[Aide de jeu] New York

[Aide de jeu] New York

Messagepar Dunkel » 01/11/2012 à 12:04

NEW YORK
Image

Les "Twenties" sont témoins de l'apogée de la Grosse Pomme, ainsi que l'on surnomme la ville. Les rues sont bondées d'une foule qui se croise entre les véhicules particuliers encore poussifs, les tramways et les porteurs à bras. En 1920, 213 000 voitures parcourent les rues, alors qu'à la même époque l'ensemble de la France en compte 236 000 - c'est le début de la grande réussite américaine.
L'asphalte a remplacé la terre battue du sol, et de nombreux ponts ont été bâtis au cours des dernières décennies pour faciliter la circulation.

New York est composée de cinq bourgs : Manhattan, le Bronx, le Queens, Brooklyn et Richmond. L'île de Manhattan est un ample mélange social et culturel, c'est aussi le quartier doué du plus grand nombre d'habitants, plus ou moins bien fréquenté (on peut trouver les grandioses universités et, quelques miles plus loin, le clapier relativement malfamé de Harlem). Le Bronx est un district diversifié, où l'on trouve de nouveaux bâtiments en pierre d'un côté, un pot-pourri usinier de l'autre, et même une sorte de village campagnard plutôt pittoresque si l'on s'aventure plus loin. Le Queens est un quartier assez récent, vaste de 300km², qui n'était fait que de prairies avant que le boom de l'immobilier des Années folles n'y bâtisse tous les immeubles et pavillons que l'on lui connaît. Enfin, Brooklyn est le concurrent de Manhattan en terme de population, mais il lui arrive juste derrière ; c'est un bourg en pleine frénésie immobilière qui ne cesse d'accueillir la nouveauté.

L'État de New York est dirigé par le Démocrate Al Smith, tandis que les rênes de la ville sont tenus par le maire John F. Hylan.

http://www.youtube.com/watch?v=-LyGoUgCjnQ

On y croise de toutes les classes sociales, du plus indigent au plus riche. Poumon de la ville, son industrie est à l'origine de la classe ouvrière fourmillante et en constante expansion. On ne manque pas de travail et il y a toujours des usines qui recrutent. Les milieux sont encore très sexistes, ainsi l'on ne trouve presque que des hommes dans le bâtiment et que des femmes dans le textile. Tous sont prêts à travailler de longues heures pour gagner leur pain.

La ville est également un vaste brassage ethnique. S'il y a évidemment une grande majorité d'Américains, ces dernières décennies ont vu arriver par milliers des Noirs, des Juifs, des Allemands, des Irlandais, des Mexicains et quelques Italiens. New York fait partie de ces lieux qui semblent promettre la prospérité, idée donnant naissance à l'American Dream.

Image

En 1925, on compte plus de 83 commissariats, chacun rattaché à une circonscription numérotée. Le Commissariat général se situe 240 Centre Street, et contient le bureau du commissaire, le bureau des Personnes disparues et le quartier général de la division des détectives. En termes de maintien de l'ordre, on assiste aux débuts de la célèbre NYPD, qui se professionnalise en plusieurs unités, et se charge de "servir et protéger" à l'aide de son revolver Colt Police Positive (.38).

À propos des armes, notons que le peuple de la Liberté, grâce à son nouveau président, s'est vu accordé un véritable cadeau du Ciel : l'autorisation du port d'armes pour les citoyens américains. Les lois régissant la possession d'armes sont définies État par État, ce qui favorise petit à petit l'utilisation d'armes automatiques par les gangsters...
En cette année, tout Américain a droit à se munir d'une arme, dont l'enregistrement est très simple et peu coûteux. Il nécessite cependant une déclaration à la police, mais cela n'est qu'une formalité pour qui dispose d'un casier judiciaire vierge !
Notons que les "boys" - surnom donnés aux vétérans de la Grande Guerre - sont parfois revenus avec des armes issues d'autres armées européennes.
Toutefois, l'État de New York est l'un des plus regardants quant à cette loi, car cette région principalement urbanisée rencontre bien des problèmes avec les armes à feu. Il est donc bien plus difficile d'obtenir une arme que dans tout autre État.
Le plupart du temps, l'usage d'une arme dans un lieu public ne donnera lieu qu'à la confiscation de l'arme et le paiement d'une amende, mais très rarement il y aura emprisonnement, du moment qu'il n'y a pas eu de dégâts humains.

Image

Le moyen de transport préféré des New-Yorkais est de loin le métro souterrain, qui dessert pratiquement tous les quartiers 24/24h. Il est suivi par le bus et le métro aérien. On croise encore un certain nombre de calèches et autres véhicules non-motorisés. On peut également emprunter le ferry pour faire le trajet entre Manhattan et le reste de la ville.



Voici donc une rapide présentation de New York dans les années 20, évidemment destinée à agrémenter votre RP. Vous n'êtes bien sûr pas contraints de tout connaître par cœur !
Le MJ Masqué a encore frappé !

Auteur de fantaisie noire historique, si ça vous intéresse :
Wer mët Tiufell jëht nî úrlœst wyrt.
Avatar de l’utilisateur
Dunkel
D8
D8
 
Messages: 181
Inscription: 20/07/2008 à 20:33
Localisation: Pein

Retourner vers Les Masques de Nyarlathotep

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron