de rendre la pareille à Hannibal en s'occupant d'une partie de son travail.
Ainsi libéré, Hannibal utilise une autre machine pour continuer ses recherches sur Noliène. Le parcours de l'ingénieur est impressionnant, jeune protégé de son professeur Sarl Olérique de Margannes durant ses premières années d'études, il est pris sous l'aile de l'ingénieur Malerin pour ses recherches sur les Portes d'Airain aussitôt que sa thèse sur les automatismes ait été écourtée.

De son côté, Doyle retrouve son collègue inspecteur Ernest Tabarre, à qui il demande de suivre officiellement l'enquête de Maxens Lermand pour lui. Comme à l'accoutumée, le jeune requin qu'est Tabarre n'hésite pas une seconde puisqu'il s'agit pour lui d'être sur le devant de la scène. Il prendra contact avec Lermand et tentera de récupérer un maximum d'information pour Doyle sur ses activités et les avancées de son enquête.
Sur le chemin du retour, il passe voir ses accolytes, qui lui apprenent que l'Eveillé a été envoyé en quarantaine dans le port militaire.

Chez Adèle, les deux soeurs réfléchissent à la situation.


...
La suite en pointillés pour ce soir, vous me direz si j'oublie qqch (j'avais commencé à finir avec ma plus belle plume mais le pc a planté :'( ):

- Mortimer passe chez le chef de chantier Henryon Durblain dans son quartier ouvrier de l'écot, c'est sa femme Eva Durblain, une dame d'un certain âge usée par des années de dur labeur qui lui ouvre. Sa méfiance n'est atténuée que par la tenue de mitier que porte l'exiléen. Son mari est absent, il rentrera sans doute tard car parti se promener, mais elle lui passera le message.

- Les sœurs mettent en place un plan machiavélique : profiter de cette histoire pour organiser une réception sur un navire dans le port pour récupérer des fonds pour le dispensaire.
Adèle prend contact avec Heroïne de Margannes, noble de lumière de la famille patriarcale du même nom, qui lui donne plein de bons conseils et quelques contacts pour que la soirée soit mémorable (hommes aux enchères, suites coquines dans les cales ...), et lui accorde de lui trouver un bateau pour la soirée, les sœurs devront s'occuper de la propagande.
Elles décident d'ancrer le bateau sur le quai des longs départs pour "faire le buzz", et marquer les esprits. Premier jet de nom pour la soirée costumée : "Fantômes forgiens ...", ça promet :)

- Doyle demande à Tabarre de lui retrouver la lettre de la compagne de Noliène, ou son identité.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 16/09/2015 à 11:19

Fin de séance complétée en pointillés dans le post précédent, dites moi si j'oublie des trucs (j'ai l'impression) :)
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

[PM&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 5 - Soirée de Gala 1

Messagepar daegron » 30/09/2015 à 20:42

Le bateau Fantôme 5 - Soirée de Gala 1
Séance du 16/09/2015 :

Sextime 2 Solitaire de l'an 207

Alors qu'Ana est partie tôt pour le dispensaire et Mortimer sur un nouveau chantier où il devrait croiser le chef Durblain, c'est un conseil de guerre qui s'organise dans l'imprimerie désaffectée. Les autres prennent le temps de réfléchir à tous les détails et se répartissent les tâches en vue de la soirée qui s'annonce.

Chacun activera ses réseau pour inviter les bonnes personnes :
Adèle passera par son frère et Ernst pour inviter des représentants de l'armée exiléenne, par ses contacts pour approcher la haute société.
Arkady trouvera de "bons représentants" de la société forgienne. D'abord avec un représentant de la classe ouvrière qu'il connait bien, et en parallèle, il fera envoyer une invitation à l'ainé des frères Isankov, Voriv, qui a repris le bidonville des Portes d'Airain.
Esmond invitera l'inspecteur Tabarre et leur supérieur, le tellement sympathique Romuald Téniard.


Ils pensent ensuite chaque détail, les cartes d'invitations manuscrites et l'envoi par porteurs, l'invitation de toutes les familles de disparus de l'éveillé, les plats typiques forgiens, les mets, boissons et leurs différentes qualités, la sécurité et surtout les divertissements du soir ...

Chacun va ensuite s'acquitter de sa tâche, avec comme objectif de se retrouver au soir dans les cafés des passantes pour recruter les artistes de la soirée.

Arkady et Adèle vont rencontrer Karèlne Sicophe, la contrebandière, et Cassius Queulet, le chef des déboulonneurs, pour assurer la sécurité intérieure et fournir des produits forgiens typiques à leurs invités. Karèlne prévient Arkady qu'inviter les frères Isankov est une certaine prise de risque ... Mais elle accepte tout de même après quelques pourparlers de leur transmettre l'invitation, qu'Arkady resserre au seul aîné, Voriv, réputé pour être la tête de l'organisation, mais surtout infiniment plus posé que son frère Vyacheslav. Adèle gère avec la contrebandière les aspects budgétaires pendant que Cassius et Arkady envisagent le récent développement de la famille Isankov, et l'effet que ça pourrait avoir sur leurs affaires.

Hannibal, lui, se rend à l'Université pour reprendre contact avec ShirQa, l'IM de Noliène, et voir si un message aurait passé par elle venant de l'ingénieur Constant Malerin. Il a bien laissé un message mais sans grand intérêt. Après avoir convaincu l'IM qu'il oeuvrait pour aider Noliène, Hannibal peut grâce à elle avoir accès à l'agenda de l'ingénieur Concras. Il a eu, depuis un an à peu près, des rendez vous réguliers que l'IM calcule comme étant fort probablement en lien avec sa compagne actuelle, parfois référencées comme Margueritte, M., ou Marg. Selon l'IM les deux humains était probablement engagés dans une relation sincère. Lorsqu'il demande à l'IM de retrouver si d'autres ont tenté d'enquêter sur Noliène, deux références protégées semblent revenir, est-ce une seule personne ou plusieurs, les niveaux de sécurité de cryptage sont trop élevés pour qu'elle creuse sans risque. Alors qu'elle entame un calcul statistique sur ses chances de décrypter le code sans se faire repérer, Hannibal lui demande de ne pas prendre le risque, pour l'instant ...

De son côté (obscur bien entendu), Doyle se rend au commissariat pour reprendre ses affaires en cours et retrouver Ernest Tabarre. Avant de voir l'inspecteur, il est hélé par le commissaire Téniard, qui veut en savoir plus sur les avancées de l'enquête "Concras". Doyle lui donne un os à ronger, livrant le minimum, et lui propose de venir à la soirée du quai des longs départs. Il n'y a qu'en entendant les noms de personnalités que le commissaire lève un sourcil intéressé, disant "qu'il serait sans doute trop occupé mais qu'il verrait".

L'inspecteur Tabarre a avancé sur la piste de l'amie de Noliène, Margueritte Delhomme, chargée de Caisse au Crédit Ingénierique de la maison Kelernnes. Il n'a pas pu mettre la main sur le courrier de la demoiselle intercepté place des Disputes, bien gardé par l'inspecteur Lermand, chargé de l'enquête. Mais il met Esmond en garde, un certain Ponsart, habillé sobrement mais de bonne facture, au maintient d'homme d'armes, sortait du bureau de Mexans Lermand quand il est arrivé. Il avait toutes les caractéristiques de l'homme de main d'une famille aisée ... Tabarre n'a pas réussi à savoir quelles questions il était venu poser, mais il semblerait que les disparus de l'éveillé, ou sa cargaison, ait attiré l'attention de quelqu'un de la haute.

Une fois sa journée terminée, Doyle Esmond retrouve le foyer parental pour un dîner de famille ... accueilli bras ouverts par son père, le capitaine pandorre à la retraite Eldon Esmod. Comme à son habitude, son frère Allen, sergent chez les pandores, cherche chaque opportunité d ele rabaisser (ou de le faire paraître pour ce qu'il est vraiment ?) auprès de leur père. Au cours du repas, Doyle demande donc à son père s'il pourrait trouver quelques pandores prêts à faire des heures sup pour protéger les quais aux abords de la soirée. Après une légère altercation avec Allen qui se demande comment "Môssieur l'inspecteur" en est venu à faire la sécurité pour des rupins, Eldon rassure Doyle, assurant qu'il trouverait bien quelques gars pour la soirée.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

[PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 6

Messagepar daegron » 15/10/2015 à 15:10

Le bateau Fantôme 6 - Soirée de Gala 2
Séance du 01/10/2015 :

Sextime 2 Solitaire de l'an 207, soir

Au retour du port, Hannibal et Arkady retrouvent Doyle et se décident enfin à rendre visite au père d'Arkady. Forgien immigré qui a donné sa vie à se faire une humble place en Exil, sans pour autant renier sur ses droits, il serait un exemple parfait pour la soirée à venir.
Arkady préfère éviter l'approche frontale, ils remontent donc quelques passerelles avant de prendre un tramway vers le quart filant, quartier des industries textiles, où ils arrivent en pleine activité ... Enfin, c'est la rue qui est active. Le quart temps de jour touche à sa fin et une foule d'ouvriers (et surtout d'ouvrières, il faut bien l'avouer), sortent des ateliers et usines, parfois attendu(e)s par un groupe d'amis, hélées par des étudiants en goguette attendant aux quelques terrasses de brasseries ou tavernes. L'ambiance est chaleureuse, du monde se croise certains heureux de terminer une grosse journée, d'autres s'y préparant.

A la sortie d'un atelier, Arkady repère sa demi-soeur à discuter avec des amis. Ils s'approchent donc et Mila laisse ses comparses partir alors qu'elle salue le groupe. Elle est surprise de voir son demi frère, et plus encore de la raison de sa visite. Avenante, elle s'intéresse tout de même à ses amis, et c'est en discutant qu'ils la raccompagnent vers la maison de son père, Pyotr, passant passerelles, ponts et quartiers d'habitation pour arriver enfin aux Rivages.

Devant la petite masure, identique mais visiblement mieux entretenue que nombre d'autres sur la passerelle, ils s'immobilisent devant la porte. Dans une atmosphère brumeuse mêlée d’embruns et de fumées de lampe à huile, Mila prévient Arkady qu'elle va faire de son mieux, mais que son père risque de ne pas être très à l'écoute.

Ils entendent des bruits de voix à l'intérieur, puis des pas et la porte vient enfin à s'ouvrir. Ou plutôt, s'entre-ouvrir ... Un regard glacial accueille les compagnons par l'embrasure de la porte.
-"Qu'est-ce que tu me veux ?"
La discussion est tendue, le vieil ouvrier ne semble pas vraiment enclin à suivre l'avis de son fils. Le ton monte et il manque même de leur fermer la porte au nez quand son fils lui parle d'un passé qu'il préfèrerai oublier. Il faut que le jeune homme mette son pied dans l'encadrement et que ses amis se présentent et rattrapent le coup. Si les arguments de Doyle, parlant de profiter du système, ne semble pas l'encourager particulièrement ... au contraire ... Hannibal semble avoir son oreille, quand il lui parle d'aider d'autres forgiens dans la même situation que lui lorsqu'il est arrivé en Exil.

C'est sur un "Je vais y réfléchir", dans lequel ils ne sentent plus la colère qui sourdait quelques minutes plus tôt qu'ils laissent le syndicaliste, et se rendent vers le cœur des Passantes, où ils rejoindront Ana devant le Central, le grand café situé à l'intersection des plus grandes voies de tramway du quartier. Là aussi, le flux de personnes est continu, et à chaque rame de tramway qui s'arrête, sur une belle place commerçante au pied du Central, c'est un flot humain qui passe de la plate forme à la place et inversement. Ouvriers finissant leur service venu boire un verre avant de rentrer, cadres de maisons de négoce lisant le journal dans une alcove, étudiants qui ont oublié d'aller en cours aujourd'hui, la foule est bigarée dans cet immense bâtiment d'acier couleur bronze, haut de plusieurs étages.

Au bar, le patron est très classique, et il sert les compagnons tout en faisant la conversation. Derrière eux, au rez de chaussée, un jeune chanteur propre sur lui, rouflaquettes huilées et petit costume cintré, enchante quelques midinettes en pâmoison devant ses roucoulades fleur bleues. Pas vraiment ce que cherchent Ana, Doyle, Hannibal et Arkady pour la soirée. Ils demandent au patron les groupes et artistes qui tournent en ce moment, et quelque chose retient leur attention, une troupe d'éxiléens d'origine forgienne, acrobates et musiciens, qui se produisent en ce moment à la Caverne, près des blocs étudiants. Cette fois, pas d'interminable marche sur les passerelles et attente de tramways, ils grimpent tous les quatre dans le ballon morgue et filent vers les passerelles circulaires.

Le temps d'amarrer le véhicule à un ponton libre, ils rentrent dans l'établissement où se termine un époustouflant numéro d'acrobatie. La troupe, aux âges variés, est composée de deux hommes et deux femmes. Alors que le numéro se termine, les compagnons commandent au bar et se renseignent sur les artistes. D'origine kargarl, mais ayant toujours vécu en Exil, la troupe, en plus de ses numéros de voltige, est connue pour ses textes engagés, en forgien ou éxiléen vernaculaire. Critique de la concorde sociale, idéal anarchiste plutôt qu'ingénierique ... cela convient bien mieux au groupe que le chanteur à mèche du Central ! Installés à une table, la serveuse, Clessidre, qui semble être l'égérie de nombreux clients vu la liberté de ton qu'elle emploie avec eux, prend leur commande en continuant de les renseigner. L'un des artistes est resté sur scène et entame une chanson populaire, accompagné d'un automate musical. Le son est très bon, il chante en kargarli un hymne à son grand père, tombé dans l'empire, enfin ... dans l'interminable guerre contre Autrelle.
Malheureusement, dans le fond, certains semblent réagir à la chanson en forgien ... Ana repère vite que six hommes plutôt massifs se sont levés et s'apprêtent à encercler le chanteur ! Elle a juste le temps de prévenir ses comparses qui s'interposent comme ils le peuvent. Hannibal, lui, fonce vers la sortie pour empêcher les gens de s'enfuir.
Ana et Doyle, chacun dans leur style respectifs, bloquent deux des brutes tandis qu'Hannibal retient quelques clients à force d'arguments. Arkady, lui, a saisi au passage une bouteille sur une table qui éclate au premier coup sur le crâne de l'un des assaillants, c'est à ce moment qu'il reconnait leur leader, Burnaud Godmich ! L'homme de main de Manjary Pelenn, chef d'orchestre du parti Garde Mur ! Il fonce donc vers l'ancien militaire, tesson de bouteille en main ... Il hésite une seconde mais voyant que son adversaire est coriace, et que le pauvre chanteur, bien que visiblement aguerri, a déjà encaissé une sévère pluie de coup, et sera vite dépassé s'il n'intervient pas. Il frappe donc avec toute sa hargne, et le tesson emporte une partie de la joue du colosse, qui recule dans un cri de douleur.

Aussitôt ses hommes semblent hésiter, et suivent leur alpha qui se recule vers la sortie se tenant la face, sans lâcher Arkady du regard. Ce dernier lâche son tesson de bouteille et leur adresse un signe de la main, les gratifiant d'un "bon baiser de Forge" en sostre.

Hannibal les laisse passer et c'est dans l’hébétement le plus complet qu'ils sortent de la Caverne, tandis qu'Arkady peut être sûr que l'homme de main de Pelenn ne l'oubliera pas.

Le patron et les artistes remercient donc l'équipe, et Ana s'occupe du chanteur, Fredèrge, qui s'en est bien sorti – quelques côtes fêlées et les poings en sang- malgré l'acharnement de ses adversaires. La troupe est une troupe familiale, et ils acceptent avec plaisir de participer à la soirée de la fin de semaine, contre vels sonnants et trébuchants, ça va sans dire ... Il en est de même pour le patron de la caverne qui se propose ainsi que quelques employés, en fonction de l'enveloppe que voudront bien lui fournir les organisateurs bien sûr.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar Saori » 15/10/2015 à 16:14

Burnaud Godmich !!!! J'adore, je sens que ce perso va être une tête à claque hyper teigne, rhoooo on a eu la joue gauche, va falloir lui faire la droite maintenant ! :claclap: :claclap:
Merci Meujeu !
"The Road goes ever on and on Down from the door where it began."

J.R.R Tolkien, The Fellowship of the Ring
Avatar de l’utilisateur
Saori
D6
D6
 
Messages: 50
Inscription: 20/05/2008 à 10:23
Localisation: Nort sur Erdre

[PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 7 - Soirée de Gala 3

Messagepar daegron » 26/10/2015 à 16:47

Le bateau Fantôme : 7 - Soirée de Gala 3
Séance du 15/10/2015 :

Octime 2 Solitaire de l'an 207, soirée

Ils peuvent enfin se retrouver au bateau que leur a trouvé Héroïne, qui leur présente par la même son propriétaire, Résain Volignac, un industriel de l'aéronautique récemment installé dans les Passantes, et son fils, qui aujourd'hui dirige ses affaires.

A l'arrivée de la troupe, ils peuvent terminer de préparer l'ordre des festivités, et sont fins prêts lorsqu'arrivent les premiers invités. Une foule continue se presse à l'entrée, annonçant une soirée réussie. Adèle et Anastacia, accompagnées du musicien Frederge, accueillent leurs convives, et sont quelque peu surprises quand une délégation scientiste, emmenée par le scientiste Naur, le chef de district des Passantes, demandent à voir Ana. Ils ont été mis au courant de l'événement et saluent l'initiative, laissant tout de même entendre qu'ils auraient aimé être prévenus directement. Naur demande à la médecin comment se passait sa relation avec le "regretté Alfred" et lui indique qu'un nouveau scientiste sera bientôt dépêché pour reprendre en main le dispensaire. Ils sont seulement en train de chercher "le bon élément".

Accompagnée de Piotr, le père d'Arkady, Adèle accueille encore nombre d'invités, tentant de présenter l'homme comme une réussite d'intégartion. Le vieil ouvrier fait de son mieux, mais . clairement, si la plupart des invités restent courtois, ils ne sont pas là pour lui. Après une gentille révérence et un regmartel
ard compatissant, ils détournent détournent souvent l'attention sur le buffet ou les dernières informations et rumeures, comme le dernier coup d'éclat de l'Oeil Noir, célèbre monte en l'air ... De grands noms se sont donnés le mot et Mila de Kelernes, Olfred de Margannes, Melin Donnasserne (dont l'homme de main ressemble étrangement à la description de l'homme qui avait posé des questions à l'inspecteur Lermand ...), Les ambassadeurs de Kargarl et d'Autrelles (qui s'évitent majestueusement ...), Aristhème Lorac, le responsable de la maison Trent ou l'ingénieur Malerin, l'inspecteur Tabarre et le commissaire Téniard entre autres, se présentent à l'entrée. Moins huppés, familles et proches de disparus sont aussi présents, comme Selmie Turlon, la fille de l'archéologue, qu'Hannibal s'empresse d'accueillir comme il se doit. Ainsi que Marguerite, la compagne de Noliène.

(Je continue en mode tirets histoire de pouvoir finir)

La présentation du dispensaire par Ana manque d'endormir la moitié de la salle mais le spectacle de Frederge et des Ocres se déroule très bien et le public est tout de même ravi.

Coulien Jupat, un ami libertaire de Mortimer vient accompagné d'une demoiselle, Azalée, pigiste aux "Passerelles", un quotidien populaire. Ils semblent connaître aussi Frederge. Ce dernier trouve que Clessidre, la serveuse de la Caverne (qu'Arkady apprécie de plus en plus ...), pose tout de même beaucoup de questions ...

Voriv Isankov arrive comme prévu et est accueilli par Arkady, il n'a pas l'air très facile d'accès et semble se demander ce qu'il fait là, mais il profite de la soirée. Doyle vient prévenir le groupe un peu plus tard que les hommes d'Isankov ont tabassé un clochard sur le quai, et qu'il a juste eu le temps de l'écarter avant que les pandores n'interviennent.

Ils font se retrouver Marguerite et Noliène, celà semble redonner un peu de couleur à l'ingénieur, mais c'est aussi un choc pour la jeune femme qui pensait qu'il avait disparu. Noliène semble vraiment la reconnaître et tente de lui parler, dans un effort surhumain qui l'épuise, sans succès ... il finit par s'endormir, et les personnages sont bien obligés de donner quelques explications à la demoiselle.
Arrive l'heure de la vente aux enchères, Arkady, Mortimer montent sur l'estrade. Hannibal devait lui aussi être mis aux enchères, mais après une discussion avec Selmie et fulgence Ponsart, qui est bel et bien l'home de main de Melin Donnassernes, elle propose au chromatopirate de l'accompagner sur le pont pour éclaircir la situation.

Là haut, alors qu'il commence à lui expliquer certains détails de l'affaire 'Eveillé', leur oreille est attirée par du grabuge sur le quai. Parmi la brume, Hannibal repère vaguement un homme hirsute se faire bousculer, sans doute le clochard dont lui a parlé Doyle. Mais Selmie reste un instant bouche bée en observant la scène, et dans un murmure souflle :
"Papa".
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar Serre-Rouge » 28/10/2015 à 11:00

si j'ai bien compris, le pere de Selmie, est censé avoir disparu dans le bateau ?
Avatar de l’utilisateur
Serre-Rouge
D10
D10
 
Messages: 390
Inscription: 20/05/2008 à 18:45
Localisation: Carquefou

Re: [PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme

Messagepar daegron » 28/10/2015 à 19:12

Serre-Rouge a écrit:si j'ai bien compris, le pere de Selmie, est censé avoir disparu dans le bateau ?


Héhé ... Alcide Turlon, père de Selmie Turlon, archéologue et universitaire exiléen dsparu sur l'Eveillé à son retour d'une mission à l'extrême nord de l'empire de Kargarl, dont le mécène est (était ?) Melin Donnasserne.

Oui oui ... tu as bien compris :mrgreen:
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Re: [PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 8 - Soirée de Ga

Messagepar daegron » 28/10/2015 à 20:27

Le bateau Fantôme : 8 - Soirée de Gala 4
Séance du 26/10/2015 :

Octime 2 Solitaire de l'an 207, cycle nocturne

Le temps de comprendre la situation, Hannibal quitte Selmie et se rue vers la salle principale. Lorsqu'il arrive, Ana est au prise avec l'un des déboulonneurs, le "gentleman" s'est permis quelque geste déplacé sur Clessidre, la serveuse de la Caverne embauchée pour la soirée. La demoiselle ne s'est pas laissé faire et la tension est vite montée entre elle les déboulonneurs, qui sont rapidement intervenus.

Ana réussit tant bien que mal à calmer la situation, rappelant aux garçons que leur paye de la soirée dépend aussi de leur comportement ... Quand Hannibal arrive paniqué, elle a juste le temps de prévenir Adèle que le technicien est déjà parti en trombe vers les quais, deux gros bras à sa suite. Adèle l'aurait rejoint si une altercation n'avait pas explosé de l'autre côté de la salle ... entre deux ambassadeurs forgiens ! Les représentants de Kargarl et d'Autrelles n'ont pas réussi à maintenir le statut quo plus longtemps, et Adèle comme Doyle sont obligés de s'interposer pour calmer la situation.

Ana va donc toquer à la porte de la cabine où Arkady repousse, le plus poliment possible, les avances d'Héroïne de Margannes. Alors qu'il s'effeuille tout de même lentement, cette dernière est particulièrement intriguée par ce gant qu'il garde comme par pudeur, dans lequel pénètre un bras marqué des stygmates de brûlures profondes.

Alors qu'Ana plaide l'urgence pour le ramener à elle, Héroïne lui fait promettre, avec un sourire, que ce n'est que partie remise ... Se rhabillant en parcourant les coursives, ils retrouvent Hannibal sur le quai, demandant aux pandores s'ils ont vu quelque chose. La brume épaisse qui étouffe perpétuellement l'endroit lui a fait perdre la trace de celui qui pourrait être Alcide Turlon.

Les pandores ont bien croisé un homme correspondant à la description qui se dirigeait vers Terminal. Usant du nom de Doyle, les compagnons leur empruntent une lampe à huile et, sans attendre, foncent à la poursuite de l'archéologue. Un vacarme métallique attire bientôt leur attention, et ils se retrouvent devant un centre de contrôle ingénierique abandonné, qui devait être dédié au quai. La massive porte d'acier en a été déplacée, et ils entendent maintenant des pas, étouffés, venir de l'intérieur. Là, ils doivent se faufiler et rentrer dans un vieux conduit d'entretien qui part sous l'édifice. Seul Arkady ne manque pas de chuter dans la vieille échelle de service qui mène en contrebas.

Ils croisent un groupe de créatures insectoïdes, dont les nombreux membres ressemblent vaguement à des outils, mais les créatures, toutes à leurs incompréhensibles desseins, ne leur prêtent pas la moindre attention.
Alors Qu'Arkady, les deux hommes des déboulonneurs et Ana foncent au jugé dans l'obscurité, suivant l'écho des pas au loin, Hannibal cherche d'un rapide coup d'oeil s'il pourra rétablir un réseau de lumière. Le diagnostic est rapide, la suie sur les murs ne trompe pas, le lieu était éclairé à l'huile : pas d'électricité. Il en profite pour récupérer un bout de tuyau "au cas où", et se dépêche de rattraper ses camarades. Après quelques changements de voie et conduits dans une obscurité poisseuse, Arkady, qui commence à rattraper le son des pas, laisse un, puis deux déboulonneurs aux croisements pour guider Ana et Hanibal. Alors qu'il lui semble être proche, le conduit s'ouvre sur une pièce plus large. Sans doute un centre de contrôle pour les voies de chemin de fer menant à Exil qui sont au dessus de leurs têtes. Dans une noirceur profonde, les pas s'arrêtent brusquement alors que retentissent un sifflement et un cri de douleur. Le bruit d'une chute. Arkady ralenti et ses compagnons le rattrapent. La lumière de la lampe à huile semble étrangement absorbée par l'ombre de la pièce, les faisant tous frémir, sauf Ana. Il peuvent tout de même entrapercevoir, au centre, une silhouette mince mais de taille moyenne, comme un homme vêtu d'un long impair. La silhouette semble se pencher sur une autre forme, plus massive, à terre. Ana plonge pour tenter de tirer l'archéologue tombé au sol tandis qu'Arkady sort son coupe choux pour "calmer la situation". Il a une seconde de retard quand une ombre acérée fuse de de la silhouette à l'impair, filant vers l'homme affalé. Vivement, Ana s'est interposée, et c'est elle qui prend le coup qui déchire vêtement et peau aussi facilement, lui laissant une brûlure qui ne présage rien de bon ... Arkady prend le relai et emporte la forme acérée d'un puissant coup de rasoir, laissant éclater un cri inhumain. Au vu de la résistance, ce n'est pas un bras qu'il vient de trancher, pourtant la gerbe chaude qui l'éclabousse lors de l'impact lui laisse bien penser que c'est du sang.

Les déboulonneurs plongent eux aussi pour aider Ana à mettre le vieil homme en sécurité, et Hannibal repère des coursives d'eau encore en fonctionnement qu'il s'évertue à arracher pour s'en servir comme d'une arme. Se sentant acculée, la créature plonge sur Arkady, faisant vrombir dans son dos deux ailes de chitines. Ce dernier esquive comme il peut, déviant le coup de son avant bras dans un vacarme presque métallique, alors qu'une seconde griffe réussit tout de même à lui entamer le flanc. La douleur est vive, amplifiée par une brûlure intenable. Il voit alors la gueule ignoble de la bête, à quelques centimètres de son visage, tenter de lui arracher la face avec ses mandibules acérées.

Alors qu'Ana comprend que la brûlure vient d'un venin qui doit imprégner les griffes de la créature, Hannibal réussit enfin à arracher son tuyau et propulse la vapeur sous pression sur la bête, qui recule dans un hurlement strident. Elle commence alors à s'enfuir mais Arkady réussit à saisir l'une de ses ailes alors qu'elle se retourne, et dans un effort surhumain, lui arrache l'aile et une partie de l'abdomen. La créature s'effondre dans un râle mêlé de bouillonnements sanguinolents ignobles, et ils peuvent enfin penser à l'archéologue qui git au sol, grièvement blessé. C'est bien l'homme qu'à reconnu Selmie, ils le transportent donc vers le bateau, tandis que l'un des déboulonneurs aide Ana à avancer. Arkady a ramassé la griffe qu'il a tranché pour qu'Anastacia puisse en analyser les toxines.

Aussi discrètement que possible, ils s'installent dans l'une des cabines libres du paquebot et Ana peut se concentrer sur les soins à apporter à tous. Epuisé, légèrement désorienté et physiquement mal en point après un passage à tabac et l'agression par la créature, l'homme d'âge mûr les remercie sincèrement et leur confirme qu'il est bien Alcide Turlon, le père de Selmie. Ses souvenirs depuis le passage de la Porte d'Airain sont flous, il se souvient avoir été en train de travailler dans sa cabine à ce moment là, mais ensuite tout est embrouillé. Il pense que tout le monde a disparu, mais se souvient pourtant avoir parlé avec "des gens dont il n'est pas sûr qu'ils étaient encore là" ... Il a vu des hommes du bidonville des portes tenter de piller le bateau puis fuir à l'arrivée de l'armée, et a été descendu du bateau avec eux. Il s'est réveillé dans un dispensaire, mais s'est enfuit à la première occasion, pour se retrouver là avec eux, après quelques péripéties.

Si sa connaissance des conduits d'entretien surprend les compagnons, lui même n'arrive pas vraiment à expliquer comment il connaissait le passage. Il "cherchait seulement à retrouver sa fille". Ils doivent aller la chercher pour qu'il se détende un peu et commence à leur faire plus confiance. Après des retrouvailles étranges, il leur confie qu'il ne sait pas ce qu'il est advenu du document qu'il ramenait du nord de Kargarl, qu'il était en train d'étudier au moment de passer les portes. Il ne lui semble pas qu'il l'ait eu avec lui ensuite, mais ses souvenirs sont tellement flous qu'il ne saurait jurer de rien.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

[PU&V] Introduction : Le Bateau Fantôme 9 - Soirée de Gala

Messagepar daegron » 01/12/2015 à 14:40

Le bateau Fantôme 9 - Soirée de Gala 5 & Fin !
Séance du 19/11/2015 :

Octime 2 Solitaire de l'an 207, cycle nocturne

Ils retrouvent Mortimer à sa sortie de son entrevue avec Mila de Kelernnes. Ce dernier semble perturbé par l'expérience et ne préfère pas en reparler, ce qui donnerait presque du crédit aux rumeurs qui courent sur son compte ...
Ils se retrouvent dans la cabine où Ana termine de panser les plaies d'Arkady pour échanger et se remettre au clair. Hannibal semble étrangement intéressé pour aider au soin du bras du forgien. Ana saute ensuite dans son ballon morgue pour se rendre dans son dispensaire, essayer de trouver un remède au venin qui les rongent, elles, Alcide et Arkady. Adèle doit être ramenée à la raison et à ses obligations d'hôte pour ne pas l'accompagner.
Après un rapide retour sur la situation, les autres se décident enfin à rencontrer sérieusement Voriv Isankov pour lui parler tant de ses potentielles velléités à poser le pied sur les passerelles exiléennes que pour lui demander si un carnet de métal n'a pas été retrouvé pendant le pillage … Ils organisent donc une rencontre dans la salle de commandement du navire, au dessus du pont, alors que les convives, contents à première vue, quittent petit à petit le vaisseau. Doyle retrouve Isankov alors que ce dernier discute avec un homme qui accompagnait Héroïne à son arrivée, et ce dernier laisse Doyle et Voriv partir sans faire d'histoire.
Quand ils arrivent au poste de contrôle, Arkady est assis derrière la console de pilotage, entouré de ses compagnons. Malgré un départ tendu, ils s'entendent vite, le groupe faisant comprendre au chef du bidonvilles des Portes que des hauts placés recherchent le carnet et qu'il serait mauvais pour ses passerelles qu'ils apprennent qu'il a disparu pendant le pillage ...

Au dispensaire, Ana s'épuise les yeux à la lumière d'une bougie pour retrouver, dans de vieux documents usés, la toxine qu'utilisent les « matocras », comme les ont appelés Doyle et Mortimer, en entendant la description des créatures. Elle finit par retrouver ce qu'elle cherche, et se met à la préparation d'un antidote adapté, alors que l'entaille dans son dos la brûle de plus belle.

Le plus vieux frère Isankov, se rappelant encore douloureusement la dernière destruction de son quartier par les autorités, il y a quinze ans, comprend parfaitement, et les rassure sur ses ambitions exiléennes. Selon lui, il a encore bien du mal à tenir "ses troupes" de l'autre côté du sanctuaire et n'est pas prêt à venir se faire écharper sur les quais exiléens ... dailleurs, pour lui le pillage a été plutôt spontané, et même si son frère a géré la revente pour la plupart du butin avec Karelne Sycophe, il ne peut pas être sûr que certains n'ont pas utilisé leurs propres réseaux … mais "pour ce qui est de faire affaire entre nous par contre" … Ils échangent donc des contacts sur le port pour pouvoir communiquer aisément, et le mafieux s'engage à les prévenir s'il trouve quelque chose concernant le carnet.

Quand Ana revient, Arkady comme Alcide sont impatients de savoir si elle a trouvé quelque chose qui pourrait les aider. A son teint, ils voient vite qu'elle a réussi, et elle leur administre rapidement l'antitoxine de sa préparation. Les effets ont étés assez rapide chez elle, et elle a bon espoir qu'avec une bonne nuit de sommeil, ils seront en pleine forme le lendemain.

Ils se décident ensuite à essayer de gérer leur communication, et Mortimer les aide à faire le lien entre Azalée, la pigiste du quotidien populaire « Les passerelles » qui est arrivée au bras de Coulien Jupat (un ami libertaire), et le fameux Nalzaf qui a publié sur l'affaire et le remue ménage à la capitainerie dans le Keupon à Vapeur. Seule Adèle a quelques doutes sur le fait que ce puisse être la même personne.

Alors que Mortimer sort du poste de pilotage pour aller la chercher, il l'aperçoit aussitôt en bas de l'escalier qui mène au poste … comme partant avec précipitation ! Il la rattrape sans mal, et après quelques mots doux la ramène vers ses compagnons. Lorsqu'elle rentre, un demi sourire géné au coin des lèvres, Adèle n'hésite plus, c'est bien la jeune fille qu'elle a vu questionner la foule a la capitainerie. Une fois encore, la discussion est tendue. Et si elle comprend parfaitement leurs arguments, calmement exposés par Hannibal, Arkady ou Mortimer, le courant passe beaucoup moins quand Adèle, appuyée par Ana, la menace à plusieurs reprises … Ils parviennent tout de même à un semblant d'accord : elle ne parlera pas de ce que qu'elle a entendu par le hublot … le « complot » pour faire tomber Noliène, l'évidence de la préparation de toute cette affaire, l'archéologue rescapé, etc … Elle pense ne pas avoir grand chose à leur apprendre de plus que ce qu'ils savent déjà, quand, alors que la conversation est sur Alcide Turlon, elle cite un nom qui leur dit quelque chose …

« Sur Turlon, j'ai pas grand chose à vous apprendre je pense, il a une fille étudiante qui est ici ce soir, conférencier reconnu à l'université d'Histoire et d'Archéologie Exiléenne, il a été à l'origine de la découverte de plusieurs tombeaux et de la traduction d'un ou deux ouvrages importants de l'époque pré-soulèvement .. quoi d'autres ? Une petite baraque en haut des passerelles circulaires, vu ses moyens il aurait facilement pu s faire faire une belle bicoque dans les beaux quartiers, euh … il a fait plusieurs voyages sur Forge, surtout financés par l'université, ou, les derniers par les Donnassernes. Et c'est un cousin qui a été récupérer ses affaires à la capitainerie, un certain, que je me rappelle ... Henryon Durblain. »

Le nom du vieux chef de chantier de PLAN résonne tout de suite à leurs oreilles … surtout à celles de Mortimer qui a passé plusieurs de ses soirées à le chercher ! L'homme qui supervisait les travaux de l'immeuble de Noliène et passe une partie de ses nuits dans un dispensaire scientiste aurait été le premier à demander les affaires de l'archéologue ? Bizarre, Ils remercient Azalée, lui demandent d'attendre pour révéler les tenants et aboutissants de cette affaire mais lui accordent (à contre cœur pour Adèle), de parler de la soirée.

Ils se font ensuite un devoir de clore la soirée de gala comme il se doit, Arkady est rappelé à l'ordre par Heroïne pour la soirée qu'il ne lui a pas accordé, et tandis qu'Ana & Adèle rapatrient la caisse chez elle en ballon morgue, les autres foncent déjà vers le petit quartier ouvrier où habite Turlon.

Prime 3 Solitaire de l'an 207, fin du cycle nocturne

Dans quelques heures seulement, les agents de VOIRIE passeront allumer les becs de gaz du quartier pour signifier le début du cycle de jour. Les fumées épaisses de vapeurs et de particules d'une industrie métallière recouvrent les passerelles. Lorsque les sœurs arrivent, après avoir amarré le ballon morgue à la station la plus proche, Doyle, Mortimer et Arkady observent la lumière qui s'échappe mollement de l'une des fenêtres de l'appartement des Durblain. Il n'y a pas de signes d'une activité particulière, et, sur la façade de briques usées, c'est l'une des rares fenêtres encore, ou déjà allumées.

Mortimer, Adèle et Arkady décident de grimper à la façade pour voir ce qu'il se trame dans la pièce. Ils y arrivent sans peine, et voient madame Durblain dans un fauteuil au coin du poêle, somnolant, un petit livre posé sur le plaid qui lui recouvre les genoux.

Ni une ni deux, Ana fait diversion pour eux et va frapper à la porte ; La vieille femme se lève, sortie de sa torpeur, et va voir ce qu'il se passe. Arkady en profite pour ouvrir discrètement la fenêtre à guillotine et se faufile sans une bruit. Il aide ensuite Adèle à entrer, mais quand vient le tour de Mortimer, ce dernier se bloque le pied dans le rebord de la fenêtre et s'étale de tout son long dans un raffut monumental. La vieille dame, qui ouvre la porte dans un geste plus énergique que sa frêle stature n'aurait laissé paraître, semble ne pas entendre, mais, de dehors, Doyle et Anna voient vite une lumière s'allumer à l'étage supérieur. Une tête pointe à la fenêtre, un jeune homme homme les yeux encore embués de sommeil, baille avant d'appeler: « Madame Durblain, tout va bien? ».

Ni une ni deux, Arkady qui était le premier dans la pièce saute sur la vieille dame qui se retourne pour l'empêcher de répondre, en instant, il la ceinture tandis que Mortimer et Adèle, un peu brusques l'assomment sans retenue. Tout s'est passé en une fraction de seconde et ils entendent un couple discuter à voix basse au dessus d'eux :
-« Bof, ça doit être un fureuil … dit une voix d'homme peu convaincue par ses propres dires
- va donc voir, répond une voix de femme, imagine qu'elle soit tombée ! 
- pfff … c'est bon, j'y vais ... »

Ils entendent les pas lourds contre le plafond, puis dans les escaliers, dans le couloir, et enfin on frappe à la porte.

Ana et Mortimer transportent la vieille dame sur son fauteuil, ils se rendent compte qu'ils ont étés un peu fort quand un large hématome commence à se former sur la moitié de son visage, empourprant sa tempe et une partie de sa joue.
Second coups à la porte :
« Madame Durblain ? Ca va ? C'est Renère, le voisin, vous allez bien ?»
en un instant Arkady a ouvert la porte, tiré l'homme abasourdi à l'intérieur et l'a plaqué au sol sans ménagement. Il lui murmure à l'oreille :
- « Un mot trop haut et tu t'en tireras pas, alors que là, mamie va bien, toi aussi, et chacun va pouvoir rentrer chez soi sans accrocs … alors ?"
L'homme, visiblement paniqué, fait signe en tremblant compris et qu'il ne bougera pas. Mortimer va ouvrir l'entrée pour que Doyle et Ana aident à fouiller l'appartement. Rien de bien précieux dans la bicoque, et la seule chose intéressante qu'ils trouvent et la confirmation qu'Henryon est bien suivi dans un dispensaire des bas quartiers pour des troubles du sommeil. Dans un agenda, ils voient qu'il est bien sensé être en consultation cette nuit, ce qui expliquerait son absence. Alors qu'ils se demandent ce qu'ils vont pouvoir faire de la vieille dame et du voisin, Ana repense à cette potion qu'elle a concocté pour ses amis hommes promis à une vente aux enchères …
S'ils pouvaient en administrer à la vieille dame et au voisin, tout deux ne garderaient de la soirée qu'un souvenir flou et agréable … Elle court au ballon morgue pendant que les autres terminent d'inspecter la pièce puis ils les droguent tous les deux, avant de les installer dans le lit, une bouteille d'alcool d'algues renversée à leur côté et sur (ce qu'il reste de) leurs vêtements … le réveil va être difficile …

Après ce coup d'éclat il leur faut tout de même retrouver Henryon Durblain, ou de celui qui l'a manipulé … L'ordonnance était signée du scientiste Proy, responsable aliéniste du dispensaire.
[...]l'exercice est meilleur que l'art – l'exercice est bien utile sans art mais un art n'est pas très utile
sans exercice
Johannes Liechtenauer,cité par ses suivants dans le Kunst des Fechtens
Avatar de l’utilisateur
daegron
Membre de l'association
Membre de l'association
 
Messages: 1457
Inscription: 22/05/2008 à 18:25
Localisation: de Rhône en Seine, toujours à l'ouest

Suivante

Retourner vers Exil: Peste urbaine et ...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron