Eléments de contexte

Modérateur: Paiji

Eléments de contexte

Messagepar Paiji » 12/03/2013 à 15:49

Introduction au monde méditerranéen vers 1220

Au début du XIII° siècle, les puissances musulmanes du proche orient et de l’Afrique du Nord sont (d’ouest en est) :

Le Califat Almohade qui règne sur le sud de l’Espagne, et l’Afrique du Nord jusqu’en Lybie ;
Le Sultanat Ayyubide, création de Saladin (mort en 1193) qui règne sur le Levant : Egypte, Palestine, Syrie, Yemen ;
Le Sultanat Seljukide de Rum, qui règne sur l’Anatolie
Et, en Perse,
L’Empire des Khwarazm-Shah, qui règne sur le Khwarezm, la transoxiane et la Perse

Deux petits Etats latins, très diminués par rapport à leur apogée au XII° siècle, tiennent des enclaves sur la côte de la Palestine et du Liban. Ils sont encercles, si ce n’est sur leurs côtes, par les Ayyubides. Ce sont le Royaume d’Acre et la principauté d’Antioche.

La sphère méditerranéenne est divisée entre deux Etats Grecs et deux puissances Latines :

Le despotat d’Epire (qui deviendra l’Empire de Thessalonique) contrôle la Grèce orientale et centrale ;
Le reste de la Grèce inférieure compose l’Empire Latin, qui règne depuis Constantinople ;
La Crète, une partie des iles de la mer Egée et la côte orientale de l’Adriatique appartiennent à Venise ;
L’Empire grec de Nicée règne sur l’Asie Mineure.

Ainsi, il existe trois prétendants au trône ancien et prestigieux de la Nouvelle Rome, Byzance :

Le despote grec d’Epire, Theodore Komnenos Doukas [1214-1230] ;
L’Empereur Latin Robert of Courtenay [1221-28 qui détient Constantinople ;
Le monarque grec de Nicée, Theodore I Lascaris [1205-21]. Theodore était âgé de 30 ans quand la Quatrième Croisade prit Constantinople en 1204 et évinça l’Empereur Isaac II pour installer à sa place un monarque Latin.

En Europe, les Etats majeurs sont au nombre de cinq :

Le royaume de Hongrie (dynastie des Arpads) ;
Le Saint-Empire des Hohenstaufen, qui inclut également la Sicile et, au moins en théorie, l’Italie du Nord ;
La France des rois Capétiens ;
La Castille, le plus puissant des royaumes chrétiens d’Espagne ;
L’Angleterre des Plantagenets.

Enfin, il existe des Etats territorialement petits mais dotés d’une puissante marine, dans le Nord de l’Italie, Venise, Gènes et Pise.

La population de la Grèce (dans ses limites contemporaines) et des îles de la mer Egée est estimée à 1 million d’habitants et celle de l’Empire de Nicée à 2 millions.
En Europe les estimations sont de 7 M pour l’Allemagne et la Sicile, 6 M pour la France, 3,25 M pour la Castille et 2,5 M pour l’Angleterre. Le plus peuplé des Etats musulmans, le Sultanat Ayyubide, possède près de 6 M d’habitants.
Avatar de l’utilisateur
Paiji
D10
D10
 
Messages: 208
Inscription: 03/10/2011 à 15:08
Localisation: Saint-Sébastien sur Loire

Eléments de contexte

Messagepar Paiji » 13/03/2013 à 10:53

Le Tribunal de Thèbes

Avant l’Ordre d’Hermès

Les terres qui forment aujourd’hui le Tribunal de Thèbes ont une longue histoire hermétique. Des sites riches en vis et l’attention que leur ont portée de nombreuses entités magiques et féériques en ont fait un terrain fertile pour les praticiens de la magie.
Ces mages ont une longue tradition de coopération qui date de bien avant la fondation de l’Ordre d’Hermès, la formation de ligues, des groupes suivant un chef charismatique ou se réunissant dans un but commun.
Avant la formation de l’Ordre, le mage Prokopios s’était inspiré des chartes des monastères byzantins, les typikons pour essayer de réguler les actes des mages. Il prétendait avoir été inspiré par l’esprit d’Aristote dans sa rédaction. Le Typikon de Prokopios devint la charte de toutes les ligues pré-hermétiques même si Prokopios échoua dans sa tentative d’unir tous les mages grecs dans un congrès pan-hellénique. Toutefois, quand l’Ordre d’Hermès s’étendit en Grèce, son Typikon devint le document fondateur de la politique menée encore aujourd’hui par le Tribunal.

La création du Tribunal

L’offre originelle de rejoindre l’Ordre d’Hermès fut rejetée par les mages grecs et notamment la principale ligue de l’époque, la ligue des Iconophiles, qui sera à l’origine de la maison Jerbiton.
L’expansion de l’Ordre au sein de l’Empire byzantin se déroula d’abord sans heurts. L’Ordre, principalement des mages Jerbiton, n’était présent que dans les zones cosmopolites de Constantinople, Thessalonique ou Andrinople, les terres rurale étant le territoire de puissances hostiles : faeries malignes, dieux capricieux, vampires et sorcières infernales. Les mages Jerbiton, fidèles à leur philosophie traditionnelle, s’établissaient là où la présence de savoirs, de livres, était forte, en se mélangeant aux traditions locales disparates. Les mages grecs ou orientaux, méfiants envers les occidentaux, ne voyaient pas l’intérêt de remplacer la liberté octroyée par le Typikon de Prokopios par les règles plus contraignantes de l’Ordre d’Hermès.
En 775, la maison Tremere envahit le nord de la Grèce, tuant des mages et s’appropriant les sources de vis et les possessions des vaincus. Aucun des mages abattus n’étant membre de l’Ordre, les Tremere ne rompaient par leur serment ce faisant. Les mages grecs se regroupèrent et formèrent la Ligue de Thèbes, les membres de la maison Jerbiton formulèrent à nouveau leur invitation à rejoindre l’Ordre, et cette fois, nombreux furent ceux qui acceptèrent pour bénéficier de l’immunité légale que procurait cette adhésion. Ces adhésions en masse mirent fin au conflit.
Au 6ème Grand Tribunal de 865, le Tribunal de Thèbes fit officiellement institué et nommé d’après la Ligue de Thèbes formée pour combattre les Tremere.
Le Tribunal occupait à l’origine les territoires de la mer Ionienne à la mer Noire et s’étendait sur les terres des Bulgares et l’Anatolie. Il comprenait même la Domus Magna des Tremere, Coeris, jusqu’à ce que le 9ème Grand Tribunal de 964 institue le Tribunal de Transylvanie. La méfiance et l’animosité envers les Tremere demeure très forte au sein du Tribunal.
En 1071, à la bataille de Manzikert, l’Empire byzantin perdit le plateau Anatolien au profit des turcs Seljukides, provoquant la fuite des mages établis en Asie Mineure vers les territoires restant grecs.

La chute de l'Empire

Les mages grecs, en général, se concentraient sur les intérêts privés et s’intéressaient peu au monde extérieur. La prise de Constantinople par les italiens et les français de la 4ème croisade en 1204 fut un choc d’autant plus grand. La puissante Nouvelle Rome, qui s’enorgueillissait de la présence de 3 alliances dans ses murs, les vit disparaître en même temps qu’elle tombait aux mains des croisés. Thermakopolis fut détruit et son unique survivant partit en exil. L’Alliance du Jardin de Moero, qui s’occupait plus de poésie que de politique, suivit l’exil de la noblesse grecque vers Nicée, Xylinites ferma ses portes.
Dans le tumulte provoqué par la croisade, de nombreuses accusations furent portées, contre les Tremere accusés d’avoir provoqué la chute de l’Empire, contre les Jerbiton accusés de s’être compromis dans les affaires des communs.
La dislocation de l’Empire en Etats rivaux a forcé certaines Alliances à s’adapter à de nouveaux dirigeants mais l’Ordre demeure stable. Chaque mage a son opinion, beaucoup pensent que l’équilibre qui existait auparavant a été bouleversé de façon irrémédiable, mais peu d’entre eux ont la volonté de s’affilier aux ligues qui ont été créés en réaction à la croisade et à ses conséquences.
Cela fait 16 que Constantinople est tombée, des mages latins ont suivi les conquérants et se sont installés en Grèce mais leur impact sur le Tribunal est encore négligeable. Toutefois, certains commencent à se rebeller contre la politique du Tribunal et le prochain Tribunal de 1221 promet d’être intéressant.

Les Ligues du Tribunal de Thèbes

Il y a plusieurs ligues actives en ce moment au sein du Tribunal, des groupes d’individus réunis par un but commun. Chaque Ligue a pour but d’améliorer la prospérité du Tribunal et de conforter son hégémonie mais toutes ont une idée différente de la façon d’y arriver. Certaines ont des buts qui pourraient être jugés contraires au serment de l’Ordre mais, si certaines actions sont prohibées, l’idéologie ne l’ait pas, et aucune de ces Ligues ne contrevient au serment de l’Ordre par sa seule existence.

La Ligue de Constantin

La Ligue de Constantin veut remettre l’Empire dans le droit chemin : remettre un Empereur grec légitime sur le trône, et remettre l’Empire dans les mains de Dieu, c'est-à-dire hors de l’influence de la papauté catholique. La Ligue n’est composée que de mages Jerbiton, chacun avec un apprenti, plus martial que son maître, et qui approche l’âge de son autonomie. La Ligue est centrée sur l’Alliance du Jardin de Moero Garden, à Nicée.

Les Enfants de l’Olympe

Une Ligue modeste et excentrique, rassemblée autour du charismatique Lucian l’érudit, de la maison Merenita, qui déclare que le Tribunal serait mieux servi si les patrons de chaque Alliance étaient les dieux grecs de l’Antiquité

La Ligue des Vigilants

Une ligue très récente, formée après les soupçons d’une intervention infernale dans la chute de Constantinople et qui suspecte que l’Ordre pourrait également avoir été infecté. Hydatius d’Ingasia et Proximios d’Alexandria en sont les fondateurs et pour l’instant elle compte peu de membres. Hydatius et Proximios ont commencé leur recrutement et leur intérêt se porte sur des mages étrangers au Tribunal qui seraient moins susceptibles d’être corrompus. Le reste de l’Ordre, sachant que les démons sont indétectables, les regarde avec méfiance.

La Ligue contre l’Idolâtrie

Cette Ligue se compose des mages qui s’opposent aux restes de la tradition païenne dans les traditions du Tribunal et travaille activement à les faire disparaître, en particulier la tradition des patrons qui est considérée à la fois comme païenne et comme un péché mortel. Cette Ligue est très controversée au sein du Tribunal.
Avatar de l’utilisateur
Paiji
D10
D10
 
Messages: 208
Inscription: 03/10/2011 à 15:08
Localisation: Saint-Sébastien sur Loire

Messagepar Paiji » 13/03/2013 à 10:56

Le Serment de l'Ordre d'Hermès prêté par tous les mages de l'Ordre et qui forme la base de leur conduite.

"Moi, (nom du mage) fais ici serment de me montrer éternellement loyal envers l'Ordre d'Hermès et ses membres.

Je ne priverai ni ne tenterai de priver jamais un membre de l'ordre de ses pouvoirs magiques. Je ne tuerai ni ne tenterai de tuer jamais un membre de l'ordre, si ce n'est au cours d'une Guerre des Magiciens justement menée et déclarée dans les formes. J'affirme ici savoir qu'une Guerre des Magiciens est un conflit ouvert entre deux Mages, qui peuvent s'abattre l'un l'autre sans violer le présent serment et que si je devais être tué dans une telle Guerre, aucun châtiment ne frapperait mon vainqueur

Je me conformerai aux décisions prises par vote régulier lors des Tribunaux. Je disposerai moi-même d'une voix, que j'utiliserai avec circonspection. Je respecterai comme mes égaux tous les autres votes au Tribunal.

Je ne mettrai pas l'Ordre en danger par mes actions. Je ne m'immiscerai pas non plus dans les affaires des communs, au risque d'attirer ainsi la ruine sur mes sodales. Je ne commercerai pas avec les démons, au risque de mettre mon âme en péril ainsi que celle de mes sodales. Je ne molesterai pas les êtres féeriques, au risque que leur vengeance ne retombe sur mes sodales.

Je n'emploierai la magie ni pour espionner d'autres membres de l'ordre, ni pour me mêler de leurs affaires.

Je formerai des apprentis qui prêteront serment sur le présent Code et si l'un d'entre eux venait à se retourner contre l'Ordre et mes sodales, je serai le premier à l'abattre et à le mener devant la justice. Aucun de mes apprentis ne pourra obtenir le titre de Mage sans avoir auparavant prêté serment de respecter ce Code.

Je demande, si j'en venais moi-même à le briser, à être exclu de l'Ordre. Si je devais être exclu, j'implore mes sodales de me retrouver et de m'abattre afin que je ne puisse continuer à mener une telle vie d'infamie.

Les ennemis de l'Ordre sont mes ennemis. Les amis de l'Ordre sont mes amis. Les alliés de l'Ordre sont mes alliés, travaillons ensemble pour devenir vigoureux et forts.

Je prête ici ce serment le (date). Malheur à ceux qui tenteront de me pousser à le briser et malheur à moi si je succombe à la tentation."
Avatar de l’utilisateur
Paiji
D10
D10
 
Messages: 208
Inscription: 03/10/2011 à 15:08
Localisation: Saint-Sébastien sur Loire

Re: Eléments de contexte

Messagepar Paiji » 13/03/2013 à 14:37

La création de l'Alliance

Le Tribunal de Thèbes envisage la création d’une nouvelle Alliance de printemps en Asie Mineure, qu’il soutiendra dans son développement, et lance un appel pour que de jeunes mages de l’Europe entière saisissent cette opportunité.

Les candidats doivent se présenter le premier jour du printemps de l’an 1119 au port du Pirée, à Athènes, pour embarquer sur le Tereus, un dromon de l’Alliance Favonius qui les conduira auprès du conseil du Tribunal, sur l’île de Délos.

Sur l’île de Délos les candidats feront l’objet d’une sélection et, s’ils sont retenus, assisteront à la fondation officielle de l’Alliance et se verront remettre une dotation destinée à en poser les bases.

La frontière de l’empire de Nicée avec les turcs Seldjukides est stabilisée depuis la victoire de l’Empereur de Nicée, Théodore Lascaris, sur le sultan Kay Khusraw, à Antioche du Méandre (1211).

La nouvelle Alliance aura pour but de récupérer et préserver les trésors de la culture grecque et chrétienne qui se trouvent encore en Asie Mineure.
Avatar de l’utilisateur
Paiji
D10
D10
 
Messages: 208
Inscription: 03/10/2011 à 15:08
Localisation: Saint-Sébastien sur Loire


Retourner vers Ars Magica

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité